Adoration à l’autel de l’Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio


On dit souvent que les fans d’Alfa Romeo placent la marque sur un piédestal, qui s’apparente à une dévotion quasi religieuse. Pour de nombreux Alfistes, se prosterner devant l’autel du constructeur italien est une expérience aussi bien spirituelle que physique. Vous voyez, parmi tous les constructeurs automobiles italiens, on pourrait dire qu’Alfa Romeo est celui qui capture la véritable âme, l’essence même et l’émotion qui sont nécessaires pour faire la voiture de pilote ultime. L’Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio est l’une de ces voitures qui résume tout cela, en le portant à des niveaux tout simplement stupéfiants et en offrant une expérience de conduite complète, à la limite du fanatisme.

Peut-être qu’une telle déclaration initiale est un peu exagérée, voire farfelue. Peut-être me suis-je laissé emporter par le moment, la montée d’adrénaline obscurcissant mon jugement. De nombreux mois se sont écoulés depuis que j’ai conduit cette voiture et pendant ce temps, j’ai cherché des mots profonds et significatifs pour décrire au mieux ce que j’ai ressenti. Je veux dire, est-ce qu’une berline à quatre portes peut avoir un tel impact ? Eh bien, lorsque j’ai testé l’Alfa Romeo Giulia Veloce l’année dernière, j’ai été littéralement époustouflé par ses performances et son comportement. C’était une voiture qui remplissait littéralement toutes les conditions et qui était tout simplement agréable à conduire. Il y avait cependant un autre niveau de la gamme de modèles qui devait être débloqué et c’était bien sûr la Giulia Quadrifoglio. J’ai donc naturellement envoyé une demande à Alfa Romeo UK qui m’a très gentiment livré une toute nouvelle Giulia Quadrifoglio 2.9 V6 Bi-Turbo pour que je puisse l’essayer. J’ai eu la voiture de route la plus puissante d’Alfa pour moi toute seule pendant une semaine… et quelle semaine !

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Un culte à l’autel de la Giulia Quadrifoglio… qui a fière allure dans son costume blanc nacré devant l’église du 15ème siècle.

Lorsque la Giulia Quadrifoglio est arrivée, j’ai d’abord été surpris car je m’attendais à recevoir un Quadrifoglio rouge. Au lieu de cela, j’ai reçu une Quadrifoglio blanche, ou plus exactement une finition Bianco Trofeo. Je ne suis normalement pas un fan des voitures blanches mais il y a quelque chose dans les lignes de la Giulia qui fait que la peinture blanche nacrée fonctionne tout simplement, surtout avec les garnitures contrastantes en carbone foncé et les alliages 19″ Dark 5-hole. La Giulia est sans conteste la plus jolie berline sur le marché en ce moment et en Bianco Trofeo, elle est vraiment très élégante.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
La finition Quadrifoglio et les améliorations aérodynamiques rehaussent subtilement le look de la Giulia.

En termes de chiffres, la Giulia Quadrifoglio que j’ai testée était vendue à 74 555 £, ce qui incluait 6 500 £ d’options. Ces options étaient le Pack Commodité, les sièges à réglage électrique, les ceintures de sécurité vertes, le volant sport à fond plat en cuir/alcantara Quadrifoglio avec insert en carbone, le système audio Harman Kardon et l’échappement sport Akrapovic. Plus d’informations sur cet échappement plus tard !

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
L’intérieur de la Giulia est aussi élégant que l’extérieur. Il est agréable de s’y asseoir et le volant à fond plat et les garnitures en carbone ajoutent une touche sportive.

En sautant dans la Giulia Quadrifoglio, tout dans l’habitacle m’est immédiatement familier grâce à mon expérience avec la Giulia Veloce. La grande différence, c’est le V6 2,9 litres bi-turbo à l’avant qui développe 230 chevaux de plus que la Veloce. A ce stade, il faut s’asseoir un instant pour comprendre ce qui est réellement proposé. 510 ch dans une berline, c’est tout simplement fou, mais comme il s’agit d’une Alfa Romeo, cela semble juste, presque raisonnable et logique même. Vous voyez, au moment de l’essai, c’était la berline Alfa Romeo ultime, qui n’a été dépassée que maintenant par les Giulia GTA et GTAm récemment vendues.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Le volant chauffant à fond plat est parfaitement équilibré et a la bonne taille.
Se prosterner devant l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Les sièges chauffants et à réglage électrique sont confortables et offrent un excellent maintien.

En m’installant dans le confortable siège conducteur en cuir et alcantara, j’ai mis en marche le V6. La première impression du moteur de 2,9 litres est qu’il ne ressemble pas du tout à un V6. Si vous vous attendez au ronflement d’un légendaire V6 de type Busso au ralenti, vous risquez d’être un peu déçu. En fait, il ressemble davantage à un diesel en mode « A » dès le démarrage à froid, ce qui est un peu déroutant au début. C’est peut-être un jugement un peu dur, mais c’est comme ça que ça sonne dans la voiture. Il y a un « mais » cependant, et c’est un bon, et il a quelque chose à voir avec la sélection d’un certain mode de conduite « Dynamique » et cet échappement sport Akrapovic. Encore une fois, je vous en dirai plus dans un instant.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Le mode « A » est le réglage le plus sobre et le plus civilisé, idéal pour la conduite quotidienne.

Comme la Veloce, la Quadrifoglio dispose des modes de conduite « D.N.A » d’Alfa, qui vous permettent de choisir le comportement de la voiture en fonction de votre humeur. Mettez la Giulia en mode « A » et la voiture est essentiellement dans sa configuration la plus écologique et la plus raisonnable. En conduisant sur les routes de campagne locales et en ville, le moteur s’est montré très discret, mais il a fourni suffisamment de réponse à l’accélérateur pour laisser entrevoir ce qui se cache sous le capot. Si vous vous contentez d’aller de A à B, ce mode fait de la Giulia Quadrifoglio l’une des berlines de 510 ch les plus faciles à conduire. Grâce à la brillante boîte de vitesses ZF à 8 rapports, se faufiler dans le trafic est un jeu d’enfant grâce à des changements de vitesse sans effort, associés à une direction légère et réactive. A aucun moment, elle ne se sent surpuissante ou trop chaude à manipuler. Elle est parfaitement civilisée et c’est un vrai plaisir de se balader à son bord.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio

Si vous voulez passer à la vitesse supérieure, le mode de conduite suivant est « N », qui augmente la réponse de l’accélérateur en désactivant le limiteur de couple. Cela rend le moteur un peu plus réactif et libère davantage de ces chevaux italiens. Si vous avez envie d’une conduite plus fougueuse, le mode « N » offre suffisamment d’accélérations et de sourires pour satisfaire la plupart des conducteurs. À ce stade, le V6 commence à ressembler moins à un diesel gargouillant et plus à ce que devrait être la sonorité d’une véritable super berline sportive. Cependant, on a l’impression que l’Alfa retient quelque chose, et c’est là que le mode « Dynamic » entre en jeu et que le vrai plaisir commence.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio

Comme sur la Veloce, le mode « Dynamic » de la Quadrifoglio transforme la Giulia en quelque chose de tout à fait hors du commun. Mais comme il s’agit de la Quadrifoglio, la transformation est presque multidimensionnelle. En fait, tous les ingrédients qui rendent la Quadrifoglio magique sont activés lorsque vous sélectionnez le mode « D » et que la voiture passe d’une certaine retenue à la proverbiale chauve-souris déchaînée de l’enfer.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Le V6 Twin Turbo est une bête de moteur.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Une pièce sublime de l’ensemble sensationnel qu’est la Giulia Quadrifoglio.

Pour dire les choses simplement, la Giulia Quadrifoglio d’Alfa Romeo est tout simplement étonnante. Pour la mettre à l’épreuve, je me suis donc dirigé vers mon parcours d’essai favori, un mélange de routes sinueuses de type A et B. L’expérience a été grisante. L’expérience a été exaltante.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Sélectionnez D et asseyez-vous pour profiter du voyage

Alors que l’Alfa fonçait sur le tarmac sinueux, l’accélération était à couper le souffle et le 0-62 mph revendiqué en 3,9 secondes semblait tout à fait correct. Cette voiture est étonnamment rapide, tant en mode automatique que manuel, et lorsque vous enfoncez l’accélérateur, vous réalisez que vous êtes au volant d’un monstre absolu. La Giulia vous cloue dans votre siège et avant même que vous ne vous en rendiez compte, vous avez atteint la limite de vitesse nationale, le paysage autour de vous défilant à toute allure. La Giulia est si rapide qu’elle dévore la route et le son du V6, semblable à celui d’une bête, est vraiment épique, chassant les premières inquiétudes concernant le son froid du démarrage. Lorsque les deux turbos entrent en action, vous le sentez vraiment, ce qui signifie que vous devez garder un œil sur le compteur de vitesse avant d’avoir des problèmes. Mais à aucun moment la Giulia ne semble hors de contrôle.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
L’échappement Akrapovic vaut le coup

Maintenant, parlons de l’échappement…. vous voyez, le V6 combiné à l’échappement sport Akrapovic optionnel de £3,250 transforme l’Alfa en un véritable hooligan. J’avais des doutes sur la nécessité d’une option aussi coûteuse, mais lorsque les soupapes d’échappement s’ouvrent et que les quadruples tuyaux Akrapovic aboient, grognent et sautent, vous souriez d’une oreille à l’autre. C’est vraiment bruyant et la transformation est si addictive que vous allez vous acharner en mode « Dynamic » toute la journée. C’est la sensation qu’elle procure. Mais ce n’est pas tout.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
La boîte de vitesses ZF est brillante et les palettes sont incroyablement satisfaisantes à utiliser.

Le comportement de la Giulia Quadrifoglio est tout simplement hors du commun. En poussant la berline à fond dans les virages, les niveaux d’adhérence étaient phénoménaux et le feedback de la direction tout simplement sublime. C’est une voiture qui vous parle et vous récompense à chaque tour de volant. La direction est rapide, directe et merveilleusement nette, permettant un positionnement délicat et précis. Dans les virages, vous pouvez sentir les pneus s’accrocher à l’asphalte, ce qui est une sensation rare dans une voiture moderne. Il n’y a pas non plus de roulis de caisse… l’équilibre et l’équilibre de la suspension sont une merveille. Même en mode de suspension souple, la Giulia adhère à la route comme si elle était sur des rails. Et pour rendre les choses encore plus divertissantes, mettez la boîte de vitesses ZF en mode manuel et les importantes palettes de commande prennent tout leur sens. Le passage des vitesses est addictif, le rugissement du V6 et l’aboiement de l’échappement vous poussent à continuer. A tel point que vous ne voulez pas que la route s’arrête. Cette voiture est très rapide et, heureusement, les freins sont excellents et ne font que renforcer votre confiance au volant.

La collection de souvenirs de voitures anciennes GPBox

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
Grâce au système de freinage intelligent d’Alfa, la sensation de la pédale de frein est constante et ferme.

Pour dire les choses simplement, l’ensemble du pack Quadrifoglio atteint un autre niveau. La combinaison de la suspension légère (45% de ses composants sont en aluminium), du différentiel vectoriel de couple très intelligent qui délivre la puissance à la roue qui en a besoin, du système à double triangulation à l’avant et de la répartition des masses 50/50, tout cela fait de la Giulia Quadrifoglio l’une des berlines les plus maniables de tous les temps.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio
L’émotion qui a fait la grandeur d’Alfa a été enveloppée et présentée dans la phénoménale plateforme Giorgio.

Tout cela se traduit par des moments inoubliables au volant, des sensations pures et exaltantes, et un plaisir digne d’un hooligan… tout à la fois. C’est précisément dans ces moments que tous les éléments se combinent pour offrir une expérience de conduite qui donne l’impression de passer à un autre niveau. Cette sensation vous laissera bouche bée devant ce que la Giulia Quadrifoglio offre réellement. Elle est aussi intensément physique que spirituelle. Ainsi, lorsque vous faites une pause pour tout absorber, c’est à ce moment-là que vous réalisez que vous êtes en train de vénérer l’autel d’Alfa Romeo. Plusieurs mois après avoir vécu toutes ces émotions, ce sentiment d’émerveillement associé à une profonde révérence pour ce qu’Alfa a réalisé est toujours présent en moi. « La meccanica delle emozioni »… la mécanique de l’émotion… murmurée presque comme une prière.

Se prosterner devant l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio.
Le trèfle qui signifie tant pour les Alfistes du monde entier.

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio

Un culte à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio.

On pourrait dire à ce stade que je me suis un peu emporté et que je me suis laissé emporter par tout cela, en me laissant prendre au jeu de la « mécanique de l’émotion ». C’est peut-être le cas et, bien sûr, aucune voiture n’est parfaite. Oui, la Giulia n’est pas parfaite et elle a quelques défauts. Les plus gros sont les pneus à plat qui produisent un effet sonore sur les autoroutes en béton. Lorsque j’ai conduit la Giulia Quadrifoglio au London Classic Car Show à Syon Park, j’ai dû faire face à de belles sections de béton sur l’autoroute M25. Ce n’était pas drôle du tout et j’ai été soulagé lorsque j’ai finalement quitté l’autoroute. Bien sûr, c’est un problème qui touche la plupart des voitures équipées de pneus à roulage à plat et c’est un compromis que vous devez accepter. Il faut s’y tenir ou opter pour des pneus à roulage à plat en espérant ne pas avoir de crevaison. Parmi les autres défauts, citons un accoudoir qui ne glisse pas, ce qui est le résultat du positionnement de la fente de chargement sans fil du téléphone devant l’accoudoir. Un détail mineur mais qui aurait pu être réglé avec un peu plus de réflexion. Ensuite, il y a l’emplacement du bouton du volant chauffant, qui se trouve du côté passager de la console centrale. Ce n’est pas l’endroit où je l’aurais mis, mais ce n’est pas non plus un problème, surtout qu’il s’agit d’un bouton qui ne sera pas utilisé pendant au moins 8 mois de l’année. C’est juste un petit détail. D’autres critiques ont également déclaré que l’intérieur de la Giulia n’est pas à la hauteur des rivaux allemands. Je pense que c’est une déclaration assez dure car pour moi, l’ajustement et la finition du tableau de bord et des garnitures de la Giulia sont vraiment très bons, on a l’impression d’une haute qualité et il est très agréable de s’asseoir.

Se prosterner devant l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio

Après avoir parcouru 283 miles inoubliables et consommé presque un plein de carburant, il est évident que l’Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio a laissé une forte impression. Depuis qu’elle a quitté mon allée et qu’elle est retournée au siège d’Alfa Romeo UK, il y a eu un grand trou de la taille de la Giulia dans mon cœur. Parfois, mes pensées dérivent en me remémorant les émotions ressenties au volant et en me demandant ce que cela ferait d’en posséder une un jour. Bien sûr, ceux d’entre vous qui ont l’œil de lynx noteront que je n’ai pas utilisé la voiture en mode « Course ». Le mode « Party » n’a donc pas été déclenché. Je garderai ce réglage pour un autre jour, un jour où j’espère croiser à nouveau le chemin de cette merveilleuse machine, idéalement dans les limites sans restriction d’un circuit de course. Il reste donc encore un niveau à débloquer pour ce disciple de l’église Alfa. Et d’ici là, je continuerai à vénérer l’autel de l’Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio.

Merci à Alfa Romeo UK

Adoration à l'autel de l'Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio