BMW M8 Competition Coupé 2022 : test en France


Cette version révisée du coupé BMW M8 Competition, le haut de gamme explosif à moteur V8 de 616 ch de la gamme BMW M qui ne cesse de croître, est plus un changement d’année modèle qu’un rafraîchissement de mi-vie. Il est annoncé comme tel, mais il s’agit en réalité d’un changement de millésime, car les modifications ne sont que superficielles.

Ils s’étendent à de nouvelles options de couleurs, de jantes et de garnitures, à un écran d’infodivertissement plus grand à l’intérieur et à un style légèrement modifié à l’avant.

Cependant, BMW veut maintenant que vous considériez les modèles 7 et 8 du haut de sa gamme comme de véritables voitures de luxe plutôt que de simples voitures haut de gamme. Ainsi, la M8 est étiquetée par son constructeur comme une voiture de sport de luxe, une voiture qui s’élève à un peu plus de 150 000 livres sterling avec les 20 000 livres sterling d’options telles que montées ici et qui se situe dans le territoire de l’Aston Martin Vantage et pas très loin d’une Bentley Continental GT. C’est donc avec cette nouvelle image de marque et cette nouvelle approche en tête que nous allons l’évaluer.

Quoi qu’en disent les marketeurs de BMW, ces changements et ce repositionnement n’ont eu aucun impact sur le principal éléphant dans la pièce avec la M8 : le fait qu’elle ne réussit à satisfaire ni le rôle d’une voiture de sport ni celui d’une GT.

La M8 ne sait jamais vraiment ce qu’elle veut être. Les performances et l’accélération sont équivalentes à celles d’une supercar, et si facilement et sans effort, avec des niveaux monstrueux d’adhérence et de stabilité en prime.

Cela est bien sûr dû en grande partie à l’excellent moteur V8 de 4,4 litres, à la boîte de vitesses automatique à huit rapports et au système de transmission intégrale. C’est moins la puissance que le couple de 553lb ft que l’on remarque le plus. Le couple maximal arrive à seulement 1800 tr/min et reste avec vous pendant plus de 4000 tr/min, et fait avancer la M8 implacablement dans presque tous les scénarios et toutes les vitesses. Les passages de vitesses sont fluides et la façon dont elle prend et porte la vitesse est tout à fait remarquable.

Pourtant, toute cette puissance et ce couple sont délivrés d’une manière assez peu spectaculaire, comme si le moteur n’osait pas émettre le moindre grognement de V8. Il est presque sinistrement silencieux. Si vous achetez une voiture comme la M8, vous voulez sûrement faire une entrée remarquée ?

Quant à la tenue de route, elle ne veut pas, ou plutôt ne peut pas, vous immerger complètement dans l’attaque de votre route secondaire préférée, en raison de sa taille et de son poids. Notre essai routier de la M8 il y a quelques années a révélé les profondeurs cachées de la voiture sur un circuit, mais sur la route, elle tombe un peu à plat pour une voiture M et son comportement est plus précis et prévisible qu’excitant. Et c’est sur ces critères que vous devez la juger : il ne s’agit pas d’un modèle M Performance, rappelez-vous, et elle est vendue et commercialisée comme une voiture M à part entière. Une tenue de route plus engageante devrait être une évidence.

La M8 ne se comporte donc pas comme une voiture de sport, mais le bruit de la route et la fermeté du roulement l’empêchent d’être considérée comme une GT. Elle n’est jamais inconfortable, mais elle ne s’installe jamais vraiment et ne s’écoule pas sur une route à basse ou haute vitesse.

Ce qui impressionne, c’est l’intérieur. L’info-divertissement et la technologie sont bien intégrés et faciles à utiliser, tout en étant extrêmement confortables et la qualité des matériaux est excellente. Ce n’est pas du niveau d’une Bentley, mais c’est aussi très loin d’une BMW Série 1. Comme il se doit pour ce prix.

Pourtant, la M8 a l’air d’une voiture préparée par BMW pour avoir reçu le badge M en premier lieu. Elle ne se sent jamais aussi sportive qu’une voiture M devrait l’être, et en poursuivant ce rêve M, elle finit aussi par être compromise dans ce qui aurait pu être une voiture GT plus convaincante et intéressante.

Considérez-la donc comme une vitrine technique, une voiture qui est facile à impressionner pour la plupart de ce qu’elle fait mais difficile à aimer. Les gros V8 à moteur avant sont une espèce en voie de disparition, qu’il s’agisse de voitures de sport ou de GT, et tant qu’ils existent encore, il vaut mieux les apprécier ailleurs.