Kia Picanto 1.0 T-GDi GT-Line S 2022 : essai routier


Apparemment, l’une des principales questions que se posent les clients lorsqu’ils achètent une voiture à bas prix est :  » Est-ce qu’elle fonctionnera avec mon iPhone ? « . Parce que bon marché, c’est bien, mais pas si cela se fait au détriment de la connectivité.

Heureusement pour Kia, la Kia Picanto facelifted, la voiture la moins chère de sa gamme, est équipée du dernier système d’infodivertissement, avec un écran tactile plus grand de 8 pouces (sur les niveaux de finition 3 et supérieurs), et dispose également d’Apple CarPlay et d’Android Auto en standard. L’application Kia Connect fait son apparition, donnant des informations telles que le trafic, la météo et les prix du carburant. Si elle peut suivre le rythme de ces dernières pour le moment, ce sera un logiciel impressionnant.

Les boutons de menu physiques sont conservés afin que le système fonctionne de manière intuitive. Il semble certainement plus intelligent que ce que l’on pourrait attendre d’une voiture à 16 000 €, mais comme avec d’autres Kias, comme le Sorento, il n’y a aucun endroit où reposer votre main lorsque vous travaillez sur l’écran.

L’opération a également permis de peaufiner l’aspect extérieur et de personnaliser un peu le véhicule – un facteur de marge crucial dans ce segment inférieur du marché – en proposant de nouvelles couleurs de peinture et des packs de garnitures intérieures en option. Pour moi, il s’agit toujours d’une belle petite chose, bien qu’un peu lourde sous certains angles. La faute aux roues relativement modestes de 16 pouces.

C’est le moteur 1.0 litre turbocompressé de la version GT-Line S, qui offre beaucoup pour son prix de 16 610 €. Avec 99 ch et 127 lb-pi, il offre un peu plus de puissance que ses rivaux directs comme la Volkswagen Up et la Toyota Aygo X, mais le prix à payer est une consommation et des émissions légèrement inférieures.

Si c’était mon argent (et il n’y a pas beaucoup de Picantos qui sont des voitures de flotte), j’opterais définitivement pour le punch plutôt que pour la pompe. L’augmentation de la puissance est un marqueur plus significatif que l’économie.

Le trois cylindres de la Picanto est étonnamment facile à vivre. Le turbo se déclenche en douceur à partir de 2000 tr/min environ, et comme il n’y a que cinq vitesses (une manuelle, soit dit en passant), le moteur ne s’écarte pas trop de sa bande de puissance, même lorsqu’on suit des camions sur des routes secondaires. Vous n’avez pas l’impression de devoir changer constamment de rapport pour le garder réactif.

Une vitesse de croisière de 70 mph ne fatigue pas la voiture, mais le bruit de la route pourrait être meilleur. Pour une voiture qui dément sa taille de citadine, le manque d’isolation est étrange.

Ce qui m’a surpris, c’est l’empressement de la Kia à prendre les virages. L’empattement court aide, mais la direction est vive et le roulis de caisse est minimal, ce qui fait que c’est une chose agréable à pousser. Il y a un réel équilibre, avec le genre de pivot central pour lequel les Ford sont réputées.

Tout cela montre qu’il y a encore de la vie dans les petites voitures. Faites une croix sur ces « anciennes » voitures de ville à vos risques et périls.