Mercedes-Benz Classe S


Bienvenue, donc, au retour de l’autoproclamée  » meilleure voiture du monde « , cette fois pour la septième fois depuis 1972, date à laquelle Mercedes-Benz a utilisé pour la première fois le nom de la Classe S.

Naturellement, comme chaque nouvelle Classe S, il s’agit de la voiture la plus avancée que Mercedes ait jamais fabriquée. Mais l’est-elle vraiment ? Car pour la première fois, la limousine de luxe de la gamme de Stuttgart a une concurrence interne, sous la forme de la Mercedes-Benz EQS, qui vise à faire tout ce que la Classe S peut faire, mais sur fond d’énergie entièrement électrique. Ce moment représente-t-il un changement de garde ? Peut-être, et c’est une question qui mériterait un article spécifique dans ces pages.

Un porte-à-faux avant plus court et une calandre moins imposante contribuent au design extérieur en forme de galet de la voiture, tout comme la réduction des plis et des lignes de caractère le long des flancs par rapport au style plus distinctif de la W222.
Matt Saunders | Rédacteur en chef des essais routiers

En attendant, la voiture pour laquelle « en termes d’investissement, aucun autre modèle ne s’en approche », selon le chef du développement Jürgen Weissinger, revient avec un nouveau mandat. Le luxe et l’isolation sont en théorie toujours en tête des priorités, mais la numérisation et la connectivité arrivent, si ce n’est à égalité, en deuxième position.

La nouvelle Classe S est la première Mercedes capable de se conduire de manière totalement autonome et sans conducteur, même si cette capacité est limitée à des environnements en circuit fermé comme les parkings. La voiture peut désormais recevoir des mises à jour logicielles par voie hertzienne et, avec l’équipement adéquat des fournisseurs choisis par Mercedes, la fonction MBUX Smart Home peut, depuis votre voiture, surveiller et contrôler la température, l’éclairage et même la position des stores à la maison, le tout par commande vocale. Utile ?

Peut-être pas, mais cela montre que Mercedes se fraie de nouvelles voies technologiques avec la Classe S.

Tout cela semble impressionnant, mais cela n’aura aucune importance si cette nouvelle Classe S ne peut pas maintenir les normes de ses prédécesseurs en termes de sophistication pure et simple en déplacement. Elle doit avoir ce don addictif de déposer les occupants à leur destination dans un état plus reposé et revitalisé que lorsqu’ils se sont glissés dans la voiture. Elle doit réaffirmer sa position de meilleure limousine que l’on puisse acheter sans aller chez Rolls-Royce, avec l’avantage de rester relativement incognito à des moments où même la Roller la plus subtilement présentée se ferait remarquer.

Avec tout cela en tête, il est temps que la Classe S de la génération W223 subisse un essai routier complet, afin que nous puissions découvrir si de nouveaux sommets ont été atteints, ou si les normes ont baissé.

La gamme Classe S de Mercedes-Benz en un coup d’œil

La Classe S de la génération W223 se décline en de multiples versions. Il existe des options à six cylindres en ligne, essence et diesel, et il est également possible d’avoir l’essence en version PHEV (comme notre voiture d’essai). Des versions à empattement long sont également disponibles, et ce, avant de passer aux finitions, qui vont de AMG Line à AMG Line Premium Plus Executive.

De plus, alors que Mercedes-Benz ne propose plus de V12 dans aucun de ses modèles, la famille élargie contourne ce problème en offrant la plus noble des configurations de moteurs dans la Mercedes-Maybach S680 – tous les 6,0 litres et 603 ch.

Quelle voiture ? Le marché des acheteurs de voitures neuves - Mercedes-Benz Classe S

Mercedes-Benz Classe S Premiers essais

Voir tous les premiers essais