Premier essai : Aston Martin Valkyrie AMR Pro : test.


Qu’est-ce que c’est ?

Les livraisons de l’Aston Martin Valkyrie AMR Pro – la version piste uniquement de l’hypercar à moteur V12 que la société promet d’offrir un niveau de performance équivalent à celui d’une voiture de course de haut niveau – ont enfin commencé.

Pour fêter l’événement, la société a également permis à un petit groupe de journalistes de l’essayer depuis le siège passager sur le circuit de Homestead en Floride, devenant ainsi les premières personnes extérieures à la société et à la clientèle à avoir la chance de ressentir toute sa brutalité.

Bien que le projet Valkyrie ait largement dépassé son calendrier initial, et que le lien de Formule 1 entre Aston Martin et Red Bull Racing qui le sous-tendait ait été dissous depuis, Aston affirme être sur la bonne voie pour livrer cette année plus de 75 exemplaires de la Valkyrie de route et de la AMR Pro réservée aux circuits.

En rencontrant la Pro de près, nous avons également eu l’occasion de voir certaines des nombreuses différences qui la séparent de la voiture normale, avec le directeur créatif d’Aston, Marek Reichmann, qui nous a parlé des changements. En plus d’un empattement plus long, la voiture réservée à la piste a un châssis différent, avec une construction encore plus légère et quelques modifications dimensionnelles autorisées par l’absence d’homologation routière.

« La voiture a été conçue pour que l’emballage soit aussi serré que possible autour des contraintes d’un être humain et d’un moteur », a déclaré Reichmann, « c’est tout – il n’y a rien d’autre, nous n’avons pas un millimètre d’espace libre. Sa conception est presque exosquelettique, la baignoire est la structure, il n’y a pas de revêtement. »

Andy Priaulx, vétéran des voitures de tourisme et de sport, a été l’un des pilotes de développement de la Valkyrie AMR Pro peu après le début du programme, et dit qu’il a été très heureux qu’on lui demande de travailler sur le projet alors que sa carrière de compétition automobile touchait à sa fin. « Pour être honnête, je ne pensais pas que j’aurais à nouveau la chance de conduire quelque chose d’aussi rapide que ça », dit-il. Hormis l’essai d’une Williams F1 en 2005, il estime que l’AMR Pro n’est pas loin d’être la voiture la plus rapide qu’il ait connue.

« Aujourd’hui, il s’agit de donner un avant-goût de ce que la voiture peut faire, mais tout l’intérêt du programme a été de la rendre pilotable », dit-il, « les gens qui dépensent leur argent pour ces voitures vont vouloir en profiter, et il n’y a pas de raison de fabriquer quelque chose dont seul un professionnel pourra s’approcher des limites ».

Depuis le siège du passager

Je suis doublement béni. Ou peut-être doublement maudit. Parce que j’ai déjà fait un tour dans une Valkyrie, assis à côté de Tobias Moers, le PDG d’Aston aujourd’hui décédé, au Festival de la vitesse de Goodwood l’année dernière. C’était extrêmement excitant, mais le rythme était adapté aux conditions humides et à l’absence d’antipatinage de la voiture. Mais à Homestead, le soleil est brûlant et le TC fonctionne apparemment. Malgré cela, le V12 Cosworth à aspiration naturelle sera réglé à 800 ch, ce qui est suffisant pour les courtes lignes droites du circuit intérieur, selon Priaulx, mais il manque encore 200 ch pour atteindre la pleine puissance.

L’accès à bord est un processus inélégant, et une fois dans l’habitacle étroit, je suis obligé d’adopter une position décalée pour que Priaulx ait encore de la place pour faire tourner le volant en forme d’étrier. Mais, contrairement à la voiture de Goodwood, la climatisation de la Pro essaie au moins de fonctionner, et la vue à travers l’écran n’est pas obscurcie par de multiples écrans d’affichage. Ce n’est pas confortable, mais je doute qu’il y ait un jour une pénurie de volontaires prêts à s’entasser à l’intérieur pour faire l’expérience de la performance.

L’AMR Pro démarre en mode électrique pur, le V12 se mettant en marche avec fracas lorsque la voiture atteint environ 15 mph. Il y a une brève chance d’expérimenter un peu de buzz à bas régime lorsque nous sortons de la pitlane, mais à partir de ce moment-là, il passe l’intégralité des quatre tours à proximité de sa ligne rouge de 11 000 tr/min. Le bruit est prévisible et sauvage, même à travers un casque bien ajusté, mais il y a moins de vibrations que ce dont je me souviens de la voiture régulière à Goodwood.

Les performances sont énormes, mais elles ne semblent pas impossibles à atteindre. Entièrement allumée, Aston estime que la Valkyrie Pro peut générer plus de 2G d’accélération linéaire, mais le fait que ces forces me poussent vers l’arrière dans le siège les diminue par rapport aux charges beaucoup plus violentes que je ressens lorsque les harnais mordent au freinage. L’accélération latérale n’est que légèrement moins vicieuse, bien que le fait que l’intérieur du terrain de Homestead ne comporte que quelques virages suffisamment rapides pour que l’aérofreinage soit efficace, préserve les muscles de mon cou d’une plus grande pression.

Mais, forces mises à part, la vue à travers l’écran semble impossible. Priaulx aborde les virages à des vitesses qui donnent l’impression que la réalité a augmenté sa vitesse de lecture, et pourtant on n’a pas l’impression que la voiture glisse, même lorsque les pneus slick atteignent leur température maximale et qu’il commence à mettre les gaz plus tôt. C’est comme si toutes les étapes de l’entrée et de la sortie d’un virage étaient comprimées, et ni Priaulx ni la voiture ne semblent perturbés. Alors que le moteur s’éteint et que nous nous arrêtons dans les stands, je lui demande à quel point il poussait. « Huit dixièmes peut-être. Je fais ça toute la journée, n’oubliez pas. »

L’un de ses prochains passagers est Marek Reichmann, qui expérimente le déplacement de l’AMR Pro pour la première fois. Il revient en ayant l’air aussi choqué et en sueur que je le suis. « Ça fait 12 ans que je suis à Aston et c’était les 12 meilleures minutes de mon temps ici. »