40 ans de l’Audi quattro


La légendaire Audi quattro, voiture qui a changé la donne et dont on dit souvent qu’elle offre une traction 4×4 aux masses, fête ses 40 ans cette année. Bien qu’elle ne soit pas la première voiture 4×4 à être commercialisée (la Jensen FF avec son système à quatre roues motrices de Formule Ferguson l’a devancée de quelques années… d’une douzaine d’années pour être exact), c’est elle qui a fait basculer la scène des rallyes. Le succès a été tel que le nom Quattro est aujourd’hui apposé sur une foule de modèles Audi en circulation.

Une voiture de rallye Audi quattro Group B qui fait ce qu’elle fait de mieux…

Mais qu’est-ce qui rend l’Audi quattro originale si spéciale ? Vous voyez, ce n’est pas vraiment une belle voiture. Il s’agit d’un coupé deux portes qui a l’air d’être très pratique. Il faudrait remonter jusqu’au coupé NSU Prinz des années 1960 pour trouver un véhicule du groupe Audi conçu avec un air d’élégance et de délicatesse.

40 ans de l'Audi quattro
Une belle paire de quattro se repose avant d’atteindre les graviers

En effet, pendant de nombreuses décennies, le style des Audi, dans la perspective du coupé qui va changer la donne, peut être décrit comme étant carré ou même volontaire. Mais ils ont toujours un charme qui est quelque peu séduisant. Une attraction qu’il est difficile de mettre le doigt dessus, mais qui est néanmoins présente. L’Audi 100 Coupé de 1969 se démarquait de ces modèles carrés et se distinguait par son profil GT simple et épuré. Son design de coupé 2+2 était un avant-goût de ce qui allait suivre avec la quattro.

40 ans de l'Audi quattro
Le nom qui a fait naître une légende du rallye

Lorsque l’Audi quattro (notez que le modèle s’écrivait avec un « q » minuscule et non un « Q » majuscule) a été lancée en 1980, elle a donné le coup d’envoi de la décennie de la philosophie du design Vorsprung durch Technik. Le nouveau système permanent à quatre roues motrices, conçu par l’ingénieur en chef des châssis d’Audi, Jörg Bensinger, a complètement transformé la direction de ses voitures. Il a eu l’idée du système 4×4 lors de l’essai d’un tout-terrain Volkswagen Iltis en Finlande en 1977, un véhicule militaire portant l’emblème VW mais conçu par Audi. Il a présenté son idée à Ferdinand Piech, le patron des ingénieurs d’Audi, et avec le soutien de la direction, un prototype de quatre roues motrices Audi 80, appelé A1, a été créé. Le reste est, disons, de l’histoire.

40 ans de l'Audi quattro
Prendre un moment pour admirer le cœur de la bête quattro

La renommée de l’Audi quattro a été garantie pendant sa domination totale sur la scène des rallyes mondiaux des années 1980. Avec un total de sept victoires en 1982 et sept autres en 1984 aux mains de légendes du rallye telles que Hannu Mikkola, Stig Blomqvist, Mikkola et Walter Röhrl, le statut d’icône de la quattro a été scellé et le monde de l’essence est devenu fou de tout ce qui est quattro. Ce fut à la fois un coup technologique et un coup marketing pour Audi, un succès qui a continué à porter ses fruits des décennies plus tard.

40 ans de l'Audi quattro
L’Audi UR quattro que je dois conduire en 2016… quelle machine !

Alors, qu’est-ce que ça fait de conduire une vraie Audi quattro sur une vraie route ? J’ai eu la chance de passer un certain temps au volant d’une UR quattro en 2016. Finie en rouge, elle ressemblait exactement à celle utilisée dans La vie sur Mars, la série télévisée qui est créditée d’avoir béni le modèle avec des sacs de nostalgie supplémentaires (non pas qu’il en ait eu besoin de plus pour être honnête). Ignorant un instant cette célébrité, le nom UR quattro suffit à exciter même la tête de pétrole la plus critique. Et la conduite de cette icône n’a pas déçu. Sur la route, elle se comportait comme une voiture moderne, avec une tenue de route précise, une traction brillante dans les virages et un bruit de turbo qui signifiait que l’on avait les pieds fermement sur l’accélérateur.

40 ans de l'Audi quattro
Rendre les clés à la fin de la journée n’a pas été facile !

Les bruits de sifflement du turbo vous encouragent à conduire fort, la direction équilibrée et réactive donne un immense sentiment de confiance. En fait, la vitesse d’entrée et de sortie de chaque virage est très rapide, sans que le turbo n’ait besoin d’être retardé pour gâcher le plaisir. Et bien sûr, il y a le moteur 2,1 litres 200BHP à cinq cylindres en ligne qui est incroyablement doux et qui a ce son si unique. C’est un vrai plaisir de conduire, et il est à la hauteur des meilleures voitures de tous les temps. C’est une voiture de sport pratique qui a tenu ses promesses, et même plus.

40 ans de l'Audi quattro
La voiture de rallye quattro Group B qui m’a fait faire le tour de la piste de Curborough Sprint

Avance rapide jusqu’en 2018 et je sautais dans le siège passager d’une Audi quattro Group 4 récréative de 1983 à la Curburough Sprint. Cet hommage à la voiture de rallye emblématique de Duckham des années 1980 a été construit de toutes pièces par son propriétaire Nick Barrington à l’aide d’une coque UR quattro. Pour moi, c’était comme remonter dans le temps jusqu’à mon enfance, en regardant ces monstres de rallye voler sur l’écran de télévision, alors qu’ils crachaient des averses de gravier sur la foule de fans de rallye complètement fous qui se tenaient à quelques centimètres de la mort certaine. Après avoir vu Nick se frayer un chemin sur la piste toute la matinée, j’avais une idée de ce qui m’attendait. Mais je n’étais pas préparé à la folie pure de cette Audi quattro.

40 ans de l'Audi quattro
Quelle voiture de fou !

Au moment de son lancement, le système à quatre roues motrices s’est battu pour gérer les 400 BHP du pot 5. Je n’avais jamais eu l’impression que la voiture essayait de se mettre en pièces, mais c’est ce que j’ai ressenti. Si vous pouvez imaginer le diable de Tasmanie du dessin animé, complètement hors de contrôle mais en même temps sous contrôle, tout en titubant au bord d’une falaise… cela explique en quelque sorte ce que l’on ressent lorsqu’on est assis dans une de ces bêtes à toute allure. Pour dire les choses simplement, c’est l’accélération à toute allure, associée au freinage et aux virages qui vous fait souhaiter d’avoir une jauge de force G, juste pour voir la quantité générée. Et puis il y avait le bruit… à l’extérieur de la voiture, les spectateurs sur la piste appréciaient le turbo et le grondement du moteur… à l’intérieur de la voiture, il n’y avait aucun bruit de turbo que je pouvais entendre ! Il a été remplacé par le moteur et le cliquetis des pierres sur la face inférieure, plus le cliquetis mécanique du système quattro qui travaillait dur pour déplacer toute cette puissance brute. C’était à la fois hilarant et terrifiant. À un moment donné, alors que Nick lançait la bête sur la piste, il a laissé tomber avec désinvolture que sa voiture était désaccordée et pouvait rouler à 600 BHP s’il le voulait aussi. Il fallait que je rie… frénétiquement ! Pour avoir une idée de ce que c’était vraiment, vous pouvez regarder la vidéo ici.

40 ans de l'Audi quattro
La voiture même qui a été conduite par Stig Blomqvist et Björn Cederberg lors du WRC 1983
40 ans de l'Audi quattro
Il n’est pas fréquent de se trouver aussi près d’une véritable légende du rallye !
40 ans de l'Audi quattro
Signé par Stig lui-même !
40 ans de l'Audi quattro
Voir cet important groupe B quattro en action à Motoring at the Manor l’année dernière a été un vrai régal

40 ans de l'Audi quattro

Vous voyez, c’est cette image d’un animal sauvage à peine contenu et mis en cage qui rend le quattro si attrayant. La folie d’une boîte de grenouilles me vient également à l’esprit. La route qui mène à UR Quattro est bien sûr une bête beaucoup plus apprivoisée, mais elle peut quand même vous attirer des ennuis. Et puis il y a l’Audi Sport quattro 306BHP qui a fait passer la route à un niveau de folie turbo. Et si cela ne suffisait pas, la 600BHP Sport Quattro S1 E2 et la 700BHP Sport Quattro RS 002 promettaient de tout conquérir avant elles sur la scène du Rallye mondial. Mais malheureusement, l’annulation du rallye du groupe B en 1986 a mis un terme à tout cela. Mais c’est l’idée de Jörg Bensinger, qui a été reprise par Ferdinand Piech, qui a mis Audi sur la voie de la gloire du rallye. C’est un héritage qui se perpétue aujourd’hui encore.

40 ans de l'Audi quattro
La puissance du turbo sur toute la ligne
40 ans de l'Audi quattro
Le Sport Quattro était un avion à moteur turbo qui n’a pas fait de prisonniers

L’Audi quattro n’est peut-être pas belle à voir, mais son palmarès, tant sur la route que sur l’étape du rallye, parle de lui-même. C’est une brute musclée qui est un tour de force d’ingénierie. Elle est volontaire, carrée, méchante et colérique, ce qui la rend terriblement masculine (dans le bon sens du terme), une philosophie de conception qui se retrouve dans les Audi modernes. C’est une montée d’adrénaline sur les roues et la voiture de l’affiche pour des générations de têtes d’essence. Ce sont toutes ces caractéristiques et ce grand nom qui rendent l’Audi quattro si spéciale.

40 ans de l'Audi quattro

40 ans de l'Audi quattro

40 ans de l'Audi quattro


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *