Audi A3 Sportback 40 TFSIe 2020 : bilan britannique



Qu’est-ce que c’est ?

Personne ne peut accuser Audi de ne pas avoir le choix en ce qui concerne l’A3. Berline ou cabriolet, essence ou diesel, hybride rechargeable de 201 ou 242 ch, cinq niveaux de finition, RS ou S chauffée… À part un Avant en fuschia, il y en a littéralement pour tous les goûts.

Le plus récent à avoir été lancé est le 40 TFSIe Sportback, et l’indice sur la façon dont il est partiellement alimenté réside dans le « e » : électricité. Oui, il s’agit d’un hybride rechargeable équipé d’un moteur à essence de 1,4 litre produisant 148 ch et d’un moteur électrique ajoutant 107 ch et 243 lb-pi. En tout, il développe une puissance de 201 ch et un couple de 258 lb-pi, ce dernier à partir d’un régime utile de 1550 tr/min.

Le sprint 0-62 mph dure 7,6 secondes, ce qui n’est pas tout à fait comparable à celui de la Mercedes-Benz A250e, mais la Merc est plus musclée, avec 258 ch. L’année prochaine, la 45 TFSIe, véritable concurrente d’Audi à Stuttgart, arrivera sur le circuit.

Le moteur électrique de l’Audi reste à l’endroit où il se trouvait sur la dernière A3 enfichable, intégrée dans le carter de la boîte de vitesses à six vitesses et à double embrayage. Alimentant l’essieu avant, seul ou en combinaison avec le moteur à essence, le moteur électrique permet à lui seul une vitesse de pointe de 87 miles par heure et une autonomie de 40 miles (notre version S line devrait atteindre 37 miles).

La batterie de 13 kWh est située sous la banquette arrière, mais n’allez pas croire que cela signifie que le plancher du coffre est à une hauteur normale. Le réservoir de carburant a été repoussé à l’arrière, de sorte que le coffre reste un volume adéquat mais non caverneux de 280 litres. Pour référence, le A3 diesel ordinaire a 380 litres, grâce à un coffre sans réservoir de carburant – toute la différence.

Ailleurs, c’est le cliché de la qualité de conception et de fabrication d’Audi. Il y a un écran tactile… évidemment… mais il y a un bouton physique situé près du levier de vitesse qui vous permet de contrôler le volume, de passer en avant ou en arrière et de couper le son. Si je suis honnête, je ne l’ai jamais utilisé. Les commandes au volant sont beaucoup plus faciles. Celle du tableau de bord est peut-être réservée aux passagers.

Le chauffage est également contrôlé par des boutons et la façon dont ils ont conçu l’écran, les boutons de climatisation, les ventilations et les cadrans ensemble est charmante. C’est un endroit harmonieux pour passer le temps et on peut dire que les designers sont obsédés par les petits détails. Même les poignées de porte ont l’air d’être fabriquées.

A quoi ça ressemble ?

La voiture démarre automatiquement en mode électrique. Bien que l’autonomie revendiquée soit de 37 miles, la nôtre n’affiche qu’une autonomie théorique de 25 miles avec une batterie pleine. C’est peut-être la faute de la période de l’année et du temps froid. Mais en réalité, nous avons réussi à gagner quelques kilomètres supplémentaires en mode électrique uniquement, ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle.

Le moteur électrique est comme vous l’attendez : souple, plein de couple et parfaitement heureux de vivre avec les autres véhicules jusqu’à la limite de vitesse nationale. Le freinage par régénération est puissant, mais pas au point que vous puissiez faire une seule pédale sur cet A3. Vous devrez toucher les freins.

Il reste en mode EV sauf lors des accélérations les plus fortes et, lorsque le moteur à essence est en marche, il remplit très bien les trous de couple. Ce n’est pas une voiture lente et elle semble plus rapide que les 201 ch ne le suggèrent.

Lorsque la batterie finit par s’épuiser, le moteur à essence se met en marche de façon incroyablement douce, au point qu’il faut vérifier si le voyant vert du tableau de bord du VE s’est éteint. Jusqu’ici, tout va bien.

Voici le mais. La douceur de ce moteur électrique pose quelques problèmes. Le premier est le bruit de la route. Les pneus de l’A3 ne sont pas massifs (225/40 R18), mais le bruit que vous entendez lorsque la voiture passe sur le tarmac britannique en panne contraste fortement avec le moteur silencieux.

La même critique peut être formulée à l’égard de la qualité de la conduite. Ce n’est pas inconfortable en soi, mais la suspension s’écarte sur les bosses. Et nous savons tous combien il y en a sur les routes du Royaume-Uni.

Pris isolément, aucun de ces éléments ne constitue un problème majeur. Mais combinés, et compte tenu de la douceur du groupe motopropulseur, ils donnent à la voiture un sentiment de confusion quant à ce qu’elle veut vraiment être.

Dois-je en acheter un ?

Il y a tant de choses qui vont bien avec cet A3. Le design de l’intérieur est impeccable (sans les poignées autour de l’écran tactile) et la qualité est toujours aussi bonne. La façon dont Audi continue à produire des intérieurs comme celui-ci dépasse l’entendement.

La façon dont l’hybride rechargeable s’intègre au moteur à essence est également largement sans défaut, ajoutant un élément utile à une gamme déjà impressionnante de A3. Si seulement le roulement et le bruit de la route pouvaient être améliorés : ils sont trop durs pour ce qui est par ailleurs une voiture relaxante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *