BMW i7


Les premiers mètres de conduite d’une voiture suffisent à en dire long sur celle-ci. Pourtant, dans le cas de la nouvelle BMW i7Nous ne sommes pas au volant de la BMW i7, la berline électrique phare qui trône au sommet de la gamme BMW.

Au lieu de cela, le début de notre itinéraire d’essai a été préprogrammé pour que la voiture puisse se conduire elle-même. La fonction d’aide aux manœuvres de stationnement peut « enseigner » à la voiture jusqu’à 600 mètres de route, par exemple pour entrer et sortir d’une allée, afin qu’elle puisse le faire elle-même la prochaine fois. On peut se demander si cette fonction est vraiment utile, mais il est impossible de ne pas être impressionné lorsque la i7 sort silencieusement du parking, le volant tournant tout seul.

En guise de mise en scène, cela donne un aperçu du rôle de la i7 en tant que modèle phare, non seulement en termes de taille et de prestige, mais aussi en termes de technologie, dont elle regorge. L’i7 ne remplace pas le BMW La Série 7 fait partie de la nouvelle gamme. Tous les modèles de la Série 7 de huitième génération sont dérivés de l’architecture CLAR de BMW, désormais bien connue, qui permet de construire des modèles à moteur électrique et à moteur à combustion sur la même base – contrairement à la concurrence de Mercedes-Benz, où les Mercedes-Benz Classe S et Classe C sont construites sur la même base. Mercedes-Benz Les modèles EQS sont entièrement différents en dessous.

La i7 est le modèle de lancement de la gamme, elle arrivera au Royaume-Uni le mois prochain sous la forme xDrive60 que nous testons ici. Ce modèle à quatre roues motrices utilise deux moteurs électriques (des moteurs de cinquième génération de BMW qui, dit-on, n’utilisent aucun matériau de terre rare) d’une puissance combinée de 536 ch. Une batterie de 102 kWh permet une autonomie officielle de 367 miles selon le cycle WLTP, et elle peut être rechargée jusqu’à 195 kW, vitesse à laquelle une charge de 10 minutes ajoutera 106 miles d’autonomie.

Au printemps prochain, elle sera rejointe par deux versions hybrides rechargeables, comprenant une 750e xDrive de base et une M760e xDrive haut de gamme qui associe un moteur à essence six cylindres de 3,0 litres à un moteur électrique pour une puissance combinée de 563 ch. Plus tard dans l’année, i rencontrera M dans la gamme i7 avec un modèle phare i7 M70 xDrive de 597 ch. Si des versions diesel et essence seront proposées sur certains marchés, le Royaume-Uni n’en fait pas partie.

Tous les modèles britanniques seront à empattement long de série. Ne vous méprenez pas : c’est une voiture très grande et très lourde. C’est la plus grande BMW à ce jour, avec un peu moins de 5,4 mètres de long, et elle pèse 2 715 kg. Elle est 100 mm plus longue qu’une Classe S et 130 mm plus longue que la Série 7 sortante, et elle semble plus grande et plus substantielle sur la route que sa prédécesseur qui n’était pas vraiment timide et réservée. Le fait que la i7 soit susceptible de se vendre particulièrement bien en Chine vous donne un aperçu de la raison pour laquelle elle a pris le caractère, euh, « imposant » qui est le sien. Gracieuse, élégante, intemporelle : aucun de ces mots ne peut être utilisé pour décrire son apparence extérieure, et la plupart des gens, à l’exception des acheteurs chinois avisés, seront certainement d’accord.

Alors qu’à l’extérieur, tout est grand et criard, l’intérieur est tout le contraire. L’habitacle se présente comme un environnement calme et confortable, avec un beau mélange de technologie et de savoir-faire. Les sièges, en particulier, sont agréables à blottir, et ils sont luxueusement garnis de laine de cachemire qui fait paraître le cuir plutôt démodé. Une partie de l’habitacle avant est familière à la iX, y compris l’écran incurvé de BMW pour l’infodivertissement et les instruments du conducteur, une combinaison d’écrans de 14,9 pouces et de 12,3 pouces qui se fondent ensemble derrière le verre et se tiennent fièrement sur le tableau de bord.

Le nombre de commutateurs et de boutons a été réduit par rapport à la Série 7 sortante, mais il est agréable de constater qu’un contrôleur rotatif a été conservé, de sorte qu’il ne s’agit pas d’un environnement uniquement tactile. Il y a également des commandes vocales et gestuelles, bien qu’aucune ne soit aussi intuitive que les entrées tactiles. Là où l’on fait un pas en avant par rapport à la BMW iX, c’est dans certains détails et dans le savoir-faire mentionné plus haut. Le plus remarquable est la barre d’interaction en forme de cristal qui s’étend sur toute la largeur de l’habitacle. Elle s’illumine en fonction du mode de conduite sélectionné (les couleurs rouge et bleu de M en mode Sport, par exemple) et est également intégrée à des commandes tactiles pour les fonctions à divers endroits, y compris les commandes du chauffage et les bouches d’aération. Il est facile de considérer ces éléments comme des gadgets ou de la décoration, mais ils sont impressionnants à utiliser et créent un environnement de grande classe qui ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’une BMW très spéciale.

Les systèmes de divertissement à l’arrière sont toujours un peu nuls. Les écrans fonctionnent rarement bien et les systèmes d’exploitation ont des années de retard sur ceux auxquels nous sommes habitués. Mais ce n’est pas le cas de la i7. Il suffit d’activer l’écran BMW Theatre Screen pour faire apparaître sur le toit un écran 8K de 31,3 pouces équipé d’Amazon Fire TV, avec Amazon Prime Video et Netflix à portée de clic. La qualité de l’image est fantastique, le son du système Bowers &amp ; Wilkins l’est encore plus.

Pour plus de drame, les portes s’ouvrent automatiquement en appuyant sur un bouton de série, et si vous choisissez l’option de sièges arrière Executive Lounge, vous pouvez vous incliner complètement pour regarder votre film préféré sous une couverture avec du pop-corn, ce qui est rendu possible par le siège du passager avant qui se replie lui-même vers l’avant et le bas. La fermeture de tous les stores arrière complète l’expérience de la soirée cinéma.

Très spécial » sont des mots qui n’ont jamais suivi la Série 7 dans l’ère moderne. Mais ce n’est pas le cas cette fois-ci, car l’énergie électrique s’avère convenir parfaitement à la voiture. La Série 7 a toujours été un curieux type de berline de luxe, apparemment plus encline à essayer de se comporter comme une BMW Série 3 qu’à offrir le confort d’une Classe S. Typiquement, et inévitablement, la Série 7 est un modèle de luxe. Typiquement, et inévitablement, la taille globale de la Série 7 a compromis sa maniabilité, et la conduite n’a jamais été aussi bonne de toute façon. Ce n’est pas le cas ici : c’est une voiture confortable et raffinée.

L’astucieuse suspension pneumatique à deux essieux s’auto-nivelle automatiquement et contrôle l’alimentation en air de chaque roue, ce qui permet d’équilibrer la charge. Des amortisseurs adaptatifs sont également contrôlés électroniquement à chaque roue, et la hauteur de caisse est abaissée de 10 mm en mode Sport ou lorsque la vitesse dépasse 87 mph. Tout cela fait que la voiture est très à l’aise sur les petites et grandes bosses, tout en restant apparemment indifférente à tout ce que les routes, même très défoncées, peuvent offrir. Il s’agit d’un bond en avant impressionnant pour la Série 7, et ces nouveaux niveaux de confort, combinés au quasi-silence de la transmission électrique, en font une voiture qui pourrait vous faire croire qu’il s’agit d’une Rolls-Royce, tant ses niveaux de raffinement sont élevés.

Ces nouveaux niveaux de confort ne se font pas au détriment de la tenue de route, car la i7 reste l’une des voitures les plus maniables de sa catégorie. Sa taille et son poids l’empêchent de vous exciter ou de vous engager réellement, mais il y a du plaisir et de l’engagement à prendre sur une route secondaire comme ce n’est pas le cas avec une iX, parce que votre derrière et tout ce poids sont tellement plus proches du sol. Il y a aussi les roues arrière directrices, pour aider à la manœuvrabilité à basse vitesse et à l’agilité et la stabilité à haute vitesse. On ne peut pas tromper la physique, mais il y a un poids agréable dans la direction à rapport variable qui s’ajoute à l’ensemble dynamique global, qui apporte avec lui beaucoup d’adhérence et de prévisibilité.

Vous ne serez pas surpris d’apprendre, étant donné que la i7 développe 536 ch et que son temps de 0 à 62 mph est de 4,7 secondes, que cette voiture est également très rapide. Mais c’est aussi le cas de nombreuses autres voitures électriques. La rapidité n’est pas la raison d’être de la i7 ; ce qui compte ici, c’est la façon dont elle est délivrée. Comme pour le reste de la voiture, elle le fait d’une manière calme et sans effort qui reste entièrement en accord avec le reste du caractère dynamique. Une voiture apaisante à conduire et, très probablement, à être conduite. La conduite sur une seule pédale est facilement réalisable lorsque vous sélectionnez le mode « B » à partir du sélecteur de vitesse situé dans le tunnel central. Par une journée fraîche et humide au Danemark, on nous a indiqué une autonomie totale de 277 miles.

La seule chose qui gâche un tant soit peu le calme de l’habitacle est le bruit du vent autour des rétroviseurs extérieurs et des piliers. Il sera intéressant de voir BMW installer des caméras plus aérodynamiques à la place des rétroviseurs afin de réduire ou de supprimer ce bruit et d’élever encore le niveau technologique de cette voiture.

Un peu de bruit de vent, une apparence difficile et un prix plutôt alléchant d’environ €138,000 comme testé pour notre voiture, équipée comme elle l’était de tant d’options que si nous les énumérions toutes, vous seriez encore en train de lire cette revue pour quelques paragraphes de plus. Ce sont les seuls véritables inconvénients de ce qui est une berline de luxe sérieusement impressionnante.

La taille et le prix de la nouvelle berline de luxe de BMW confineront toujours la i7 à un statut de niche sur les routes britanniques, mais dans sa nouvelle version, ce qui était la Série 7 a reçu un nouveau souffle grâce à son passage à la puissance électrique totale, et elle est enfin pleinement digne de son statut de fleuron de la marque.

Pros

– Raffinement impressionnant- Intérieur de grande qualité- Confort de premier ordre

Cons

– Apparence difficile – Prix élevé