BMW M3 Competition Touring


Enzo Ferrari a fait remarquer que « le client n’a pas toujours raison ». Et comme d’habitude, l’homme qui a effectivement fondé une religion n’avait pas tort.

Pour certains constructeurs automobiles, il est payant d’être visionnaire et direct, quoi qu’il arrive. Garder un œil sur les tendances, mais ne céder à personne ; ne pas céder à l’opinion populaire. L’intégrité est primordiale. Pourtant, il faut parfois permettre aux enthousiastes de faire bouger le chien. Et BMW, bien qu’ayant atteint un véritable statut de paria avec ses récentes tentatives de style, l’a bien compris en imaginant les jouets qu’elle pourrait construire pour célébrer les 50 ans de M.

Les deux boutons rouges de préréglage de la configuration M sur le volant prennent tout leur sens sur cette voiture. Vous pouvez passer de l’amateur d’autoroute sans prétention à l’amateur de supercars aux gros sabots sans avoir à fouiller dans les sous-menus.

L’un de ces jouets est le nouveau coupé M4 CSL, une voiture spéciale « légère » et « hardcore » portant une étiquette à trois lettres que l’on n’a vue que deux fois auparavant, la dernière fois sur la E46 M3 CSL de 2003 et avant cela sur la 3.0 CSL spéciale d’homologation de 1972, dont le prix atteint maintenant la stratosphère.

Lorsqu’il s’agit de flatter les amateurs de pétrole, la réapparition de la CSL était le fruit le plus bas qui soit. Une victoire facile et juteuse. Et pourtant, la M4 CSL est une babiole de collectionneur. Limitée à seulement 1000 exemplaires, avec un prix à six chiffres, elle ne peut être obtenue que dans une gamme très étroite de couleurs, avec des décalcomanies et sans sièges arrière. Les garages chauffés attendent.

Avec un prix équivalent à celui de la Porsche 911, le deuxième des cadeaux d’anniversaire de M n’est pas le champion du monde, mais il est au moins destiné à être utilisé, et l’idée elle-même est encore plus spéciale que celle de la M4 CSL. Une M3 Touring fermente dans l’esprit des ingénieurs de Garching (et, pour ne pas trop pleurer, dans le cœur du reste d’entre nous) depuis 20 ans. Aujourd’hui, elle est enfin – enfin – ici.

Mais avant les sourires, il faut se défouler. On peut se demander pourquoi BMW a mis tant de temps à réaliser cette voiture et quelles étaient les justifications. Ce n’est pas comme si l’idée n’avait jamais effleuré M. Au début des années 2000, la société est allée jusqu’à concevoir une M3 Touring entièrement fonctionnelle sur la plateforme de la E46, mais elle n’a jamais été produite, et BMW a été si discret sur cette pièce unique que sa simple existence n’a pas été rendue publique avant 2016. La conscience coupable, beaucoup ? Elle se serait bien vendue.

Au lieu de cela, l’Audi RS4 Avant et la Mercedes-AMG C63 Estate sont devenues les options de choix pour tous ceux qui recherchaient la convivialité et le caractère spécial des grands super-salons, mais qui avaient besoin d’encore plus de praticité et, peut-être, d’une touche d’exotisme et d’inattendu. (Et soyons clairs : toute voiture à carrosserie break dotée de 503 ch, de sièges baquets en fibre de carbone et de quadruples embouts d’échappement qu’on dirait empruntés à Lamborghini est à la fois exotique et très inattendue).

Certains pourraient également prétendre qu’Alpina a couvert les arrières de BMW dans le domaine de la vitesse, mais cela aurait dépendu de deux choses : que l’Alpina B3 soit un substitut de la M3 en termes dynamiques et que la plupart des gens aient même entendu parler d’Alpina en premier lieu. La première de ces conditions n’est pas vraie et la seconde est discutable.

Il n’y a donc aucune excuse acceptable pour l’absence de longue date d’une M3 Touring, bien qu’au moins les réparations soient maintenant faites avec intérêt. De n’importe quel point de vue, la nouvelle voiture est superbe, n’est-ce pas ? Peut-être que des portes arrière spécifiques à la M3 Touring qui se fondent dans les passages de roue arrière bombés auraient rendu la M3 Touring encore plus frappante sur le trottoir, mais même dans ce cas, je ne suis pas sûr qu’une autre voiture de moins de 100 000 € ait l’air aussi déterminée. Il y a ici une agression discrète et enceinte qui convient parfaitement au concept d’un break ultra rapide à quatre roues motrices.

Notre voiture d’essai porte en plus le pack extérieur en fibre de carbone, les jantes forgées les plus détaillées et le système d’échappement. BMW propose (20 pouces à l’arrière et 19 pouces à l’avant) et des freins en carbone-céramique, entre autres options assez sérieuses.

Le montant total des dommages s’élève à 100 150 €, y compris les 300 € que vous payez pour les rondelles M-anniversaire sur le nez et la queue de la voiture. Notez également que sous la carrosserie, la M3 Touring n’est disponible qu’en version xDrive et uniquement en version Compétition.

En investissant une telle somme dans un break, vous voulez quelque chose qui équilibre le sens de l’occasion et l’utilité sans ambiguïté, non seulement bien mais aussi de manière sensationnelle. Dans l’ensemble, la M3 Touring y parvient. En termes pratiques, elle possède toutes les capacités de la Série 3 break ordinaire, jusqu’à l’ouverture indépendante de la trappe du pare-brise arrière et les bandes de caoutchouc dans le plancher du coffre qui se relèvent lorsque vous êtes en mouvement pour empêcher tout glissement dans l’espace de chargement substantiel. Les sièges de la deuxième rangée se rabattent à plat et, ainsi, la voiture se résume à trois éléments : un moteur turbo monstrueux, des sièges baquets et un coffre sans fin dans votre rétroviseur. Pour ceux qui veulent vivre leurs fantasmes les plus fous à la Rickard Rydell, ne cherchez pas plus loin.

Elle semble également bien équipée. Avec ses 1865 kg, la M3 Touring est 85 kg plus lourde que la M3 berline. Ce poids supplémentaire est dû à l’ajout de métal à l’arrière et à des renforts supplémentaires pour maintenir la rigidité de la carrosserie, mais elle contient cette masse. En augmentant la raideur des ressorts arrière et en modifiant les taux d’amortissement à tous les niveaux, BMW a cherché à reproduire les caractéristiques de comportement de la berline et, à l’exception de ce qui semble être un départ un peu plus brusque lorsque la voiture atteint les limites de l’adhérence et de la traction, elle y est parvenue. Lors d’un test dos à dos, vous pourriez détecter une légère léthargie par rapport à la berline, mais honnêtement, ce serait un diplôme académique. Le fait est que la voiture la plus pratique de la gamme M3 est une voiture qui dévore encore les routes de campagne, et qui reste étonnamment sûre et précise sur les routes secondaires humides et sinueuses.

La M3 Touring vous permet également de vous amuser avec le châssis d’une manière qui n’a rien à voir avec la RS4 Avant – qu’elle surclasse facilement, pour mémoire. Sélectionnez le mode M Dynamic pour le contrôle de la stabilité et vous pouvez lancer librement cette familiale de 174 mph, et même avec tous les systèmes désactivés, elle est bénigne et prévisible. (Par une journée presque glaciale et avec des pneus d’été, nous n’avons pas exploré le réglage de la chaîne cinématique RWD de la voiture, mais l’expérience passée suggère qu’il donnera aux procédures une autre dimension de valeur de divertissement). D’accord, la pédale de frein reste étrangement molle et le raffinement est peut-être un peu moins bon que dans la berline (parce que la cloison arrière est absente), mais ce sont de petits défauts.

En ce qui concerne les performances, vous ne pourriez pas en demander plus. De l’arrêt, la M3 Touring met à peu près le même temps pour atteindre 62 mph que la Porsche 911 GT2 RS de la génération 997. Oui, un break de taille moyenne qui frappe aussi fort qu’une supercar de bonne foi – et déséquilibrée – âgée d’à peine dix ans. L’accélération au démarrage et le grognement à bas régime ne sont pas moins sauvages, bien que dans les modes moteur plus sportifs, le grognement synthétisé de la voiture devienne usant. La S58 est puissante, mais ce n’est pas une atmo S54, qu’elle ait été retouchée ou non.

S’il devait y avoir un « mais », il concernerait la qualité de roulement. Et pourtant, au-delà de la démarche piquante à basse vitesse que l’on retrouve également sur la berline (et qui est acceptable compte tenu du potentiel de performance dont il est question ici), la M3 Touring s’en sort bien. Son comportement sur autoroute est étonnamment raffiné, les amortisseurs sophistiqués permettant aux ressorts de bouger librement en mode Confort.

L’habitacle lui-même possède une maturité digne d’une Série 5, avec son tableau de bord garni de cuir. L’espace pour la tête aux places arrière est également amélioré par rapport à la berline, et il y a un bon espace pour les jambes, même derrière ces gros sièges en carbone. En fait, la seule chose inconfortable dans cette voiture spéciale est de passer par-dessus le rebord de ces sièges en sortant, et si vous n’aimez pas ce son, vous n’avez pas besoin de les ajouter. Il y a très peu d’inconvénients ici, ce qui est tout l’intérêt.

Ainsi, après un délai interminable, la première (et peut-être la dernière) M3 Touring est vraiment tout ce que nous voulions qu’elle soit. Mais soyons honnêtes : neuf fois sur dix, la M340i Touring répond à la même demande. Le cadeau que M s’est offert pour son 50e anniversaire est peut-être pratique, mais il n’est pas particulièrement rationnel, et même à ce niveau de prix, il n’a pas l’envergure de l’autre break supersonique de la Série 3, la B3 Touring d’Alpina (190 mph).

Bien sûr, tout cela n’aura aucune importance pour ceux qui, à juste titre, ont toujours voulu que leur M3 soit proposée en version break. C’est le genre de voiture que l’on veut parce qu’on la veut tout simplement. Tout ce qu’elle a toujours eu besoin de faire, c’est d’exister.