Kia Stonic



Drôle de nom, Stonic, n’est-ce pas ? Il vient en fait des mots « speedy » et « tonic ». D’une certaine manière, ils sont censés évoquer la jeunesse et le plaisir. Ça a suscité beaucoup de réactions, c’est sûr.

Il y a peu de roulis, ce qui est une agréable surprise, même si les sièges ne sont pas les plus souples du monde.
Matt Saunders | Rédacteur en chef des essais routiers

Pourtant, il vaut mieux que le Kia se démarque de la foule – oui, de la foule – car le marché des petits SUV est l’un des plus importants qui soit. En fait, ce segment a doublé de taille depuis que le Stonic a fait ses débuts en 2017, et c’est pourquoi presque tous les constructeurs grand public (et plus que l’étrange constructeur premium) offrent ce qui est effectivement un supermini sur des échasses.

Les grands acteurs sont le Nissan Juke, le Peugeot 2008 et le Ford Puma, ainsi que la voiture sœur du Kia, le Hyundai Kona. Compte tenu du nombre de concurrents qui s’agitent, l’eau dans la partie peu profonde de la piscine du marché des véhicules tout-terrain juniors est manifestement assez belle pour le moment. On se demande, franchement, combien de rameurs supplémentaires elle peut accueillir.

Les clients qui achètent un « SUV du segment B », nous dit-on, ne recherchent pas nécessairement la robustesse ou les capacités, mais plutôt une bicorps de « bonne taille » – après avoir exclu une cinq portes conventionnelle de la taille d’une Golf, car elle est trop grande pour eux. Ils veulent le confort d’un siège conducteur assez haut, et la visibilité améliorée qui en découle, ainsi qu’un coffre de bonne taille – dans un ensemble qui reste plus léger et plus économique que la berline familiale moyenne. Ils apprécient également l’attrait du design alternatif du crossover moderne ; ou du moins, ils aiment l’idée de ne pas posséder une autre voiture à hayon familiale ordinaire à cinq portes exactement comme leur dernière voiture.

C’est donc une bonne chose que le Stonic soit une belle voiture. Kia affirme qu’il a été délibérément conçu pour plaire à tout le monde, contrairement au look « j’aime ou je déteste » du Nissan Juke. En fait, la Stonic s’inscrit dans la continuité d’une riche veine de design de Kia qui a débuté avec la troisième génération du Sportage en 2009 et qui a culminé avec le lancement récent du tout électrique EV6.

Un lifting en 2021 a adouci certains des bords et reprofilé les pare-chocs, mais il mélange toujours les idiomes de design de la berline et du SUV avec sensibilité mais avec un effet saisissant, étant particulièrement beau – aux yeux de cet essayeur – de trois quarts arrière. Il suffit de dire que c’est une voiture que vous remarquerez quand vous en verrez une sur la route.

Malgré les efforts de Kia pour monter en gamme, il n’y a pas beaucoup de matériaux doux au toucher. Le tableau de bord est bien agencé et facile à utiliser, notamment grâce au grand écran tactile de 8 pouces ajouté lors des récentes mises à jour et aux nouveaux matériaux de garniture. L’écran de l’ordinateur de bord de 4,2 pouces a également été revu et offre des graphiques plus nets.

D’un point de vue fonctionnel, cependant, il n’est pas immédiatement évident lorsque vous montez à bord si le Stonic a suffisamment d’identité de SUV en lui. Vous vous abaissez dans le siège du conducteur plutôt que de vous glisser commodément sur le côté, et la vue que vous avez à l’extérieur n’est pas ce que l’on pourrait appeler une vue dominante. L’espace pour la tête est généreux et il y a beaucoup de réglage en hauteur sur le coussin du siège du conducteur, vous permettant de vous percher plus près de la hauteur typique d’un crossover si vous le souhaitez. Mais dans l’ensemble, ce n’est pas une position de conduite qui évoque instantanément la facilité d’accès ou la commodité.

Pour ceux qui sont à l’arrière, les sièges arrière du Stonic sont juste assez grands pour qu’un adulte de taille moyenne puisse s’asseoir confortablement derrière un autre, et ils seront parfaits pour des enfants dans des sièges d’appoint. Les adultes plus grands devront écarter leurs genoux et s’affaisser dans leurs sièges pour éviter le contact avec le dossier et le toit. Le coffre de la voiture est d’une bonne taille (352 litres) et dispose d’un faux plancher pratique en deux parties, de type « planche de coffre », mais il possède également un rebord de chargement sur lequel il faudra soulever les marchandises les plus lourdes. Des résultats mitigés, donc.

Il y a peu de plaintes au sujet des niveaux d’équipement, avec toutes les versions du Stonic comprenant tous les éléments essentiels et plus. Le modèle d’entrée de gamme 2 est équipé de jantes en alliage de 16 pouces, de la climatisation, de vitres électriques et d’un écran tactile de 8 pouces avec Apple CarPlay et Android auto. Il y a aussi une gamme complète d’équipements de sécurité, y compris le freinage d’urgence autonome avec détection des piétons et des cyclistes.

Passez à la GT-Line et vous bénéficiez de jantes en alliage plus grandes, de la climatisation et de capteurs de stationnement arrière, tandis que le modèle Connect ajoute l’entrée sans clé, la climatisation, un garnissage des sièges en similicuir partiel et, à l’extérieur, un extérieur bicolore avec une couleur de toit contrastée.

Cette peinture est également présente sur la GT-Line S, qui partage également ses phares à LED avec la GT-Line. En plus de ce kit, elle ajoute des sièges et un volant chauffants ainsi que des aides à la conduite supplémentaires, notamment la surveillance des angles morts, l’alerte de franchissement de ligne et, sur les modèles équipés de la transmission à double embrayage DCT, le régulateur de vitesse adaptatif.

Partageant sa plateforme avec le supermini Rio de Kia, le Stonic a le même empattement que la Rio, mais il est légèrement plus large et plus long dans le porte-à-faux arrière, ainsi que d’avoir une hauteur de roulement légèrement « surélevée » et une ligne de toit encore plus élevée. Pourtant, les différences les plus significatives entre cette voiture et son donneur supermini sont légères : 42 mm de garde au sol et 70 mm de hauteur totale.

Puisqu’il n’y a pas non plus d’option de quatre roues motrices dans le Stonic et pas de moteur plus puissant que 118 ch, c’est une voiture qui porte clairement son costume de SUV de manière assez lâche. Mais c’est de plus en plus courant pour les voitures de cette catégorie.

Le rafraîchissement de mi-vie en 2021 a vu un petit remaniement de la gamme de moteurs, avec l’abandon des moteurs essence et diesel précédents en faveur d’une seule version essence 1.0 litre trois pots de la nouvelle génération Smartstream de Kia, qui ajoute la technologie de valeur variable pour une meilleure efficacité et un meilleur couple que le moteur Kappa qu’il remplace.

Ce moteur est disponible en deux versions : une version d’entrée de gamme de 99 ch et une version hybride douce de 118 ch, comme celle testée ici. Doté d’un générateur de démarrage intégré de 48V (que Kia appelle EcoDynamics+), il est associé à la nouvelle boîte de vitesses manuelle intelligente (iMT) de la firme. La boîte à six vitesses est actionnée électriquement plutôt que mécaniquement, ce qui est conçu pour maintenir l’engagement d’un manuel tout en maximisant les économies de carburant et les avantages en matière d’émissions de l’ISG 48V.

Comme on peut s’y attendre, les deux moteurs sont raisonnablement efficaces et propres, mais c’est l’hybride léger qui fournit les meilleurs chiffres sur le papier, avec une consommation annoncée de 51,4mpg et des émissions de CO2 de 125g/km pour la boîte manuelle à six vitesses, tandis que la DCT à sept vitesses atteint les mêmes 49,6mpg et 129g/km que le modèle non-hybride d’entrée de gamme de 99bhp avec l’une ou l’autre boîte.

Malgré cette nouvelle technologie, derrière le volant, les changements sont aussi subtils que les retouches stylistiques du Stonic. Le moteur offre une sensation classique de trois pots, parfois rauque mais largement silencieux, et avec une touche de raffinement offerte par le moteur en roue libre. La boîte de vitesses iMT ressemble beaucoup à une boîte manuelle traditionnelle : elle se marie bien avec le moteur et est réactive, bien que peu excitante.

En ville, elle a tendance à sursauter un peu en réponse aux premières sollicitations de l’accélérateur, et n’est donc pas toujours aussi douce qu’on le souhaiterait loin de l’arrêt. Mais il y a beaucoup de couple accessible ici, ce qui rend facile l’accélération de la voiture, le maintien de votre élan – et les dépassements quand vous en avez besoin.

Le réglage de la suspension de la voiture, tout comme son design extérieur, est clairement destiné à la faire sortir du lot parmi une foule croissante de petites voitures similaires, notamment en engendrant une expérience de conduite dynamique et posée – et dans cette mission, la voiture ne réussit que partiellement, surtout face à des performances assurées et divertissantes comme la Ford Puma.

Son comportement à basse vitesse est ferme et légèrement irritant en ville, où la voiture devrait se sentir plus à l’aise que le supermini moyen. Le corps du Stonic s’agite et s’agite sur les routes inégales, et tandis que le contrôle de la carrosserie se calme un peu à des vitesses plus élevées, il ne s’approche même pas des niveaux de confort et d’isolation améliorés que l’on attend d’une voiture haute.

Le Stonic se manie avec vivacité jusqu’à un certain point et garde son corps plat à tout moment mais, bien qu’il se dirige avec rythme, il y a un peu trop de poids de plomb à la jante, et trop peu de véritable incisivité hors centre, pour vous enthousiasmer vraiment. Les niveaux d’adhérence de la voiture ne sont que modérés, tandis que l’expérience de conduite de la voiture n’est certainement pas aussi confortable que vous auriez pu l’attendre, et elle n’est pas non plus cohérente et amusante. Pourtant, conduite avec une retenue quotidienne, elle est capable et posée, gérant tout ce que vous lui lancez sans vous donner l’occasion de réfléchir à ce qu’elle fait, et pour son marché cible, c’est sans doute très bien. Si vous recherchez le plaisir, cependant, vous devrez vous rendre chez votre concessionnaire Ford et essayer l’une de ses Pumas.

Pourtant, il y a encore beaucoup de choses à recommander à la Kia. Non, ce n’est pas un leader de sa catégorie, mais c’est une voiture élégante, agréablement sympathique et légèrement alternative à beaucoup d’autres. Les récents changements apportés à la voiture ne l’ont pas fait grimper dans la hiérarchie, mais les modifications ont été utiles, en particulier l’hybride 48V qui apporte une touche de raffinement et une économie de carburant supplémentaire utile.

Elle reste une machine bien adaptée aux besoins des acheteurs potentiels avec un certain nombre d’atouts admirables. Mais alors que le haut de gamme de la catégorie a progressé grâce à la Puma et au T-Cross, le Stonic n’a fait que suivre le rythme du peloton de chasse derrière.

Voir toutes les offres de voitures d’occasion



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *