Mazda MX-5 1.5 Sport Venture 2021 : essai routier



Qu’est-ce que c’est ?

Disparues, récompense si trouvées : toutes les voitures de sport abordables, à propulsion arrière.

Toyota n’étant plus dans le coup jusqu’à l’arrivée de la GR 86, c’est à Mazda qu’il revient de porter le drapeau de ce créneau qui se rétrécit rapidement, même si, étant donné que la MX-5 est depuis longtemps le leader du segment, le drapeau est plutôt grand.

Le roadster de quatrième génération n’a peut-être pas beaucoup changé visuellement depuis son lancement en 2015, mais une récente mise à jour à l’échelle de la gamme a introduit la fonctionnalité stop-start et le système i-Eloop KERS de Mazda.

Ce dernier utilise un condensateur pour stocker l’électricité générée par l’alternateur lors de la décélération, qui est ensuite utilisée pour alimenter les systèmes de l’habitacle tels que la climatisation. L’alternateur peut alors se désengager et réduire la traînée pour un gain de rendement énergétique promis de 5 %.

Cela peut sembler peu, mais si c’est ce qu’il faut pour maintenir des voitures comme la MX-5 en production à une époque d’électrification croissante, nous le prenons volontiers.

Mazda sait que les améliorations de l’efficacité ne sont pas susceptibles de faire tourner la tête des clients, et c’est là qu’intervient cette édition limitée de la Sport Venture. La MX-5 n’est pas étrangère à une ou deux éditions spéciales, la dernière en date étant en quelque sorte un hommage à la Mk3 Sport Venture sortie en 2014.

Disponible exclusivement avec le moteur d’entrée de gamme de 1,5 litre, cette nouvelle Mk4 Sport Venture est dotée d’une ravissante teinte de peinture bleue (Mazda l’appelle Deep Crystal Blue Mica, mais sous certains angles, il est difficile de dire qu’il ne s’agit pas de gris foncé), d’un toit en tissu gris et de garnitures argentées sur les rétroviseurs extérieurs et les arceaux de sécurité.

À l’intérieur, vous disposez d’un cuir Nappa Light Stone (pas tout à fait blanc, pas tout à fait crème), qui est normalement réservé aux voitures Sport Tech supérieures, vendues exclusivement avec le moteur 2,0 litres plus puissant et qui exigent une prime de près de 3 000 € par rapport à la Sport.

C’est comment ?

Elle ne développe « que » 130 ch à partir de 1,5 litre, mais c’est déjà beaucoup lorsque l’ensemble de la voiture pèse un peu plus d’une tonne et vous incite à rechercher la ligne rouge à chaque changement de vitesse de sa boîte manuelle à six rapports. Peu d’autres voitures à ce prix s’approchent de cette sensation mécanique lorsque vous passez le levier de vitesse de la seconde à la troisième.

Le stop-start est intégré en douceur et l’économie de carburant est très respectable, bien que l’indicateur de changement de vitesse du tableau de bord puisse être ennuyeux en vous demandant d’utiliser la sixième vitesse à 30mph. Le moteur émet un son plutôt grinçant lorsque vous le faites. Il n’est pas particulièrement rauque à n’importe quelle vitesse, mais cela convient plutôt au comportement de la voiture en tant que roadster amusant et détendu.

La puissance maximale arrive à 7000 tr/min et est délivrée de manière linéaire sur toute la plage de régime, étant suffisamment réactive pour la conduite en ville à bas régime, mais s’animant dès que l’on monte en régime. Les hot hatchbacks modernes sont plus rapides en ligne droite, mais ce n’est pas une mauviette, et c’est plus gratifiant dans les virages en tout cas.

Sans changement mécanique, la MX-5 reste un véritable plaisir à conduire, grâce à son poids léger et à sa tenue de route équilibrée. Il y a beaucoup d’adhérence quand on appuie dessus, et bien que vous puissiez forcer l’arrière à sortir, cela demande plus d’effort que la voiture plus puissante de 2.0 litres et elle est très indulgente quand vous essayez de la récupérer.

Peu de propriétaires de MX-5 conduisent leur voiture tous les jours, étant donné l’espace limité du coffre et le bruit du vent du toit, mais ceux qui le font apprécieront les jantes en alliage de 16 pouces de la Sport Venture. Elles permettent d’avoir un peu plus de caoutchouc à chaque coin pour adoucir la conduite, ce qui rend la progression plus détendue que celle de la R-Sport de l’année dernière, qui était montée sur des jantes de 17 pouces.

L’intérieur en cuir sur mesure donne à l’habitacle une sensation d’air et de lumière lorsque le toit est fermé, tandis que la fermeture manuelle unique vous permet de le baisser en quelques secondes lorsque l’occasion se présente.

Il n’y a pas grand-chose d’autre qui puisse laisser penser que vous êtes au volant d’une MX-5 rare, mais l’attention portée au conducteur ne laisse rien à redire.

L’intégration du smartphone est de série et l’écran d’infodivertissement de 7,0 pouces est facilement contrôlable grâce au bouton rotatif situé sur le tunnel de transmission.

Devrais-je en acheter une ?

Si vous êtes à la recherche d’un véhicule à propulsion arrière… capote souple et que vous avez 30 000 € à dépenser, vous n’avez pas vraiment le choix : la MX-5 n’a plus de rivale directe. Seule la BMW Série 2 Cabriolet s’en approche – mais avec quatre places et une masse nettement supérieure, elle est loin d’être aussi dynamique.

À moins que vous ne prévoyiez de passer du temps sur un circuit, le moteur d’entrée de gamme a sans doute plus d’attrait pour le conducteur que le moteur plus puissant de 2,0 litres, offrant des performances intéressantes à des vitesses conformes à la réglementation routière.

La question de savoir si la Sport Venture vaut la peine d’être recherchée est plus discutable, cependant. Elle ne se démarque pas de la même manière que la R-Sport de l’année dernière, plus distinctive, mais si la combinaison cuir blanc et petit moteur vous plaît, c’est la seule façon de l’obtenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *