DS 9 2021 Revue de presse



Qu’est-ce que c’est ?

Avant de pouvoir attaquer sérieusement dans la vie ou dans les affaires, il faut un leader. C’est pourquoi l’équipe britannique qui cherche à établir la marque de luxe DS de Stellantis dans ce pays est impatiente (et quelque peu soulagée) de lancer son modèle phare DS 9, qui doit arriver dans les salles d’exposition en septembre.

Il s’agit d’une berline quatre places du segment E, dont la taille et la position sont comparables à celles de la Série 5 de BMW et de l’A6 d’Audi. Bien que le patron britannique de DS, Jules Tilstone, ne cherche pas à égaler ces majors en termes de volume (le succès se mesurera « en centaines », dit-il), le nouveau modèle apporte sans aucun doute une meilleure forme à l’ensemble de la gamme DS, qui se composera désormais de quatre modèles (DS 3, 4, 7 Crossback et 9), et affine l’offre de la marque en matière de luxe, de matériaux de qualité, de service client de grande classe et de « savoir faire » français.

Bien que DS n’ait pas eu de succès jusqu’à présent dans ce pays, sa 9 et la 4 récemment arrivée annoncent une nouvelle détermination à se développer au Royaume-Uni, un marché qui dépense généreusement en voitures haut de gamme.

Actuellement, 28 détaillants britanniques ont été établis, et d’autres sont prévus. En plus d’essayer d’offrir un service à la clientèle de premier ordre, DS a l’intention de faire valoir sa pertinence dans les conditions modernes : tous les modèles sont déjà disponibles sous forme électrifiée, 30 % des clients de 2020 ont choisi une voiture électrifiée et la moyenne de CO2 de la flotte de DS l’année dernière n’était que de 83,1 g/km, un chiffre que beaucoup de rivaux s’arracheraient.

L’offre de service à la clientèle semble également réelle. Les acheteurs peuvent spécifier les voitures à l’aide de gadgets de réalité virtuelle, louer des voitures de différentes manières, choisir de faire enlever leur DS à leur domicile ou à leur bureau pour l’entretien, assister à des événements privilégiés (shop-ins de Harvey Nichols, excursions à Kew Gardens, écoles de boulangerie) et il est très probable qu’ils se verront offrir un accès spécial à la prochaine course de Formule E de Londres (24-25 juillet, Excel Centre). Face à des noms plus connus du sport automobile, DS a remporté les championnats de Formule E des deux dernières années.

La 9 est une grande voiture, dont les principales dimensions sont similaires à celles de ses rivales A6 et Série 5, avec une longueur totale de 4,93 mètres. Elle est construite sur la plus grande version à ce jour de l’architecture EMP2 de Stellantis, ce qui donne un empattement généreux de 2900 mm dont les principaux effets sont d’adoucir la qualité de conduite, d’augmenter l’espace aux genoux à l’arrière (le meilleur de la catégorie) et d’améliorer la taille des portes arrière, qui offrent un meilleur accès que de nombreuses rivales à toit bas.

La voiture utilise une structure monocoque en acier avec un groupe motopropulseur transversal à traction avant – dans le cas de notre voiture d’essai, un moteur turbo essence 1,6 litre quatre cylindres à injection directe de 178 ch, assisté d’un moteur électrique de 110 ch. Une batterie de 11,9 kWh est logée sous les sièges arrière, offrant une autonomie de 34 miles en mode électrique uniquement.

Il existe deux versions : Rivoli+, dont l’accent est mis sur le luxe, et Performance Line+, un peu moins cher mais toujours aussi luxueux, avec un intérieur en Alcantara. Un choix de trois groupes motopropulseurs est proposé avec chacune d’elles : une 225 à essence, une 225 E-Tense PHEV et, à venir, une 360 E-Tense 4×4. Notre voiture d’essai était une Rivoli+ E-Tense 225 PHEV à traction avant.

Les prix se situent actuellement entre 40 000 et 50 000 € (notre voiture coûtait 49 200 €), mais il est possible de payer plus pour un intérieur Opera qui offre du cuir nappa « watchstrap » pour les sièges et le tableau de bord. Et le prochain 4×4 360 sera vendu bien au-delà des 50 000 €. Malgré tout, pour ce qui est de la taille et de l’équipement, la voiture se compare bien à ses rivales, d’autant plus que la qualité de sa fabrication en Chine semble, à première vue, être à la hauteur de celle des Allemands et des Japonais.

Il n’y a pas vraiment de 9 d’entrée de gamme : toutes les voitures sont très bien équipées avec des commodités telles que des phares matriciels et un régulateur de vitesse radar, et les hybrides rechargeables reçoivent toutes la suspension DS Active Scan, une caméra infrarouge qui observe les irrégularités de la route et configure les amortisseurs réglables pour les minimiser.

Comment c’est ?

Lorsque vous vous approchez de la 9 pour la conduire, elle apparaît comme un agréable mélange de conventionnel et d’avant-garde. Le profil de la carrosserie est assez Audi, mais les détails – tels que la calandre 3D complexe, les phares angulaires, les feux arrière en verre taillé et les répétiteurs de clignotants placés en haut des montants arrière – sont tous exécutés avec qualité et ne perturbent pas une forme relativement gracieuse. Les roues sont de 19 pouces, avec des styles différents pour la Rivoli et la Performance.

A l’intérieur, la planche de bord est pleine d’interrupteurs angulaires et de détails élaborés, pas spécialement cohésifs ou agréables à mon œil mais bien exécutés et sans doute une question de goût. Cette voiture n’est pas destinée à plaire à tout le monde, comme le souligne DS, et même parmi les amateurs qui ont testé la voiture le même jour que nous, les réactions varient de négatives à très positives. L’intérieur et l’instrumentation sont bien disposés et complets, l’habitacle est spacieux, l’espace pour les jambes à l’arrière est très généreux et l’espace pour la tête est bon partout. Les sièges avant sont très confortables, avec un excellent soutien lombaire réglable et des fonctions de massage intégrées.

Sur la route, la 9 se montre très agréable, avec un temps de 0 à 62 km/h de 8,3 secondes. Il y a quatre fonctions de conduite : Economy, Sport, Electric-only et Hybrid (la dernière étant orientée vers la conduite électrique en ville). La fonction Sport aiguise la réponse de l’accélérateur et raidit la conduite, bien que les marges soient plus petites que sur certaines rivales et qu’il faille l’essayer plusieurs fois pour sentir la différence.

Notre préférence allait au confort, parce qu’il apportait une souplesse agréable sur les nids de poule britanniques omniprésents (avec une perte occasionnelle de contrôle des roues dans les plus gros), tandis que le bidule de contrôle de la suspension qui regarde vers le bas de la route semblait offrir un contrôle de la carrosserie bienvenu dans les ondulations lentes et profondes, là où les voitures souples souffrent habituellement d’un trop grand « soulèvement ».

La direction est bonne du point de vue de l’engrenage et de l’effort, bien qu’elle ne soit pas dans la rue BMW pour la précision en ligne droite (et la voiture peut traîner sur les crêtes longitudinales). La pédale de frein semble un peu molle à l’attaque, mais les freins sont puissants et faciles à moduler, permettant notamment d’arrêter la voiture en douceur.

Les différents modes du groupe motopropulseur sont remarquablement bien intégrés. Il s’agit d’une voiture construite avant tout pour le confort, et si vous la conduisez de cette façon (ce qui ne veut pas dire lambiner), vous apprécierez la façon dont elle glisse de l’arrêt électriquement, et évite les rafales intrusives du moteur qui affectent d’autres voitures de ce type. La propulsion dispose de trois modes : quasi-silence lorsque vous conduisez normalement, un bruit de quatre cylindres légèrement décevant lorsque vous allez un peu plus vite et un grognement agréable bien que distant lorsque vous donnez tout.

Ce qui m’a le plus marqué, c’est le raffinement de la 9. Tous les modèles utilisent un verre acoustique de 3,6 mm d’épaisseur, ce qui atténue sensiblement les bruits extérieurs. Le bruit mécanique est faible, comme prévu, mais la meilleure caractéristique est le faible bruit de la route sur les surfaces bitumées les plus grossières du Royaume-Uni, un avantage majeur par rapport aux concurrents allemands.

Passez du temps à conduire et vous vous rendrez compte que cette voiture est un exemple parfait de ce que les PHEV sont censés être : une voiture économique et ultra-propre en ville, avec le confort, le raffinement et les longues jambes pour les voyages d’une journée à travers le pays.

Dois-je en acheter une ?

Les responsables de DS sont confrontés à des défis de taille pour établir leur marque au Royaume-Uni et attirer les clients (80 % d’entreprises) qui pourraient tout aussi bien opter pour une BMW.

Mais ils ont deux armes pour se battre : l’offre d’être libéré du syndrome du « toujours pareil » qui affecte de nombreux acheteurs de flottes, et une bonne voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *