Mini Electric 2020 : Test & Avis



Qu’est-ce que c’est ?

Lorsqu’ils discutent des débuts britanniques de la nouvelle Mini Electric, les dirigeants de la société à Oxford ne voient pas l’intérêt de faire preuve de modestie. « Nous pensons que ce lancement sera un point de basculement pour l’adoption des voitures électriques dans ce pays », déclare David George, directeur de la marque.

Lors de la manifestation de lancement au Royaume-Uni, dans l’Oxfordshire, un fort consensus s’est dégagé sur le fait que George a raison. L’arrivée de la Mini sous forme de batterie sera un événement commercial plus important que les deux autres douzaines de débuts électriques cette année – et sans doute le plus important depuis la Jaguar I-Pace il y a deux ans.

Jusqu’à présent, les présages du succès de la voiture sont excellents. Deux mille clients britanniques ont passé des commandes avant de conduire la voiture, et la plupart ont opté pour le modèle le plus cher. La production électrique représente déjà 10 % du volume total de la Mini, soit environ 500 unités par semaine. Et jusqu’à présent, l’usine ne souffre pas des problèmes de composants qui accablent les autres constructeurs de voitures à batterie.

L’entreprise a adopté une nouvelle façon de vendre son modèle électrique. Il n’y a que trois niveaux d’équipement, chacun avec une spécification et un prix fixes, mais à l’intérieur de chacun, il y a un choix de couleurs, de styles de garnitures et de roues et des touches de personnalisation. Même la voiture de niveau 1 est bien équipée (phares LED, climatisation, tableau de bord numérique de conception nouvelle, essuie-glaces à détection de pluie et feux automatiques).

Cette voiture de pointe est dotée d’un toit ouvrant panoramique, d’une hi-fi Harman Kardon et d’un choix de cinq styles de jantes en alliage. Compte tenu de la subvention actuelle de 3 500 € accordée par le gouvernement pour les voitures électriques, les prix commencent à 24 400 € et passent à 30 400 €. Au départ, les distributeurs de miniatures s’attendaient à ce que la « raisonnable » voiture de niveau 2 se vende mieux, mais les premiers utilisateurs – dont 70 % n’ont jamais possédé de Mini auparavant – choisissent pour la plupart le niveau 3.

À l’intérieur, l’écran numérique est peut-être tout neuf et regorge d’informations sur la consommation électrique et la portée restante, mais les commandes et le dispositif de commutation sont par ailleurs d’une ressemblance rassurante avec les modèles existants.

Le moteur électrique synchrone hybride de la Mini Electric, de 181 ch et 199 lb-pi, provient de la BMW i3s, mais il entraîne les roues avant au lieu des roues arrière. Ce moteur particulièrement compact et son électronique de puissance sont enfermés dans un cadre en alliage de type caisse conçu pour arriver à la chaîne de production sous la forme d’un sous-ensemble qui utilise les mêmes fixations qu’un moteur Mini conventionnel à combustion interne.

La batterie au lithium-ion (qui a une puissance utile de 28,9 kWh, contre près de 50 pour une Renault Zoe) est en forme de T, la plus grande partie de sa masse se trouvant dans l’espace du réservoir de carburant sous la banquette arrière et le reste au centre de la voiture. Au total, une Mini Electric pèse 1326 kg – 145 kg de plus qu’une Cooper comparable – mais sa répartition de poids est presque exactement de 50:50.

A quoi ça ressemble ?

Sur la route, la voiture ressemble beaucoup à une mini, sauf que le bruit du groupe motopropulseur est presque imperceptible et que la voiture semble particulièrement « plantée ».

Bien qu’elle roule un peu plus haut qu’une voiture standard, la batterie de la Mini Electric, montée en position basse, lui donne un centre de gravité nettement plus bas de 3 cm. Malgré son gain de poids, la voiture peut rouler pendant 7,3 secondes à une vitesse de 0 à 62 mph. C’est seulement 0,4 fois moins rapide qu’une Mini Cooper S.

On pourrait s’attendre à ce que tout ce couple entraîne un patinage sauvage, surtout sur le mouillé, mais la voiture est dotée d’un système d’antipatinage d’une précision remarquable et d’une rapidité d’action remarquable, qui dompte complètement le patinage, maintenant la Mini parfaitement en ligne même lorsque vous la provoquez délibérément. Peu de voitures, quel que soit leur prix, dirigent aussi bien ou tiennent leur trajectoire avec autant de précision.

La Mini Electric (qui dispose de quatre modes de conduite) peut être conduite avec confiance et verve n’importe où, bien que l’autonomie officielle de 144 miles se dissolve rapidement pour atteindre plutôt 110 miles si vous utilisez vraiment la voiture. Les utilisateurs de Mini reconnaissent qu’une faible autonomie est l’un des rares points de critique sérieux de la voiture, mais ils déballent l’argument habituel selon lequel une batterie plus grosse signifie un coût et un poids plus importants, deux éléments inappropriés lorsque la plupart des gens conduisent beaucoup moins de 50 miles par jour.

Dois-je en acheter un ?

En tout état de cause, il est peu probable que les acheteurs soient dissuadés. La Mini Electric a un charme énorme, une excellente qualité et de formidables caractéristiques de conduite (sans parler d’une petite balade sur les petites routes britanniques) et il est certain qu’il y aura une forte demande continue.

George a raison : le rôle clé de cette voiture sera de vendre l’idéal électrique à des Britanniques qui ne l’ont jamais envisagé auparavant.

Spécification Mini Electric

Oxfordshire, Royaume-Uni Prix 24 400 € (après subvention du gouvernement) En vente maintenant Moteur Moteur électrique hybride synchrone Power 181bhp Couple 3,5 mètres Boîte de vitesses 1-spd automatique Poids à vide 1326kg Vitesse de pointe 93mph 0-62mph 7.3sec Gamme 144 miles (WLTP) CO2 0g/km Rivaux Renault Zoe, Peugeot e-208, Volkswagen e-Up

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *