Peugeot e-2008 2021 : bilan à long terme



Pourquoi nous l’avons publié : Voir si la formule à succès de Peugeot se traduit par un petit SUV, sous forme essence puis électrique.

Mois 5 – Mois 4 – Mois 3 – Mois 2 – Mois 1 – Prix et spécifications

La vie avec une Peugeot e-2008 : Mois 5

Le beau crossover avait commencé à nous convaincre en version essence trois pots. La version électrique, plus onéreuse, a-t-elle conclu l’affaire ? – 17 mars 2021

Que pourriez-vous – ou, plus pertinemment, que voudriez-vous – acheter avec 6550 € ? En faisant une recherche rapide dans les petites annonces en ligne pour cette somme exacte, j’ai trouvé une BMW 520i 1989, une Seat Ibiza 2017 et une Nissan Leaf 2011.

Ces deux dernières sont particulièrement pertinentes pour mon propos, car 6550 € est la différence entre la Peugeot 2008 turbo essence 1,2 litre que j’ai exploitée l’année dernière et la Peugeot e-2008 électrique qui l’a remplacée. Je choisirais l’Ibiza plutôt que la Leaf sans une seconde d’hésitation, mais quelle version du nouveau SUV de taille moyenne de Peugeot prendre est une décision plus difficile à prendre.

Avant de me lancer, je dois cependant préciser certaines choses. Premièrement, comme des milliers d’autres personnes que le gouvernement et les constructeurs automobiles aimeraient convertir à la conduite sans émissions, je suis loin d’être le propriétaire idéal de VE. Je ne peux pas installer de wallbox chez moi, le chargeur rapide le plus proche est à 18 miles et le chargeur situé à quelques pas de mon appartement n’est ni rapide ni convivial. Ainsi, je n’ai jamais eu plus d’une charge de 50%, donc mes chiffres réels d’autonomie sont des estimations éclairées. Deuxièmement, j’ai eu la e-2008 pendant le gel hivernal, ce qui a affecté sa batterie. Vous pouvez considérer ces problèmes comme des problèmes d’infrastructure et de VE eux-mêmes, mais avec les VE, plus qu’avec tout autre type de voiture, les circonstances personnelles sont cruciales.

Je n’ai pas honte d’admettre que j’ai toujours été, en principe, un fan des VE, grâce à leurs références écologiques, leur accélération forte et douce et leur silence inégalé. Ce sentiment a été renforcé par des conduites dans les fantastiques Hyundai Kona Electric et Kia e-Niro lors de leur sortie en 2018, mais les réalités à long terme mises en évidence par l’e-2008 ont représenté des éclaboussures d’eau froide.

Malgré cela, j’ai largement préféré conduire la e-2008 à la 2008 à essence. Contrairement à ses rivales coréennes, la Peugeot EV n’est pas follement enthousiaste ; elle dispose d’une puissance raisonnable de 134 ch. Pourtant, le couple est fort et, comme pour tout moteur électrique, il est disponible instantanément, ce qui signifie que vous pouvez vraiment vous bloquer si vous mettez le pied au plancher à partir de l’arrêt ; ce n’est pas le cas lorsque vous roulez à 80 km/h et que vous avez envie d’un dépassement rapide.

En même temps, elle est silencieuse et facile à conduire, car vous n’avez pas à manipuler éternellement un embrayage et un levier. Sifflez païen tant que vous voulez, mais vraiment, quel plaisir peut-on tirer d’une boîte de vitesses manuelle engourdie dans un crossover familial circulant en ville ? Le bruit du moteur (même s’il n’est pas désagréable sur le plan sonore ; j’apprécie plutôt le grognement des moteurs à trois cylindres) et l’effort de la boîte de vitesses mis à part, l’essence 2008 ne pourra jamais être aussi douce dans son fonctionnement.

La différence de poids se fait également sentir : la VE est plus lourde de 356 kg, ce qui signifie que la conduite de la voiture à essence est moins ferme. Le revers de la médaille est qu’elle est beaucoup moins réticente à se déraciner lorsque vous tournez le volant ; vous sentez vraiment le poids supplémentaire de la VE par rapport à la voiture à essence dans les virages. L’éléphant dans la pièce – plutôt le mammouth, en fait – est l’autonomie. J’ai obtenu une moyenne d’environ 45mpg avec la 2008 à essence, ce qui lui donne une autonomie d’environ 430 miles – soit presque quatre fois celle que j’obtenais habituellement avec la e-2008, beaucoup plus chère. Et ce, malgré l’utilisation constante du mode B, qui renforce le freinage par régénération – ce que j’ai préféré, et pas seulement par nécessité, car cela m’a permis de conduire en grande partie en utilisant uniquement l’accélérateur.

Nous pouvons maintenant nous abstenir de comparer les différences, car les deux 2008 sont identiques à l’intérieur, à l’exception d’un bouton du tableau de bord et des cadrans de leurs écrans numériques. Deux écrans sont de série : un écran de données configurable devant le conducteur et un écran tactile d’infotainment au centre du tableau de bord, orienté vers vous. Ce dernier a un aspect net et est assez facile à utiliser, mais la fréquence à laquelle j’ai dû l’utiliser m’a énervé. Il y a deux rangées de boutons sous l’écran tactile, mais la climatisation doit être commandée via l’écran.

La 2008 est meilleure sur d’autres aspects pratiques : le siège conducteur est confortable et offre une bonne visibilité panoramique ; il y a beaucoup d’espace pour deux personnes à l’avant ; les passagers arrière n’ont jamais eu à se plaindre ; et le coffre s’est avéré assez grand pour que je puisse facilement déplacer des meubles.

La seule chose avec laquelle je n’ai jamais pu m’entendre est le volant, qui n’est pas seulement petit et rectangulaire, mais qui doit aussi se trouver presque sur mes genoux pour que je puisse voir les cadrans. Le Kona et l’e-Niro ont des cockpits réguliers ainsi qu’une autonomie bien plus importante, ils l’emportent donc sur l’e-2008. Mais le 2008 à essence est un concurrent de poids dans la catégorie très populaire des crossovers à essence, capable de se mesurer aux Renault Captur, Nissan Juke et Ford Puma.

De retour à ma muse initiale : devriez-vous payer €6550 pour avoir une e-2008 plutôt qu’une 2008 ? Vous serez choqué de voir que mes frais d’utilisation sur 530 miles n’ont été que de 10,67 € ; c’était grâce à l’utilisation exclusive d’un chargeur rapide Ionity, car le chargeur que j’utilisais habituellement ne m’a jamais, euh, chargé, bien que je l’aie activé avec ma carte de débit. Il y a aussi deux carottes qui pendent au bout du bâton de M. Sunak : l’exemption de la taxe routière et l’exemption de la taxe sur les véhicules de société.

Comme toujours, vous devez donc décider en fonction de votre situation. C’est pourquoi je suis revenu à une voiture à essence, tout en regardant les VE qui se chargent dans les allées des voisins, notamment une smart Onyx Black e-2008.

Deuxième opinion

Un look saisissant, une conduite facile et plus de dynamisme que ce que l’on pourrait attendre d’un SUV compact lourd font de l’e-2008 un concurrent féroce dans ce segment en pleine expansion. A condition que l’autonomie et les commandes frustrantes ne vous rebutent pas.

Rachel Burgess

Retour au début

J’adore ça :

Impressionnant et silencieux L’accélération de l’EV était douce et déterminée, il était bien raffiné et sa conduite était une agréable surprise.

Hé, t’as l’air en forme Je ne suis pas un fan des SUV, mais je trouve le 2008 attrayant. Et les mouchetures couleur carrosserie sur la calandre de l’EV sont superbes.

S’asseoir confortablement J’ai aimé les sièges généreusement rembourrés de la GT Line. Le motif du tissu est cool et les surpiqûres vertes, aussi.

Je déteste ça :

Je n’ai pas l’énergie pour ça Les VE apportent des avantages, c’est sûr, mais une voiture à 35 000 € qui doit être ravitaillée en carburant pendant des heures tous les 120 miles ? Oups.

L’hiver du mécontentement La batterie a souffert du froid et le dégivrage des vitres m’a toujours fait attendre, attendre, attendre…

Kilométrage final : 2720

Retour au début

La vie avec une Peugeot e-2008 : Mois 4

Beaucoup d’espace à l’arrière – 24 février 2020

J’aimerais vraiment tester correctement le côté pratique de l’e-2008, étant donné qu’il s’agit d’un SUV familial, mais c’est, euh, illégal maintenant. Je vis seul et j’ai donc au moins le droit de voir mes parents, et ils ne se sont plaints ni de l’espace disponible pour les passagers à l’avant et à l’arrière, ni du confort de conduite. Ce dernier point est également vrai pour notre nouvel ami Bobby, Dieu merci…

Kilométrage : 2617

Retour au début

Le froid est l’ennemi – 27 janvier 2020

Je suis mécontent que ma région du Royaume-Uni soit l’une des rares à n’avoir pas eu de neige – mais je ne devrais pas l’être, car même par des températures douces, ma voiture électrique, de son propre aveu, n’atteint toujours qu’une moyenne de 2,5 miles par kWh. Et ce, même si j’utilise toujours le mode B pour profiter d’une régénération plus forte. Franchement, la limite de 120mpkWh fixée par le graphique d’efficacité semble stupide.

Kilométrage : 2412

Retour au début

e-2008 ne se démarque pas, ce qui est un peu le but – 23 décembre 2020

Quand je dis que la 2008 et la e-2008 sont identiques à l’exception du groupe motopropulseur, je le pense (presque) littéralement. En cherchant d’autres différences, je n’ai trouvé que l’éclairage ambiant par défaut en bleu (maintenant la couleur universelle pour  » regardez, je suis électrique ! « ) plutôt qu’en vert et un éclair à la place d’une roue dentée (pour les paramètres) sur la rangée supérieure des icônes de raccourci. Cela permet d’afficher les données de charge et d’efficacité.

Kilométrage : 2208

Retour au début

La vie avec une Peugeot 2008/e-2008 : Mois 3

Le crossover trouve son rythme de croisière en ville – 25 novembre 2020

L’absence qui rend le cœur plus tendre m’a toujours semblé être un proverbe risible, une façon boiteuse de rendre les amoureux séparés moins malheureux, et non une recommandation.

Cependant, cette année de cloaque m’a appris qu’il peut être vrai, pour les gens en particulier mais aussi pour les choses. La conduite quotidienne en fait-elle partie ? Sans aucun doute : Je me suis surpris à m’enthousiasmer pour ma virée quotidienne dans la 2008 pour ramener mon oncle chez lui (je l’ai engagé pour décorer mon nouvel appartement) – honteusement pour un trajet de seulement 20 minutes en ville et retour.

Malgré le fait que la conduite soit saccadée à basse vitesse, parfois à un degré irritant sur les mauvaises surfaces, cela semble être le genre de conduite qui convient le mieux à cette version particulière du plus petit SUV de Peugeot, grâce à son moteur turbo à trois cylindres et à sa direction légère, qui lui donne une sensation étonnamment agile pour sa taille.

Si cette direction peut s’avérer utile pour manœuvrer dans des espaces confinés, elle donne parfois une sensation de manque d’assurance sur l’autoroute et ne se prête pas à une conduite « fougueuse ». La GT Line dispose en fait d’un mode de conduite Sport, mais je le laisse toujours en position Confort, car cela ne semble pas changer grand-chose.

Lorsque j’ai reçu ce 2008 en juillet, j’ai dit à quel point j’étais impressionné par le look de l’i-Cockpit, et je continue d’admirer l’écran à cadran numérique de Peugeot, surtout avec sa nouvelle superposition 3D. Il a également séduit d’autres personnes ; mon oncle a déjà possédé une 306 et a été étonné d’apprendre qu’une telle chose pouvait être de série dans une Peugeot.

Cependant, je ne supporte tout simplement pas la façon dont la disposition vous oblige à avoir le volant si bas, ni le fait que le volant lui-même soit si petit. Je m’y suis habitué au bout d’un moment, mais de la même manière qu’on s’habitue à une porte qui se coince ou à un ordinateur portable qui met du temps à démarrer ; ce n’est qu’après l’avoir remplacé qu’on s’en rend compte. Rien que pour cette raison, j’hésiterais à recommander à quiconque de choisir la 2008 plutôt que sa rivale, la Ford Puma, à moins d’avoir effectué un essai routier et d’être absolument sûr de l’apprécier, ce qui semble être le cas de beaucoup.

L’autre est le fait qu’il faille régler la climatisation sur l’écran tactile, ce qui ne sera jamais aussi facile et sûr que de tourner un cadran – une plainte qui semble malheureusement destinée à devenir aussi fréquente dans Autocar que les mentions du Nürburgring.

J’ai dit « majeur » parce que j’ai aussi un problème trivial, et c’est un problème partagé par toutes les Peugeot et Citroën que j’ai conduites dernièrement. Lorsque vous allumez la radio, elle pense bizarrement que vous préférez la FM à la DAB et change donc automatiquement, et le délai entre les deux transmissions fait que vous entendez quelques mots répétés. C’est suffisant pour vous faire douter de votre santé mentale.

Une chose que je crois que le Groupe PSA a définitivement compris, c’est sa stratégie unique d’électrification, qui permet au même modèle d’être proposé en essence, en diesel ou en énergie électrique. J’ai saisi cette occasion pour échanger ma 2008 contre une e-2008, et il sera fascinant de chercher les différences entre les deux, ainsi que de voir si ma préférence pour l’expérience de conduite douce, silencieuse et sans tracas d’un moteur électrique par rapport à un moteur thermique diminuera au fur et à mesure que je vivrai avec un VE correctement pour la première fois.

Je sais d’ores et déjà qu’il faudra qu’elle soit très efficace pour que sa prime de 6 000 € soit compensée à temps, car la Puretech a affiché une moyenne d’environ 45mpg pendant le temps que j’ai passé avec elle, principalement à des vitesses urbaines, ce qui n’est pas très loin de son chiffre officiel de 50,6mpg.

Je l’adore :

Une sensation de chaleur Maintenant que le froid s’est installé, j’apprécie les sièges avant chauffants de série de la GT Line, qui deviennent très chauds en un rien de temps.

Je déteste ça :

Ne me distrais pas Vous pouvez allumer et éteindre la climatisation à l’aide d’un vrai bouton, mais la vitesse du ventilateur, les bouches et la température sont modifiées sur l’écran tactile. Pourquoi ?

Kilométrage : 3918

Retour au début

Un système de stationnement mains libres qui fonctionne vraiment – 4 novembre 2020

Je me souviendrai toujours avec humour de la façon dont l’Infiniti d’un collègue s’est garée en parallèle sur trois places, mais l’aide au stationnement semi-automatique de Peugeot est excellente. Vous sélectionnez sur l’écran une entrée à droite ou à gauche pour une place parallèle ou une place en travée et, une fois que vous l’avez indiqué, la voiture s’y gare toute seule ; un bip vous indique de reprendre le contrôle. Pour 250 €, cela valait la peine de l’ajouter à une voiture encombrante.

Kilométrage : 3870

Retour au début

Argumenter en faveur de l’entrée sans clé – 21 octobre 2020

J’ai toujours aimé l’allumage sans clé et détesté l’entrée sans clé, mais l’utilisation d’une voiture équipée de ce dernier système m’a ouvert les yeux. En particulier lorsque je transporte des affaires, le fait que 2008 s’ouvre tout simplement lorsque je m’approche est tellement utile, tandis que mon principal problème avec ces systèmes – ma méfiance à l’égard du verrouillage automatique de la voiture – est résolu par un bip sonore une fois que j’ai parcouru quelques mètres.

Kilométrage : 3589

Retour au début

La vie avec une Peugeot 2008 : Mois 2

Tester la capacité à l’extrême – 30 septembre 2020

Cela fait des mois que j’attends de déménager et j’ai donc utilisé le 2008 pour récupérer des « choses ». Je n’avais pas confiance en un matelas double mais, avec un peu de courbure, il est rentré dans les 1467 litres d’espace que l’on obtient en rabattant les sièges arrière. Et même s’il dépassait suffisamment pour que je doive sécuriser le hayon avec une corde, mes clignotants arrière sont restés visibles.

Kilométrage : 3157

Retour au début

Premier coup dur pour la fiabilité française – 9 septembre 2020

Vous avez entendu parler des voitures françaises et de l’électronique ? Pour ma part, après avoir fait le plein, j’ai redémarré la 2008 et elle a présenté des messages sur le régulateur de vitesse actif et le maintien de la trajectoire, a allumé une icône représentant une clé et a réglé le GPS sur un garage Peugeot proche. Le panneau radar avant semblait propre et tout allait bien à nouveau lorsque j’ai conduit ce soir-là.

Kilométrage : 3078

Retour au début

La vie avec une Peugeot 2008 : Mois 1

Un retour éphémère à la normalité appelle à l’expérimentation de l’écran d’instruments – 19 août 2020

Qu’est-ce qui vous manque le plus dans votre vie normale ? Rencontrer des gens, manger au restaurant, encourager son équipe de football, partir à l’étranger ou même simplement exister sans avoir à se soucier de se tenir à plus d’un mètre des autres, peut-être. Votre trajet ? Peu probable, mais j’aspire à une conduite régulière presque autant que ces autres choses. Et ça me manque terriblement.

Mon trajet quotidien normal est de 140 miles aller-retour de la côte du Sussex au travail dans le Middlesex. Et cela fait maintenant six mois que je n’ai pas visité une station-service, pour l’amour du ciel. La raison d’une visite au bureau (j’étais à court de matériel pour les deux colonnes d’archives d’Autocar, ayant rassemblé fin février ce que je pensais être plus que suffisant pour survivre à la fermeture…) a donc été reçue avec plaisir.

Le peu d’occasions de conduire fait que la 2008 est encore bizarre à asseoir, avec son petit volant bas et de forme bizarre, mais je sais que je dois me forcer à ne pas jouer sans cesse avec le positionnement du siège et du volant.

Ce que j’ai expérimenté, c’est l’écran i-Cockpit (uniquement à l’arrêt, dois-je préciser), qui offre plusieurs modes de visualisation, sélectionnés via une molette sur le volant. J’avais utilisé le mode Navigation la dernière fois que j’avais conduit, en donnant la priorité à la carte de la navigation par satellite et en plaçant la vitesse à droite. Mais pour un trajet sur autoroute que je connais par cœur, j’ai opté pour Dials, qui frise le conventionnel.

Un autre mode est le mode Conduite, qui affiche un modèle numérique 3D de la 2008 dans sa voie de circulation et met en surbrillance en orange l’un des bords si le système d’assistance au maintien dans la voie détecte que vous vous éloignez trop du centre, avant d’intervenir avec le volant. Je ne comprends pas vraiment pourquoi vous auriez besoin de cela, mais je ne comprends pas non plus pourquoi quelqu’un est incapable de maintenir une voiture dans une voie…

Il existe également deux modes personnels, qui vous permettent de choisir ce que vous voulez voir apparaître de chaque côté de l’écran via un menu sur l’écran tactile central. Il m’a fallu plusieurs minutes pour comprendre que c’est de cette façon que l’on peut voir le chiffre de MPG auto-calculé de la 2008 : vous devez choisir l’ordinateur de bord comme l’un des modes d’affichage personnalisés, sinon la seule information d’efficacité qui vous est présentée est l’autonomie prévue.

Aussi impressionnant que soit le i-Cockpit, j’ai trouvé cela frustrant après la belle simplicité de la combinaison numérique/analogique du tableau de bord de mon précédent long-terme, une Mazda 3.

Je l’adore :

Style bloc C’est peut-être un crossover, mais j’admire secrètement les lignes fortes et les détails soignés de la 2008 chaque fois que je la vois.

Je la déteste :

Un sentiment contre nature Je n’aime toujours pas la position de conduite inhabituelle que la disposition de Peugeot vous oblige à adopter.

Kilométrage : 2898

Retour au début

Peugeot fait le plein de plaisirs simples – 9 août 2020

Ma première véritable occasion d’expérimenter la 2008 a été un trajet de 23 miles entre mon domicile et Beachy Head pour une séance photo, sur des routes de campagne sinueuses avec de superbes virages et des sections permettant de rouler à 60 mph. Le temps agréable m’a permis de profiter au maximum du toit ouvrant en option, mais surtout, cela m’a rappelé à quel point la conduite peut être agréable, même dans un SUV.

Kilométrage : 2763

Retour au début

Accueil du 2008 dans la flotte – 29 juillet 2020

Le temps est venu pour nous d’arrêter de fabriquer cette voiture sportive », annonce Jeremy Clarkson dans un simulacre de réunion du conseil d’administration des années 1990. « Que dites-vous de ce plan : nous fabriquons des voitures horribles. En tous points horribles. » « Peut-être très laide ? » répond James May. « Le moteur très horrible ? » « Oui oui ! Nasty, unreliable, uncomfortable, et l’intérieur fabric en spit et Kleenex ! »

Ce sketch hilarant de 2015 était hyperbolique, sévère même, mais il illustrait en termes simples comment Peugeot était rapidement passé de la fabrication de belles et engageantes voitures à, eh bien, la 1007 et la 407.

Un an seulement après la diffusion de ce sketch, la marque française a soudainement inversé la tendance avec la deuxième génération de la 3008, puis la 5008, et elle n’a pas regardé en arrière, produisant des voitures esthétiquement innovantes et des propositions de propriété attrayantes depuis lors.

La nouvelle 2008 que je viens de commencer à conduire en est un parfait exemple. L’aspect terne de l’original a disparu, remplacé par une carrosserie anguleuse et imposante – mais pas agressive – qui intrigue sous tous les angles. Le look partage beaucoup avec la 208 (qui a fait un bond dans la hiérarchie des superminis), tout comme la mécanique. Les deux voitures sont basées sur la jeune plateforme CMF du Groupe PSA, offrent la même gamme de moteurs et sont disponibles en version électrique.

L’autonomie de 192 miles, les coûts d’utilisation moins élevés et la nature relaxante de l’e-2008 la rendent incroyablement tentante. Ce qui l’est moins, c’est le moteur diesel quatre cylindres de 1,5 litre, bien que je sois exactement le genre de personne à qui il conviendrait objectivement le mieux, car je vis à 70 miles de mon lieu de travail ; un grondeur de seulement 100 ch ne ferait pas l’affaire.

Nous avons opté pour la version moyenne du triple turbo essence de 1,2 litre, qui développe 129 ch et 170 lb-pi de couple (contre 98 ch pour les modèles de base et 151 ch pour la GT). Comme nous sommes en droit d’attendre des unités Puretech de PSA, il s’agit d’une performance dynamique et agréablement douce, et il promet 50,6mpg.

A condition que la voiture soit équipée de la boîte manuelle à six rapports, comme la nôtre, plutôt que de la boîte automatique à huit rapports. Naturellement, j’ai été heureux d’avoir la première, bien que déçu par le cube arrondi du pommeau de vitesse : il semble bizarre à tenir, contrairement à une balle.

Je vais également devoir m’habituer à la disposition non conventionnelle du i-Cockpit, ici dans sa dernière forme, comme dans la 208, avec une superposition pour l’affichage de l’instrumentation numérique qui fait apparaître les données clés en 3D. Il est vrai qu’à l’intérieur, un crossover compact de grande diffusion ressemble à un vaisseau spatial, et je suis sûr que Peugeot va nous sortir le fait qu’il a vendu plus de cinq millions de voitures équipées d’un i-Cockpit et que les retours des clients sont majoritairement positifs. Mais je n’ai jamais réussi à apprécier le petit volant, presque rectangulaire, ni à l’avoir anormalement bas, presque sur mes genoux. Je peux relever le volant jusqu’à ce qu’il me convienne, mais il me bloque alors la vue sur les instruments. Peut-être que j’aurai un sentiment différent après une longue période d’utilisation.

Ce problème mis à part, l’intérieur de la 2008 est fantastique – plus digne d’une voiture plus chère, en fait. La peinture métallisée Orange Fusion de ma voiture est contrastée par du faux cuir et du tissu noir et gris avec des surpiqûres vert lime, ainsi qu’un insert de tableau de bord en fibre de carbone, le tout étant très élégant. Rien de ce que j’ai touché jusqu’à présent n’a semblé bon marché ou fragile, et Peugeot a écouté les plaintes antérieures en ajoutant des « touches de piano » sous l’écran tactile d’infotainment de 10,0 pouces. Un régiment de boutons se trouve sous une rangée d’icônes tactiles – quelque chose que je déteste normalement, mais dans ce cas, ils sont faciles à apprendre et à localiser par cœur.

L’écran tactile lui-même est doté de graphiques haute résolution et de grandes icônes, et il est livré avec toutes les fonctionnalités que l’on peut attendre d’une voiture coûtant près de 27 000 €, y compris la navigation par satellite, le Bluetooth, la radio DAB, Apple CarPlay, Android Auto et un plateau pour smartphone sans fil dans un compartiment à couvercle situé en dessous. Il est certainement bien meilleur que celui de la 2008 originale, même si ses menus ne sont pas toujours évidents et que vous devez l’utiliser pour régler la climatisation – une bête noire commune. Heureusement, il y a des boutons pour éteindre le ventilateur et pour faire apparaître le menu de température.

Les autres points forts de la liste d’équipements de la finition GT Line sont une caméra de recul, des sièges avant chauffants, des jantes en alliage bicolores de 18 pouces taillées au diamant, un faux diffuseur noir brillant, des doubles sorties d’échappement, un toit noir diamant, un volant GT en cuir, des phares entièrement à LED et des feux de jour à LED, ainsi qu’un éclairage ambiant à huit couleurs. À cela s’ajoutent un toit ouvrant, un régulateur de vitesse adaptatif, une surveillance de l’angle mort et une aide au stationnement, autant de caractéristiques que je pourrai explorer.

Tous les signes sont là, alors, pour dire que le 2008 va continuer la série de forme étincelante de Peugeot. A tel point que j’ai hâte de découvrir s’il doit être votre crossover compact de choix face à la Ford Puma et au Nissan Juke – tous deux également nouveaux membres de notre flotte.

Deuxième opinion

Il ne fait aucun doute que la nouvelle 2008 a plus de caractère visuel que l’original, qui a toujours été dans une sorte de no man’s land, trop anodin pour se démarquer mais pas assez compétent pour être le leader de la catégorie objectivement. Il avait ses mérites : des moteurs puissants et économes et un confort de conduite correct, mais l’écran tactile peu convivial ne lui rendait pas service. Peugeot s’est amélioré sur ce dernier point au moins.

Lawrence Allan

Retour au début

Peugeot 2008 1.2 Puretech 130 GT Line spécifications

Prix : Prix catalogue neuf €32,915 (après subvention gouvernementale) Prix de liste actuel €36,630 (GT Premium, après subvention gouvernementale) Prix tel que testé 35 190 € (après subvention gouvernementale)

Options : Toit ouvrant panoramique en verre Cielo €750, Peinture nacrée Bleu Vertigo €725, Drive Assist Pack Plus €300, Ouverture et démarrage sans clé €300, Surveillance active des angles morts €200

Consommation de carburant et autonomie : Autonomie officielle 206 miles Moyenne d’essai 120 miles (hiver) Meilleur test 150 miles (hiver) Le pire test 90 miles (hiver) Portée dans le monde réel 120 miles (hiver) Capacité de la batterie 50kWh

Points forts de la technologie : 0-62mph 9,0 secondes Vitesse maximale 93mph Moteur moteur électrique synchrone Puissance maximale 134bhp Couple maxi 221lb ft Transmission Entraînement direct à 1 vitesse Capacité du coffre 311/1106 litres Roues 7.0Jx18in, alliage ‘Bund’. Pneus 215/55 R18, Michelin Primacy 4 Poids à vide 1548kg

Frais d’entretien et de fonctionnement : Taux de location contractuelle na CO2 0g/km Frais d’entretien Aucun Autres coûts Aucun Frais de carburant 10,67 € (redevance publique) Frais de fonctionnement, carburant compris €10.67 Coût par kilomètre 2 pence Défaillances Aucune

Retour au début



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *