Renault Arkana 2021 : essai en France



Qu’est-ce que c’est ?

La marche du SUV continue. D’abord, les BMW et les Mercedes ont coupé l’arrière d’un SUV normal et l’ont appelé un SUV coupé, et maintenant c’est le tour des Français avec l’Arkana. Renault affirme qu’il s’agit d’une première pour un constructeur grand public, mais nous pensons que le Nissan Juke et le Toyota C-HR pourraient également s’imposer dans le secteur.

Il a certainement l’air assez bon pour le porter, moulant le visage récent de Renault avec une hauteur de caisse élevée et un coffre arrière incliné à bon escient.

L’intérieur est tout aussi impressionnant, avec un flash couleur carrosserie qui fait le tour de l’habitacle avant. La qualité de construction semble bonne et le mélange de boutons physiques (pour la climatisation) et d’un écran tactile de 9,3 pouces est efficace.

Fait important pour un SUV coupé, l’espace pour la tête et les jambes à l’arrière n’est pas trop compromis. Vous devez baisser la tête pour entrer dans le véhicule – imaginez que vous êtes en train d’être arrêté par la police – mais une fois que vous y êtes, c’est un endroit spacieux. Le coffre est également assez profond et atteint 513 litres, mais il manque de hauteur, même en tenant compte du plancher à deux couches.

Comment c’est ?

L’Arkana repose sur la plateforme CMF-B du Groupe Renault, qui sous-tend toutes les voitures, de la Clio à celle-ci. Il s’agit de la version mild-hybrid (une version hybride auto-rechargeable est également disponible), équipée d’un moteur essence 1,3 litre et capable de passer de 0 à 100 km/h en 9,8 secondes.

Ce chiffre d’accélération est aidé par le système hybride doux, qui fournit un boost temporaire de jusqu’à 15lb ft. Et au-dessus de 3250 tr/min, vous pouvez certainement le sentir – il y a une quantité décente de punch sur l’offre, surtout si vous êtes en « Sport » sur le sélecteur de conduite MultiSense de Renault. Mais, bizarrement, l’assistance électrique ne comble pas les lacunes de couple en bas de la plage de régime pendant que le turbo s’emballe, ce qui rend le démarrage difficile.

Mais notre principal problème est la qualité du roulement. Le modèle RS Line est équipé de 18 pneus de série, mais même en tenant compte de cela, la voiture ne semble pas résolue. Elle se bouscule trop et n’a pas beaucoup de contrôle sur les crêtes les plus abruptes, les traversant et transmettant trop de bruit de suspension dans l’habitacle. Qu’est-il arrivé à l’approche souple et douce du châssis de Renault ?

Devrais-je en acheter une ?

C’est dommage, car la théorie est là pour que l’Arkana fasse découvrir un nouveau type de client à Renault. Il est certainement proposé à un prix attractif – c’est beaucoup de voiture pour 29 900 €. Il y a même un taux d’intérêt annuel de 0% pour un achat en PCP.

Malgré cela, il est difficile de faire abstraction des défauts du moteur et du châssis. Une voiture qui est plus agréable à regarder qu’à conduire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *