Les mains sur le Caterham Seven 270R


Un Caterham a quelque chose de très spécial. Il s’agit bien sûr de l’itération moderne de la légendaire Lotus 7, la réponse de Colin Chapman à l’ultime voiture en kit. C’est un concept qui a bouleversé le marché domestique des voitures de sport, en donnant aux simples mortels la possibilité de construire leur propre Lotus légère, dans le confort de leur garage. Beaucoup de choses ont changé depuis ces débuts, mais les ingrédients de base sont restés les mêmes. Aujourd’hui, la Caterham Seven 270R perpétue l’héritage de la Lotus 7.

En arrivant à la succursale de Caterham à Crawley par une matinée fraîche mais ensoleillée, le sentiment d’excitation était très fort. Vous voyez, je n’avais jamais conduit de Caterham auparavant. J’étais bien sûr très conscient de leur réputation et j’ai vu de nombreuses Caterham et Lotus 7 historiques en action à des endroits comme Silverstone et Brands Hatch. Maintenant, j’ai enfin eu l’occasion de gratter cette démangeaison et de cocher « conduire une Caterham » sur la liste des choses à faire.

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Premier jour avec le Caterham Seven 270R au showroom de Crawley

Caterham a toujours été une voiture qui tourne en rond, grâce à ce profil de voiture de sport à deux places emblématique et à l’héritage légendaire de la Lotus. La Caterham Seven 270 d’aujourd’hui s’ajoute à ce riche héritage de course avec le R Pack haute performance. La voiture d’essai a été convenablement peinte en vert acide (l’une des quatre options de peinture du R Pack) et en noir avec trois bandes. En gros, elle est bruyante et audacieuse et m’a fait sourire avant même que je n’aie tourné la clé.

Les mains sur le Caterham Seven 270R

Alors que le moteur de la Ford Sigma 1,6 litre rugissait, un coup de gaz rapide a confirmé qu’il s’agissait d’une voiture de sport qui se ferait entendre bien avant d’être vue. En m’installant dans le siège de course en fibre de carbone, je me suis familiarisé avec les commandes. Cela n’a pas pris beaucoup de temps, bien sûr, car, comme on peut s’y attendre pour une voiture de sport inspirée par la piste, il n’y a pas grand-chose de plus. Le tableau de bord en fibre de carbone du R Pack est une marque déposée de Caterham. Propre et simple, avec un minimum de jauges et d’interrupteurs. Les seules options de garniture positivement luxueuses sont un pare-brise chauffant et un chauffage d’habitacle, qui s’avéreront tous deux plus tard être des améliorations judicieuses. Il y a également un port USB sous le tableau de bord, qui est un ajout utile.

Les mains sur le Caterham Seven 270R
L’intérieur du 270R est simple mais fonctionnel. Le démarrage par bouton-poussoir est également très agréable.

En quittant Crawley et en me dirigeant vers l’autoroute, j’ai été immédiatement frappé par le niveau de performance de la 270R. La Ford Sigma à aspiration naturelle produit 135BHP. Par rapport aux normes actuelles, cela peut sembler peu. Mais dans une voiture qui pèse 565 kg, cela correspond à 250 BHP par tonne. Ce qui correspond également à une vitesse de 5 secondes et à une vitesse de 122 mph. C’est une petite voiture incroyablement rapide et avant de m’en rendre compte, j’ai traversé la zone industrielle et j’ai emprunté la bretelle d’accès pour rejoindre la M23. Je n’avais roulé qu’une dizaine de minutes, mais ces dix minutes ont été exaltantes. Les cinq jours suivants allaient être mémorables !

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Le tableau de bord en fibre de carbone fait partie de la spécification R Pack
Le Caterham 270R à portée de main
Tout comme le compte-tours spécial
Le Caterham 270R à portée de main
Et le speedo

Pour dire les choses simplement, mes premières impressions au volant de la 270R ont été celles d’une voiture qui clique tout simplement. Tout, de la réponse de l’accélérateur au poids et à la sensation de l’embrayage, en passant par le changement de vitesse, était parfait. En parlant de la boîte de vitesses à cinq rapports, c’est vraiment un plaisir à utiliser, la courte portée permettant des changements rapides qui s’enclenchent magnifiquement. Et grâce au tunnel de transmission surélevé, votre bras gauche repose juste au bon endroit, ce qui fait des changements de vitesse rapides une expérience sans effort.

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Le levier de vitesse spécifique du R Pack… c’est une pêche !

Et puis, bien sûr, il y a le moteur… la puissance est instantanée, délivrant un mur de couple qui vous repousse dans le siège baquet, vous propulsant vers l’avant à une vitesse qui est tout simplement fulgurante. La Ford Sigma est bien sûr à aspiration naturelle, mais quand on enfonce l’accélérateur, on jurerait qu’il est turbocompressé, tant l’accélération est forte. Elle aime tout simplement tourner et lorsque vous passez les vitesses, le pied fermement posé sur l’accélérateur, elle continue à tirer et à tirer… comme un train, comme le dit l’expression !

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Il y a de fortes chances que vous entendiez le Caterham arriver bien avant d’avoir vu sa peinture vert vif !

Alors que je m’installais sur l’autoroute, j’ai commencé à faire le point sur la Caterham Seven 270R. J’avais beaucoup de place pour les jambes (grâce au plancher surbaissé en option) et le chauffage me permettait de rester bien au chaud. A la limite de vitesse nationale, le moteur tournait à 3 100 tr/min, ce qui est un peu élevé par rapport aux normes actuelles. Bien sûr, l’unité Sigma est réglée pour la piste et non pour la conduite sur autoroute, ce n’est donc pas vraiment une critique. Même à vitesse d’autoroute, la flèche du pot d’échappement est assez perceptible et le fait de lever le pied de l’accélérateur révèle le gémissement caractéristique du LSD. Mais ce genre de détails fait partie intégrante de l’ensemble. C’est ce à quoi vous vous attendez avec cette expérience brute et épurée.

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Sous le capot en aluminium super léger se trouve le moteur de la Ford Sigma
Les mains sur le Caterham Seven 270R
Il s’agit d’un ensemble compact qui s’intègre parfaitement dans le châssis léger de la Caterham
Les mains sur le Caterham Seven 270R
Merci James Seal pour la construction d’une belle voiture de sport !

La collection de souvenirs de voitures anciennes de GPBox

Les jours suivants, j’ai mis la Caterham à l’épreuve sur un mélange de routes A et B. Alors que ma confiance en la voiture grandissait, la 270R a été récompensée à chaque instant. Sur ma route d’essai préférée, qui présente un magnifique tronçon de bonne asphalte et une série de virages rapides et serrés, elle a tout simplement excellé au point d’être exaltante. Cette voiture est un monstre absolu qui engloutit la route devant lui. Et quand vous devez vous arrêter, les freins à disque ventilés et les étriers à double piston fonctionnent parfaitement. La pédale de frein est un peu dure à enfoncer, mais on s’y habitue assez vite.

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Le volant du Momo est juste à la bonne taille

Pour ce qui est de la maniabilité, grâce à son grand châssis et à la suspension sport du R Pack, il est absolument solide comme un roc dans les virages, avec un roulis de caisse quasi nul. La direction est magnifiquement directe, comme on peut s’y attendre, ce qui permet de diriger la voiture là où vous voulez qu’elle aille. Et grâce à tout ce couple et au LSD, entrer et sortir des virages est un vrai plaisir. Bien sûr, certains diront que l’option du châssis plus petit et plus léger est meilleure pour le pilote qui veut atteindre la vitesse maximale en virage. Mais je peux honnêtement dire que le grand châssis 270R offre… et même plus.

La main sur le Caterham 270R
La 270R est équipée de série de pneus 13″ Apollo Black Alloy (6″ à l’avant et 6″ à l’arrière) et de pneus Avon ZZS
La main sur le Caterham 270R
La suspension sport réglable permet un réglage plus fin

Un autre détail satisfaisant d’être assis si bas sur le sol et si près des roues arrière est que l’on peut vraiment sentir l’arrière s’accrocher au tarmac. La sensation dans un virage rapide, lorsque vous tournez la voiture et que les pneus de l’Avon ZZS agrippent la route, est tout simplement exaltante. Cela vous fait sourire, et les passants vous aperçoivent en passant devant vous. Ils savent que vous vous amusez beaucoup !

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Le capot rétractable fait un bon travail pour empêcher les éléments d’entrer, mais une fois qu’il est en place, il est préférable de le laisser en place.
La main sur le Caterham 270R
Lorsque vous êtes sûr qu’il ne va pas pleuvoir, le capot peut être rangé sur la tablette arrière.
La main sur le Caterham 270R
Et les couvre-tonneaux en carbone et en vinyle permettent de garder le capot et le cadre bien rangés

Bien sûr, toute cette performance brute s’accompagne de quelques compromis. Un exemple est la capuche amovible, qui est un vrai défaut pour monter et descendre. Et si vous mesurez 1,80 m comme moi, monter et descendre de la voiture avec le toit n’est pas du tout amusant. L’idéal est de tirer le toit vers l’arrière et d’avoir quelqu’un à l’extérieur pour aider à le fixer. Il est à noter qu’un volant détachable est une option (150 £ pour cocher celle-là sur la liste), ce qui faciliterait beaucoup l’accès. Mais le toit est vraiment un compromis avec lequel il faut vivre. Les portières sont un peu trop étroites aussi, mais elles ont des accoudoirs très utiles, ce qui aide vraiment à libérer de l’espace à l’intérieur de la voiture.

La main sur le Caterham 270R
Les sièges en carbone et les 800 livres sterling supplémentaires offrent un très bon soutien, mais le rembourrage n’est pas idéal pour les longs trajets en voiture.

Les sièges en fibre de carbone constituent un autre compromis qui mérite d’être mentionné. Oui, ils sont confortables et font un excellent travail de calage, surtout dans les virages rapides. Mais si vous y passez plus d’une heure, vous allez le ressentir car le rembourrage n’est pas suffisant pour les longs trajets. En fin de compte, c’est une voiture de piste et si vous voulez du confort, vous pouvez toujours choisir des meubles moins inspirés de la course. Mais pour la piste, ils fonctionneraient très bien.

Les mains sur le Caterham Seven 270R
Le pare-brise chauffant est une caractéristique intéressante

De tels détails ne sont pas vraiment négatifs, car ils constituent un compromis attendu lorsque vous avez une voiture qui pèse 565 kg. Ce sont simplement des points à prendre en compte si vous prévoyez de conduire quotidiennement votre Caterham Seven 270R. En été, le toit serait moins préoccupant. Mais en hiver, vous bénéficiez d’un pare-brise chauffant et d’un chauffage d’habitacle tout simplement génial. Ces deux extras transforment vraiment la convivialité de la voiture en automne et en hiver. Le pare-brise chauffant, en particulier, dégage très rapidement la vitre lors des matins frais et humides, et le chauffage vous permet de garder une chaleur agréable et agréable. En fait, c’est un endroit très agréable. Ce qui en fait une voiture beaucoup plus accueillante par tous les temps.

La main sur le Caterham 270R
La 270R a vraiment du punch et il est tellement gratifiant de la conduire

Aussi, lorsqu’il s’est agi de le remettre à la branche de Crawley, je me suis senti plutôt réticent. L’expérience épique de conduire la Caterham pendant cinq jours m’a amené à me demander ce qu’il fallait faire pour en avoir une dans le garage. Au moment où j’écris ces lignes, la 270R est vendue au détail pour 29 990,00 £ et, avec les options appliquées à la voiture d’essai, elle est vendue à 35 898,29 £. Ce qui représente une somme considérable.

La main sur le Caterham 270R
Trouvez le parfait morceau de goudron et allez vous amuser

Mais une fois que vous en aurez conduit un, vous en voudrez un… c’est aussi simple que cela. Après 194 miles dans une Caterham Seven 270R, je ressens une grande satisfaction de l’avoir rayé de ma liste de choses à faire. La démangeaison a en effet été grattée. Mais le fait est que… il va falloir la gratter à nouveau !

Pour plus de détails sur le Caterham Seven 270R, rendez-vous sur le site de Caterham.

Les mains sur le Caterham Seven 270R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *