Audi A3 Sportback 35 TDI S Line 2020 : Test, Avis & Essai Routier


Qu’est-ce que c’est ?

Après 24 ans, trois générations de modèles et environ 600 000 ventes au Royaume-Uni, l’Audi A3 Sportback, comme on l’appelle maintenant, est devenue un modèle assez reconnaissable ici en Grande-Bretagne.

La voiture qui a donné le coup d’envoi de la classe familiale à hayon est maintenant entrée dans sa quatrième génération, avec un extérieur légèrement remanié, un intérieur fortement modernisé et une série de nouvelles caractéristiques de sécurité et de connectivité qui lui donnent un avantage sur ses rivales BMW et Mercedes-Benz.

Audi a choisi de lancer la nouvelle A3 avec un choix de deux moteurs : un 1,5 litre turbo essence de 148 ch à quatre cylindres portant le logo 35 TFSI et le diesel 2,0 litres de 148 ch portant le logo 35 TDI qui est testé ici. Tous deux sont à traction avant, mais lorsque l’essence utilise une boîte manuelle à six vitesses pour diriger sa puissance vers la route, le diesel est accouplé exclusivement à une automatique à double embrayage à sept vitesses.

La gamme de moteurs sera plus complète dans les mois à venir, lorsque quelques options essence et diesel supplémentaires seront ajoutées au mélange, tandis qu’une nouvelle essence hybride douce et des modèles S3 et RS3 performants devraient faire leur apparition d’ici la fin de l’année. Comme c’est la tendance actuelle, quelques hybrides rechargeables seront également lancés.

Comme toutes ses relations dans la famille plus large du groupe Volkswagen, l’A3 est basée sur une version évoluée de la plate-forme MQB. Elle est un peu plus grande qu’auparavant, cette augmentation de taille étant en grande partie due à la nécessité d’abriter tous les systèmes de sécurité active supplémentaires sous lesquels Audi a entassé un extérieur anguleux et plus affirmé.

Il s’agit notamment du freinage d’urgence automatique, de l’alerte de sortie de voie et de l’assistance au pilotage pour éviter les collisions, qui sont tous des équipements standard, même sur les modèles Technik d’entrée de gamme.

À l’avant, la nouvelle A3 utilise une configuration de suspension de type MacPherson, tandis que l’arrière dépend du choix du moteur. Comme les modèles du groupe Volkswagen, l’A3 bénéficie d’une configuration multibras plus sophistiquée lorsque produisant 148bhp ou plus, tandis que les variantes moins performantes se contentent d’une poutre de torsion de base. Notre voiture avait la première.

A quoi ça ressemble ?

De l’extérieur, il est évident, mais peut-être pas évident, qu’il s’agit d’une toute nouvelle génération de A3. Il s’agit d’une mise à jour relativement conservatrice mais, étant donné la popularité de sa devancière, on peut comprendre pourquoi Audi a choisi d’adopter une telle approche du style. Pour ce que ça vaut, je pense qu’elle a l’air plutôt intelligente.

Ce qui ne me convainc pas entièrement, ce sont les changements qui ont été apportés à la conception intérieure de l’A3. Le modèle de deuxième génération était un peu une icône à cet égard et a vraiment placé la barre plus haut, non seulement en termes de design, mais aussi pour les niveaux de qualité de construction et de matériaux que l’on peut attendre d’une voiture de cette taille. Il est peut-être arrivé en 2003, mais ses thèmes de conception générale étaient toujours utilisés, bien qu’avec quelques modifications, jusqu’à ce que la voiture de troisième génération quitte la production.

Le nouvel A3 représente un changement assez radical par rapport à cette esthétique très appréciée. L’accent est davantage mis sur les écrans numériques et autres (même les modèles d’entrée de gamme bénéficient de série du Virtual Cockpit d’Audi et du dernier système d’info-divertissement à écran tactile 10,1 pouces), mais une partie de la richesse matérielle de l’ancienne A3 a également été perdue.

Le plastique noir brillant et à effet métallique est utilisé de façon beaucoup plus libérale, et je ne suis pas sûr que l’A3 s’affirme comme le vaisseau amiral de la famille des berlines du groupe Volkswagen de façon aussi convaincante qu’autrefois.

Néanmoins, l’aspect pratique est bon. Il y a suffisamment de place pour la tête et les jambes des passagers arrière. Quant au coffre de 380 litres, il est directement comparable à celui de la nouvelle Volkswagen Golf et légèrement plus grand que celui de la Ford Focus.

L’A3 se conduit à la manière d’Audi. Il y a très peu de rétroaction de la direction, mais elle va là où vous la pointez et accumule un poids rassurant à mesure que vous la verrouillez. Le niveau d’adhérence est bien adapté aux performances de la voiture et le roulis latéral est très bien maîtrisé.

Il fait un bon travail de lissage des compressions et ne se plaint pas quand il s’agit de reprendre le contrôle des mouvements verticaux du corps. Mais s’il est assez souple, il ne se débrouille pas toujours aussi bien avec les entrées secondaires. C’est loin d’être terrible, mais des portions de route plus accidentées provoquent un peu d’agitation, en particulier au niveau de l’essieu arrière.

Cela dit, la cabine est bien isolée contre les bruits de suspension. Ainsi, même si elle peut sembler un peu irritante sur les routes particulièrement encombrées, les bruits de suspension et les bosses ne sont pas trop brutaux ou creux car ils se répercutent à l’intérieur.

Le moteur diesel est également très performant, avec la viande de ses 266 lb ft arrivant une fois que le tachymètre dépasse les 2000 tr/min. Ce n’est pas désespérément rapide, mais il y a plus qu’assez de poussée pour des dépassements sûrs.

La boîte de vitesses automatique est en grande partie bien conçue et ne semble pas souffrir du même relâchement que celui qui a affligé tant de doubles embrayages d’Audi après le WLTP. Le raffinement du moteur est bon, mais il n’est pas assez doux ou silencieux sous charge pour vous faire oublier que vous brûlez du diesel plutôt que de l’essence.

Dois-je en acheter un ?

Avec les ravages causés par le diesel ces dernières années et le mouvement général vers l’électrification, le concept de berline familiale fonctionnant au pétrole semble un peu étrange ces temps-ci. À moins que je ne prévoie de faire régulièrement de longs trajets, je serais, en tant qu’acheteur privé, enclin à opter pour l’essence.

Les acheteurs de flottes peuvent toujours être intéressés par un moteur diesel, mais il convient de souligner que ce moteur de 2,0 litres n’est pas conforme à la norme RDE2 et qu’il est donc assorti d’un supplément en nature de 4 % pour les versions diesel de la BMW Série 1 et de la Mercedes Classe A. ne le font pas.

Sinon, il y a assez de choses à aimer dans l’A3 pour le rendre recommandable. Elle a l’air intelligente, a un intérieur pratique, offre des performances décentes et gère une dynamique de conduite stable et sûre. L’offre technologique est également plus attrayante, ce qui lui vaudra sans doute la faveur de beaucoup. Bien sûr, c’est un peu fade à conduire, mais quand cela ne s’est-il pas appliqué à une Audi non RS ?

Spécification de l’Audi A3 Sportback 35 TDI S Line

Chilterns, Royaume-Uni Prix €31,655 En vente maintenant Moteur 4 cylindres en ligne, 1968cc, diesel Power 148 ch à 3000-4200 tr/min Couple 266lb ft à 160-2750rpm Boîte de vitesses 7-spd double embrayage automatique Poids à vide 1410 kg Vitesse de pointe 139mph 0-62mph 8.4sec Économie de carburant 57.6mpg CO2 128g/km, 32 Rivaux BMW 118d M Sport, Mercedes-Benz A200d AMG Line

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *