Audi RS3 Performance Edition : premier essai


La seule chose dont l’Audi RS3 n’avait pas besoin était une édition Performance. Avec un temps de 0 à 62 mph de seulement 3,8 secondes, la « performance » n’était jamais vraiment un problème lorsque vous conduisiez cette voiture chaude.

Néanmoins, un an à peine après le lancement de la voiture standard, une édition limitée à 300 exemplaires fait monter les enchères. Il convient de souligner que cette version ne sera pas mise en vente au Royaume-Uni – Audi UE essaie actuellement de satisfaire les commandes de la version normale (dont l’attente est actuellement de deux ans) et a refusé de l’accepter.

Les modifications sont mineures. La puissance du moteur cinq cylindres turbo augmente de 7 ch, tandis que le couple reste le même mais le plateau est plus long, de 100 tr/min. La vitesse de pointe augmente de 6 mph mais le temps de 0-62 mph reste inchangé. Comme je l’ai dit, des petits pas mais des droits de vantardise cruciaux face à des rivaux comme la Mercedes-AMG 45.

Tout cela est obtenu grâce à une pression de suralimentation légèrement plus élevée, le tout encadré par des freins en céramique de série (ils sont en option sur la voiture normale).

Il y a de jolis œufs de Pâques dans les phares – les LEDs affichent un drapeau à damier et ‘300’ sur les côtés gauche et droit respectivement lorsque la voiture est déverrouillée. Lorsque vous la verrouillez, « RS3 » apparaît à la place de 300. Et ce n’est pas tout : les feux de jour apparaissent comme des drapeaux à damiers lorsque vous conduisez, et même les phares de baignoire affichent « RS3 ». Peut-être un peu trop, mais vous pouvez imaginer vos amis impressionnés sur le parking du pub.

A l’intérieur, les sièges baquets sont de série et sont habillés de l’habituelle combinaison cuir/tissu Dinamica, avec des surpiqûres bleues et des touches de couleur, comme sur l’indicateur 12 heures du volant. Une incrustation décorative en fibre de carbone sur le côté passager indique qu’il s’agit d’une édition limitée.

Ce qu’aucun de ces changements n’a fait, c’est altérer les fondamentaux de la RS3. C’est toujours une voiture à hayon phénoménalement rapide qui a plus qu’assez de puissance pour n’importe quelle route, mais qui se sent toujours un peu émoussée par endroits.

Regardez sous le capot et vous aurez une idée de la raison : le moteur est monté devant les roues avant. En conséquence, la voiture a toujours l’air un peu lourde du côté du nez, malgré le nouveau séparateur de couple RS de cette génération. Celui-ci peut répartir le couple vers les roues arrière, à partir d’un maximum de 50 % du système total, le poussant vers la roue extérieure et permettant à la voiture de dériver.

Il a certainement aiguisé les choses par rapport aux RS3 précédentes, car vous pouvez utiliser l’accélérateur et la puissance pour faire tourner le nez de la voiture, ce qui la rend plus joueuse que les Audi RS d’autrefois, mais pas au point d’être ajustable comme une BMW M. Vous n’avez pas ce pivot central que vous trouvez dans les BMW.

Le mode Drift est hilarant, si vous avez l’espace pour jouer. Il est en grande partie à l’abri des idiots, et même les plus maladroits seront sauvés par les roues avant qui vous tireront d’affaire. C’est dans les glissades à grande vitesse qu’il est le plus impressionnant, car le filet de sécurité est si grand qu’il donne une énorme confiance. Cela, et les 100 mètres d’écoulement ont probablement aidé.

Vous pouvez comprendre l’argument commercial d’Audi pour ne pas apporter cette édition Performance ici. C’est impressionnant, mais pas suffisamment différent pour justifier l’effort, et c’est aussi plus d’argent sur ce qui est déjà une voiture chère. J’admire les entreprises qui font des retouches, presque juste pour le plaisir, mais il ne s’agit que de cela et non d’une réécriture fondamentale de la formule.