Mercedes-AMG SL 55


Pour vous faire une idée de la différence entre la Mercedes SL de la génération R323 et son prédécesseur, consultez le dossier de presse, qui compte près de 20 000 mots.

Il s’agit d’une véritable dissertation, qui contient une foule d’informations expliquant le repositionnement de Mercedes, qui a fait passer le modèle de l’aristocratique voiture de tourisme à deux places aux accents sportifs à un modèle beaucoup plus musclé, agressif et, selon au moins un cadre, doté des ingrédients de base pour inciter les gens à quitter leurs Porsche 911 Cabriolet et Targa. Pour faire court, la SL a été correctement AMG-ifiée.

Cela commence par une toute nouvelle plate-forme en aluminium. Le matériau utilisé n’est pas surprenant, étant donné que le SL est construit depuis 2011 en aluminium léger, mais cette fois-ci, la structure est nettement plus rigide (l’ancienne R231 n’était pas non plus une flanelle humide) et le développement a été entrepris non pas à Sindelfingen mais par AMG à Affalterbach. Ce seul fait constitue une véritable déclaration d’intention, du moins en termes dynamiques, et la future remplaçante de la Mercedes-AMG GT héritera d’une grande partie du matériel de ce nouveau SL. Le roadster longiligne est désormais doté d’arbres de transmission avant et d’une direction à essieu arrière, pour plus de performances et d’agilité, et retrouve un toit en tissu plus léger (plutôt qu’un toit pliant en métal). Enfin, et pour la toute première fois, il y a des sièges arrière. La SL est donc remaniée et bénéficie d’un nouveau plan de match.

Mais est-elle bonne sur la route ? C’est ce que nous avons pensé lorsque nous avons conduit la Mercedes-AMG SL 63 de 577 ch, à 176 000 €, aux États-Unis, où sa capacité à s’engager à un moment donné et à vous dorloter sur la distance suivante nous a semblé exceptionnelle – même si, à ce prix, par ce temps doux et sur ces routes lisses, on s’y attendait. Le SL 55, moins spectaculaire, conduit ici sur des routes britanniques hivernales, a une tâche beaucoup plus difficile.

D’une part, et comme sa grande sœur, elle n’est pas vraiment une affaire. Pour la Mercedes-AMG à 148 000 € demande, vous pourriez acheter la Porsche 911 Carrera 4 GTS, plus rapide sur le papier, et avoir assez de monnaie pour acheter une Volkswagen Up GTI. À ce prix-là, on peut raisonnablement s’attendre à ce que la puissance commence par un « 5 », voire un « 6 ». Au lieu de cela, le SL 55 se contente de 469 ch.

Cependant, plus que la puissance de pointe, c’est la manière décontractée du V8 M177 de 4,0 litres à double turbocompresseur d’AMG qui détermine en grande partie la personnalité de la voiture, et les 516 lb-pi de sa puissance de pointe. délivré à partir de seulement 2000 tr/min est assez emphatique.

Cela signifie que si le SL 55 n’a pas de performances véritablement époustouflantes, il est prêt à passer les vitesses à n’importe quelle vitesse et dans n’importe quel rapport. Ce moteur n’est pas non plus trop lent, ce qui fait que les performances sont vraiment instantanées. Il n’est pas surprenant qu’un tel rythme sans effort s’accorde bien avec les références GT de la voiture, qui sont en général excellentes, si ce n’est la très légère fragilité qui se glisse dans la qualité de roulement sur les mauvaises surfaces. Peut-être que la SL 63 – avec son système d’amortissement hydraulique réticulé sans barre anti-roulis digne de McLaren – fera mieux à cet égard, bien que la SL 55, avec sa suspension semi-active traditionnelle, ne soit pas ce qu’on pourrait appeler rustique. Avec un habitacle confortable, cossu et douillet et un contrôle vertical de la carrosserie qui respire librement, la plupart du temps, il avale les kilomètres sans réfléchir.

Elle dévore les routes secondaires avec moins de facilité, mais avec beaucoup d’enthousiasme. L’adhérence est superbe, à tel point que ce châssis est capable d’encaisser toute la puissance et le couple en deuxième vitesse sur une surface froide et grasse. Les effets d’amélioration de l’agilité de la direction des roues arrière, qui travaille en sens inverse des roues avant à partir de 60 mph, sont également apparents et d’une fluidité impressionnante. C’est une voiture facile à placer à la vitesse et elle vous donne la confiance nécessaire pour enfoncer l’accélérateur et vous délecter de ce monstrueux V8.

En tant que GT de luxe, tout-terrain, toutes saisons, d’une précision surprenante, la SL 55 fonctionne bien. Et il y a, bien sûr, beaucoup, beaucoup de modes châssis et moteur qui donnent à la voiture une ampleur assez stupéfiante. Mais en tant que véritable rivale de la 911 ? Je n’en suis pas si sûr.

Avec près de 1900 kg, la SL 55 est trop lourde, et bien qu’elle soit intelligente dans sa façon de gérer sa masse, la voiture ne peut jamais échapper à ses effets. Vous, le conducteur, êtes toujours conscient de cette masse, attendant qu’elle fasse dévier le nez de sa trajectoire dans un virage serré inattendu, ou que le corps prenne un peu de retard sur la route. Le fait que ni l’un ni l’autre de ces phénomènes ne se produise jamais montre à quel point le SL 55 est bien conçu, mais le fait est que vous avez l’impression qu’ils pourraient se produire, et ce n’est pas si agréable.

La direction électromécanique est également quelque peu dépourvue d’âme par rapport à la configuration électrohydraulique de l’AMG GT et le châssis à quatre roues motrices peut être un peu trop neutre par moments, mais c’est peut-être l’une des vertus de la voiture. Tout dépend de ce que vous recherchez. Si la douceur des matériaux et la solidité dynamique sont vos priorités, vous apprécierez la Mercedes et aimerez l’utiliser. Mais si vous voulez une voiture de sport qui ne se contente pas de vous tenir à bout de bras, de vous charmer superficiellement par le bruit de son moteur et son rythme tranquille…

Donc, dans l’ensemble, la SL 55 est une voiture immensément capable. Il y a peut-être quelques plastiques intérieurs peu flatteurs pour ce prix, et le fait que le déflecteur de vent soit manuel et non automatique est assez impardonnable à ce prix, mais dans l’ensemble, c’est un produit complet.

Si complet, en fait, qu’on peut se demander s’il n’essaie pas d’en faire trop. Rapide et agréable à vivre, la voiture peut l’être, mais l’expérience de conduite orientée GT manque de mordant et ne vous met jamais vraiment dans la peau, ou du moins ce n’était pas le cas lors d’un après-midi ou deux de conduite sur certaines des meilleures routes du Royaume-Uni. Il sera intéressant de voir si le SL 63, plus techniquement sophistiqué et cracheur de feu, fait mieux ici, ou s’il aura lui aussi l’impression d’avoir été construit plus dans l’optique d’une couverture de base que dans une intention réelle.