BMW Série 3 M340i xDrive 2022 : essai routier


Vous avez devant vous la BMW Série 3 la plus réussie de tous les temps. La G20 est commercialisée depuis 2019, et au cours de cette période, elle s’est vendue à 1,1 million d’unités dans le monde – plus que toute autre Série 3 dans le même laps de temps, malgré toutes les crises mondiales à affronter. Elle a également obtenu les cinq étoiles complètes dans le test routier d’Autocar. C’est impressionnant.

Donc, avec tout ce succès, vous pouvez comprendre pourquoi BMW a opté pour un rafraîchissement de mi-vie discret. Les principales différences incluent un avant rafraîchi avec des phares complètement redessinés et plus fins et une calandre en forme de rein qui reçoit un nouveau design à double barre mais qui, heureusement, n’est pas plus grande.

Les modèles M Sport reçoivent également de nouvelles bouches d’aération aux coins extrêmes de l’avant afin de souligner la largeur et, selon BMW, d’évoquer le nez de requin classique de la marque. Curieusement, les phares antibrouillard ont été supprimés, en option ou non.

Les options de garniture ont été simplifiées et les niveaux d’équipement augmentés, de sorte qu’il n’y a plus que Sport ou M Sport et que même la voiture d’entrée de gamme dispose d’une climatisation tri-zone, de sièges sport en cuir chauffants et d’une gamme complète de nouveautés en matière d’infodivertissement à écran incurvé. Le système d’accès sans clé, la recharge de téléphone sans fil, le réglage électrique des sièges, le soutien lombaire réglable et les amortisseurs adaptatifs (disponibles uniquement sur la M Sport) sont quelques-unes des options qui devraient inciter de nombreux acheteurs à opter pour les inévitables kits optionnels.

Malgré tout, la Série 3 est équipée de façon compétitive par rapport à ses pairs, notamment l’Audi A4 et la Mercedes Classe C. Les grands changements ont été apportés à l’intérieur, où un seul écran incurvé comprend un affichage numérique des instruments de 12,3 pouces et un écran tactile de 14,9 pouces, avec le dernier système d’exploitation 8 de BMW (déjà vu dans l’iX). Cela signifie moins de boutons pour un tableau de bord plus épuré, le look minimaliste est encore complété par un nouveau levier de vitesse qui s’est transformé et rétréci en une sorte de levier de vitesse.

Et oui, les commandes de climatisation sont maintenant sur l’écran tactile. Boo. Pour ce que ça vaut, les commandes de température sont fixées en permanence et visibles au bas de l’écran, et il n’est pas difficile d’y accéder pendant que vous conduisez. Nous reconnaissons également que le système de commande vocale de BMW est l’un des meilleurs sur le marché. Il n’est pas infaillible, mais il a répondu correctement chaque fois que nous lui avons demandé de changer la température.

Dans les meilleures nouvelles pour les partisans des boutons, il y a toujours une simple molette de volume, sans oublier le contrôleur rotatif iDrive familier de BMW pour l’infodivertissement et les interrupteurs de raccourci, qui demeurent une caractéristique très appréciée dans chaque Série 3. L’écran tactile lui-même répond rapidement, les icônes sont pour la plupart assez grandes pour être touchées avec précision et les graphiques sont de premier ordre. Les mises à jour logicielles en temps réel, le système Apple CarPlay et Android Auto sans fil et un excellent système de navigation par satellite natif devraient satisfaire tout le monde.

Dans l’ensemble, l’intérieur est la plus grande amélioration. L’écran incurvé sans cadre apporte vraiment une touche très classe à un ensemble qui reste l’un des meilleurs de la catégorie, grâce à une disposition, une ergonomie, une qualité perçue et des matériaux excellents. Rien n’a changé en termes de packaging et d’espace pour ce facelift, vous pouvez donc installer confortablement deux adultes à l’arrière et le coffre de 480 litres conviendra parfaitement à un usage familial si vous n’êtes pas gêné par l’ouverture du hayon.

La Série 3 n’a pas changé non plus sur le plan mécanique. Les options diesel se résument maintenant à la 320d (avec traction arrière ou quatre roues motrices) et à la M340d avec son charmant six cylindres en ligne de 3,0 litres. La 330d n’existe plus, ce qui est fort dommage à nos yeux.

Les modèles à essence vont des 320i et 330i à quatre cylindres jusqu’à la 330e hybride rechargeable, qui utilise le même quatre cylindres de 2,0 litres plus un moteur électrique et une batterie de 12 kWh pour offrir une autonomie en mode électrique jusqu’à 39 miles. Toutes les variantes sont équipées de la boîte automatique Steptronic de ZF à huit rapports avec convertisseur de couple. Il n’y a pas d’option manuelle.

Les prix démarrent à un peu moins de 38 000 € pour la 320i et atteignent plus de 54 000 € pour la M340i xDrive haut de gamme que nous testons. Cela signifie que le six cylindres turbo développe 369 ch et 369 lb-pi pour un temps de passage de 0 à 62 mph de 4,4 secondes. À titre de comparaison, l’Audi S4 (diesel) affiche 336 ch et 4,6 secondes, tandis que la Tesla Model 3 Performance (électrique) affiche 444 ch et 3,2 secondes.

Ce qui est plus important que les chiffres, c’est que la M340i, bien qu’elle ne soit pas à la hauteur de la M3, semble être une vraie voiture M dans les domaines qui comptent. Au-delà des variantes standard de la Série 3, elle bénéficie d’un réglage spécifique M pour tous les éléments importants, y compris la suspension et ses amortisseurs adaptatifs, le blocage de différentiel électronique monté à l’arrière, le logiciel de la boîte de vitesses et le contrôle du lancement. Le système de transmission à quatre roues motrices xDrive est également plus orienté vers l’arrière, donc sur le papier, il y a une véritable magie M à attendre.

Et bien sûr, elle ne déçoit pas. Notre parcours d’essai autour de Regensburg comprenait une variété de sections d’autobahn rapides, de petits villages et de routes rurales fluides, ce qui a permis de montrer l’étendue des talents de cette voiture.

C’est vraiment là que la Série 3 a toujours excellé, quelle que soit la variante choisie. Le break 320d Tourer dans lequel nous avons également passé du temps était aussi impitoyablement brillant que jamais. Pourtant, la berline M340i est sans doute la meilleure d’entre elles pour ce qui est de l’équilibre entre une superbe sophistication touristique et une tenue de route digne d’un passionné.

Même en mode Personal standard (le mode Normal a été jugé beaucoup trop explicite), la voiture est tendue et réactive. La direction est légère mais suffisamment tactile pour être raisonnablement engageante et communicative, même sur les parcours les plus rapides, et ce n’est qu’en conduite vraiment fougueuse que la réponse plus forte du mode Sport inspire un peu plus confiance.

Il y a une délicieuse impertinence dans la configuration du système xDrive. Il vous donne un petit coup de volant sûr mais amusant si vous accélérez fortement à la sortie d’un virage serré, mais il fait généralement un excellent travail pour offrir une sécurité imperturbable sans compromettre le style de virage fluide et alerte qui a toujours distingué la Série 3.

La boîte Steptronic se réveille aussi un peu en mode Sport, mais il est toujours plus amusant et plus contrôlable de passer manuellement les rapports. Elle conserve également le rapport, même si vous atteignez le limiteur. Le mode Sport Plus fait monter les enchères avec un contrôle de traction plus souple et des échappements plus enthousiastes.

La douceur et la longueur du régime intermédiaire du six cylindres en ligne sont telles qu’il n’est pas nécessaire de lui tordre le cou pour en tirer le meilleur parti. C’est vraiment un moteur extrêmement agréable, que vous utilisiez tout ce qu’il a ou que vous vous promeniez et appréciiez son ronronnement discret et ses réponses sans effort.

Même s’il existe des options spectaculaires à quatre cylindres et à batterie électrique, la M340i nous rappelle que le moteur à six cylindres est toujours roi si vous voulez vraiment le meilleur transport de l’exécutif à l’enthousiaste. Et lorsque vous vous calmez et que vous voulez simplement rentrer chez vous, la M340i redevient un véhicule de banlieue très raffiné. Le bruit du moteur s’atténue, la boîte de vitesses effectue ses passages à la perfection et vous pouvez vous détendre.

Elle est également étonnamment confortable, étant donné que nous avions trouvé la M340i un peu raide lors de notre précédent essai. La M340i est équipée de série d’une suspension adaptative M Sport, mais il se pourrait bien que ce soit les pneus Michelin Pilot Sport 4S de 19 pouces de notre voiture d’essai qui constituent la véritable astuce pour améliorer le confort de conduite.

Sur les routes allemandes, certes bien entretenues, la voiture s’est adoucie sur les surfaces rugueuses et les plaques d’égout sans trop de problèmes. Seul un mouvement vertical de l’amortisseur un peu trop tendu sur des routes de ville délabrées l’a un peu laissé tomber.

Dans l’ensemble, donc, la Série 3 reste aussi impitoyablement brillante que jamais. Nous aurions donné cinq étoiles à la M340i si nous n’avions pas eu des doutes sur le confort de roulement au Royaume-Uni que nous ne pouvons pas encore confirmer. La gamme complète de la Série 3 reste un travail cinq étoiles, sans aucun doute. Elle est maintenant un peu plus élégante et un peu plus technologique, mais en fin de compte inchangée ; la même chose mais en mieux.