Hyundai Kona Electric 39kWh Premium 2022 : essai en France


Qu’est-ce que c’est ?

Le monde des voitures électriques a évolué si rapidement que l’on pourrait penser que le Hyundai Kona Electric est l’un des aînés de la catégorie. Pourtant, cela fait un peu plus de quatre ans qu’il est arrivé en tant que pionnier avec une autonomie de 300 miles et un prix attractif en conséquence. Il est également agréable à conduire.

Le marché de la voiture électrique a explosé depuis et nous avons eu des arrivées comme la Hyundai Ioniq 5, même au sein de la propre écurie de la firme, montrant la prochaine évolution passionnante de la voiture électrique.

Pourtant, le Kona Electric reste un concurrent très fort dans la catégorie et a récemment reçu une série de mises à jour afin de suivre le rythme de l’évolution rapide du secteur. Deux versions sont toujours disponibles : une version d’entrée de gamme de 134 ch avec une batterie de 39,2 kWh offrant une autonomie de 189 miles, comme testé ici, et une version plus puissante de 201 ch avec une batterie de 64 kWh offrant une autonomie de 300 miles.

Comment c’est ?

Les changements sont mineurs par rapport au Kona Electric que nous avons d’abord connu et se concentrent principalement sur le style, lui donnant le look  » sans grille  » que de nombreuses voitures électriques récentes ont adopté. Comme beaucoup de voitures électriques récentes également, il manque donc un peu de caractère et un visage distinctif qui lui est propre.

La dynamique du groupe motopropulseur électrique n’a pas fait l’objet de beaucoup de modifications, à part quelques ajustements logiciels, mais avec ce Kona Electric révisé, nous avons l’avantage de l’évaluer après que le segment ait évolué et même émergé à un rythme rapide. Et il tient toujours très bien son rang.

Le Kona Electric de 201 ch, le plus puissant, avait tendance à faire patiner ses roues, tant la quantité de couple (290lb ft) envoyée aux pneus avant était importante, et tant ils manquaient d’adhérence. Le modèle moins puissant que nous testons a toujours été moins affecté par ce problème et il est presque totalement absent maintenant après les changements récents.

La puissance et le couple délivrés sont beaucoup moins brutaux ; c’est toujours vif, mais beaucoup plus agréable à conduire maintenant. C’est seulement en demandant aux pneus d’en faire beaucoup plus que ce qui est raisonnable, par exemple en mettant le pied au plancher sur une route mouillée avec le verrouillage activé, que l’adhérence sera rompue. Et vous seriez un peu idiot de faire cela en premier lieu.

Le Kona Electric dispose de trois modes de conduite très distincts : Eco, Normal et Sport. La puissance et les réponses augmentent sensiblement entre les trois (Normal semble le mieux jugé dans l’ensemble), tout comme la vivacité des graphiques sur l’écran d’instrumentation actualisé. Voir tout l’écran devenir rouge lorsque le mode Sport est sélectionné fait sourire et c’est une dose de caractère bienvenue dans ce qui est un habitacle fonctionnel plutôt que stylé.

Le Kona Electric offre un bon mélange de conduite et de maniabilité. Tout est sûr et prévisible, mais le conducteur reste impliqué. Ce n’est pas une voiture sportive, mais c’est une voiture bien pensée. Il n’y a pas de bizarreries ou quoi que ce soit qui puisse gâcher le comportement routier généralement confortable et raffiné, le seul point à améliorer étant la direction plutôt vague.

Nous avons conduit le Kona Electric par une journée froide et humide, avec le chauffage et les éléments chauffants à fond, et non pas avec une conduite économique en tête, et nous avons obtenu une lecture de 3,1 miles par kWh, suggérant une autonomie de 121 miles. Nous nous attendons à ce que cela s’améliore confortablement avec des conditions plus favorables, d’après l’expérience passée, car le Kona est une voiture électrique bien capable de correspondre à son autonomie officielle par temps plus chaud.

L’autonomie est officiellement légèrement meilleure qu’auparavant grâce à de nouveaux pneus qui réduisent la résistance au roulement, tandis que les agréables palettes montées sur le volant restent pour vous permettre d’augmenter et de diminuer la quantité de freinage régénératif.

Devrais-je en acheter une ?

Même s’il n’est plus le modèle le plus frais de la catégorie, le Kona Electric fait plus que tenir son rang face à ses nouveaux rivaux et conserve son excellent rapport qualité-prix. Après la subvention gouvernementale de 1 500 €, cette version Premium est proposée à 30 300 € (son prix catalogue de 31 800 € est inférieur au seuil de 32 000 € pour la subvention), et si vous passez à la version SE Connect, elle passe même sous la barre des 29 000 €.

Pourtant, étant donné le léger ajustement des paiements sur un contrat de location ou de PCP mensuel, les acheteurs seront (et devraient vraiment être) plus attirés par l’autonomie de 300 miles du Kona Electric de 201bhp et 64kWh. Son rapport qualité-prix est plus élevé, même s’il n’est plus éligible à la subvention, étant donné son prix catalogue de 35 050 € dans cette finition Premium.

Cette augmentation significative de l’autonomie permet à la version 64 kWh de devenir une première (ou unique) voiture vraiment viable et de résoudre le principal problème du modèle 39 kWh, à savoir son autonomie.