Lexus ES 300h F Sport 2022 : essai routier


Qu’est-ce que c’est ?

C’est la berline moyenne de Lexus qui s’attaque à la Mercedes-Benz Classe E et à la BMW Série 5, mais cette fois avec un léger rafraîchissement de mi-vie.

Il y a des retouches de design à l’avant et à l’arrière (les qualifier de légères serait exagéré), mais la ES était déjà une belle voiture à l’allure nette, il n’était donc pas nécessaire de la modifier. Voici, BMW, comment on fait une calandre agressive.

Des phares LED à trois yeux ont été ajoutés, pour offrir un faisceau lumineux plus large, et à l’intérieur, on trouve un nouvel écran tactile de 12,3 pouces qui conserve heureusement quelques boutons physiques, mais qui persiste également à utiliser le trackpad infernal de Lexus. Nous aimons que tu sois différent, Lexus, mais il y a des limites.

Il y a également un pack d’aide à la conduite mis à jour, qui s’étend à l’habituelle assistance au maintien dans la voie et autres, et dont les corrections de direction sont censées être plus douces, ainsi qu’un intérieur axé sur un  » espacement plus étroit des panneaux « . Étant donné que l’ajustement et la finition de la Lexus étaient de toute façon très serrés, c’est une déclaration impressionnante.

Les modifications apportées au châssis visent à améliorer la dynamique et le confort, avec des bras de suspension arrière plus rigides et un nouvel actionneur sur la suspension variable adaptative, tous deux conçus pour offrir une sensation plus linéaire à la direction et à la suspension. Bien que, comme vous le verrez bientôt, cela n’a pas fonctionné.

C’est comment ?

J’aime beaucoup la façon dont Lexus fait généralement les choses, en forgeant sa propre voie et en étant parfois meilleur pour cela, mais malheureusement, la ES laboure son propre sillon mais finit toujours par être inférieure à la Série 5.

Le principal problème est la qualité de roulement. Sur les surfaces irrégulières, il y a une déconnexion entre le siège et la suspension, de sorte qu’une partie de la voiture réagit d’une certaine manière et une autre se déplace à un rythme différent. Cela signifie que tout semble un peu tatillon et agité, comme si les amortisseurs ne savaient jamais vraiment ce qu’ils sont censés régler. Ce sont les chocs entre essieux qui le perturbent le plus.

C’est étrange, parce qu’habituellement Lexus fait le wafting plutôt bien (à l’exception du NX de première génération et de la CT à hayon). Une Lexus a généralement bien coulé sur une route – certes, en se sentant déconnectée mais au moins confortable. Ce n’était pas une performance qui faisait jaser les testeurs, mais cela signifiait au moins une conduite relaxante. Dans cette ES, cela a été perdu.

Les sièges font de leur mieux pour compenser, avec le genre de qualités douces, comme un fauteuil, pour lesquelles les Volvo et Saab sont/étaient connues, mais sur une route B, la voiture n’est pas relaxante.

Cela ne veut pas dire qu’elle ne fonctionnerait pas sur les autoroutes. Là où le goudron est plus lisse et les mouvements du corps plus cohérents, la ES s’en sort mieux. Les bruits de suspension sont bien isolés et même le bruit du moteur quatre cylindres ne devient pas particulièrement envahissant. Bien que, comme toujours, la boîte de vitesses à variation continue (CVT) émet un son rauque si vous appuyez vraiment dessus.

Elle n’est pas rapide, mais elle n’a pas besoin de l’être. L’accélération est amplement suffisante pour ce qui est nécessaire, et d’ailleurs, toute accélération supplémentaire ferait craquer la suspension.

Devrais-je en acheter une ?

Tout cela aboutit à une voiture qui est étonnamment de niche. Si vous voulez quelque chose qui s’accommode de l’ennuyeux trajet sur autoroute vers une ville, alors la ES s’en sort bien. Elle est silencieuse, confortable sur les routes principales et solidement construite.

Mais si vous avez besoin d’une voiture avec un peu plus de dualité d’usage, alors les grandes allemandes offrent toujours le meilleur pari.