McLaren 720S 2019 examen à long terme


Comme je l’ai dit dans mon premier rapport, notre but n’était pas vraiment de vous rappeler à quel point cette voiture est rapide ou amusante, car tout cela peut être bien mieux fait par le biais d’essais routiers classiques. Ce qui suit se concentre donc davantage sur la McLaren en tant que chose avec laquelle il faut vivre plutôt que sur celle dans laquelle il faut conduire, car nous savons déjà qu’en ce qui concerne cette dernière, elle est assez hypnotique.

Commençons par le commencement. En quelques années de conduite pour la plupart des propriétaires de 720S, la voiture n’a pas connu de problème majeur. À toutes fins utiles, sa fiabilité a été parfaite. Je discutais avec le spécialiste de McLaren, Alastair Bols, qui m’a dit que les correctifs logiciels corrigeaient tous les problèmes qui affectaient les premières voitures et qu’ils étaient maintenant aussi robustes électroniquement qu’ils l’ont toujours été structurellement et mécaniquement. Il dirait peut-être cela, mais cela correspond à mon expérience.

Deuxièmement, c’est une voiture avec laquelle il est facile de vivre, exceptionnellement selon ces normes. C’est sans doute la voiture la plus facile à monter – on tombe dedans – et il est bien plus facile d’en sortir que la BMW i8. La visibilité – si cruciale pour une voiture aussi large que celle-ci – est tout simplement exceptionnelle. J’avais une Lamborghini Aventador SVJ il y a quelques mois, et bien que son sens de l’occasion soit différent de celui de la McLaren, il était infiniment plus difficile et intimidant de conduire, sans parler, du moins, de ce derrière, plus lentement.

J’adore le tableau de bord et la façon dont les informations sont présentées. Le fait de le tourner pour qu’il n’indique qu’un compte-tours à bande, la vitesse et le carburant est excellent non seulement pour une utilisation sur piste comme prévu, mais aussi pour la conduite dans l’obscurité. Vous vous souvenez du « panneau de nuit » de Saab qui ne laissait que le speedo à regarder ? Je me suis toujours demandé pourquoi d’autres ne le faisaient pas – et maintenant je me le demande encore plus.

Par contre, je me suis toujours inquiété de sa largeur et de l’endommagement de ces roues affreusement coûteuses (qui ont heureusement survécu). Et bien que je l’aie volontiers laissée dans des parkings pendant la nuit, l’aurais-je fait si c’était mon argent qui avait acheté la voiture et si mon assurance avait dû payer pour les dommages qui en auraient résulté ? Probablement pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *