Porsche 718 Boxster GTS 4.0 PDK 2020 : Test & Avis



Qu’est-ce que c’est ?

Ce que vous regardez ici est probablement la version la plus vendue de ce qui est sans doute le point culminant de la gamme Boxster et Cayman : le GTS 4.0.

Jusqu’à présent, ce sublime six cylindres n’était associé qu’à une boîte manuelle à six vitesses, ce qui lui donne des airs de voiture de sport, mais ne l’attire pas dans le showroom, où PDK est généralement le roi. Nous avons donc ici une GTS avec la version familière à sept vitesses de la transmission Porsche-Doppelkupplungsgetriebe, toujours bien nommée.

À 2303 €, cette mise à niveau automatique à double embrayage n’est pas bon marché, mais vous obtenez une petite augmentation de couple de 7lb ft, ce qui porte le total à 317lb ft, tandis que le temps de 0-62mph annoncé chute d’une demi-seconde par rapport au manuel, en prenant à peine 4,0sec. Cela dit, la vitesse maximale de la voiture PDK est de 179 miles par heure, soit une chute de 3 miles par heure par rapport à sa jumelle à trois pédales. Un point à retenir pour l’autoroute peut-être.

Vous économiserez cependant un peu sur les frais de fonctionnement. Le PDK s’étend sur 28 miles avec un gallon de super-plomb, alors que le manuel promettait 25,9 mpg. Les émissions de CO2 sont également réduites, passant de 247 g/km à 230 g/km.

Sinon, elle est identique à la voiture manuelle, ce qui signifie que vous obtenez le même six à plat sonore de 4,0 litres et 395 ch que celui des modèles GT4 et Spyder aux accents de sport automobile, ainsi que les mêmes améliorations du châssis GTS qui marquent brillamment la limite entre l’excitation de la conduite sur le bord du siège et la convivialité au quotidien.

A quoi ça ressemble ?

L’embrayage double de Porsche est l’un des meilleurs du secteur, il n’y avait donc aucune crainte que son introduction dans la GTS 4.0 ne se termine par une catastrophe. Mais cela affecte-t-il fondamentalement le caractère d’une voiture qui est l’une des meilleures pour les sensations et l’interaction avec le conducteur ?

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi tant de clients choisissent de ne pas s’impliquer dans l’échange de rouages. Avec le levier de vitesse placé en D, le Boxster s’éloigne en douceur sans les hésitations occasionnelles qui peuvent affecter de nombreuses boîtes de vitesses à double embrayage, tandis qu’en mouvement, les changements sont effectués avec une efficacité nette et rapide.

Prenez de la vitesse sur l’autoroute et la septième offre une allure de croisière détendue. Grâce à la puissance du moteur à mi-régime, vous pouvez rapidement accélérer lorsque vous êtes en panne sans que la boîte de vitesses ne baisse d’un ou deux rapports. Avec le toit relevé ou abaissé, c’est une véritable voiture de croisière relaxante, surtout avec les amortisseurs dans leur position Confort qui arrondissent les angles vifs de la surface. Seul le grondement des pneus sur les surfaces rugueuses perturbe la sensation de calme.

C’est donc plus facile à vivre, mais il fallait s’y attendre. Et quand vous voulez courir à fond et arborer un sourire ou deux ? Sélectionnez Sport sur la manette du mode conducteur qui se trouve sur le volant garni d’Alcantara et vous sentirez immédiatement le surcroît d’énergie de la pédale d’accélérateur.

Vous remarquez alors que la transmission tient plus longtemps les vitesses et que les changements de vitesse sont livrés avec une vitesse fouettée et une douceur totale. Cela crée une performance vraiment surprenante, car les efforts musculaires des six cylindres plats hurlants et glaçants sont fournis en une longue poussée d’accélération implacable. C’est une voiture vraiment rapide en ligne droite.

Freinez fort pour un virage (la configuration tout disque est puissante, progressive et contrôlée par une pédale avec juste la bonne fermeté) et la boîte de vitesse répond, en descendant rapidement pour enclencher le bon rapport pour une sortie en fronde. Bien sûr, vous pouvez et devez utiliser les palettes pour sélectionner vous-même les vitesses, juste pour ajouter une dimension supplémentaire à l’interface homme-machine.

Sur des routes que vous ne connaissez pas bien, le PDK vous permet de couvrir du terrain à une vitesse étonnante. La possibilité de garder les deux mains sur le volant et de descendre la boîte de vitesses sans plus d’effort qu’un chiffre allongé signifie que vous êtes très rarement pris à faire la sieste dans le mauvais rapport si un virage est plus serré ou une sortie de côte plus raide que vous ne le pensiez.

Non pas que le moteur ne puisse pas supporter d’être un ou deux rapports de plus. Les profondes réserves de couple naturel de grande cylindrée peuvent vous propulser sur la route comme s’il était fixé à l’horizon par un élastique géant. On l’a déjà dit, mais ce moteur est un vrai casse-tête, de sa réponse magnifiquement proportionnelle à l’accélérateur jusqu’à sa bande sonore de cris et de hurlements qui prend un timbre glorieusement dur lorsque le régime dépasse les 4000 tr/min et se poursuit jusqu’à l’enivrante coupure à 7700 tr/min.

Le châssis est tout aussi spectaculaire. Peu importe la boîte de vitesses que vous choisirez pour la GTS : vous danserez sur la route dans l’une des voitures de sport les plus belles et les plus équilibrées qui soient. Le taux de réponse de la direction, la pondération et les sensations sont parfaits, vous permettant de charger progressivement la suspension au fur et à mesure que vous tournez, puis de sentir la voiture pivoter délicieusement autour de vos hanches avant d’utiliser le couple du moteur, la réponse parfaite de l’accélérateur et le différentiel à glissement limité pour redresser subtilement votre ligne à la sortie. Le contrôle de la carrosserie est aussi d’un autre monde, en particulier dans le sport, où les amortisseurs se contentent de hausser les épaules sur les routes les plus sinueuses de l’Oxfordshire sur notre parcours d’essai. Ce n’est que sur les imperfections les plus brutales que la carrosserie du Boxster montre le moindre signe de secousses, et même là, ce n’est rien d’autre que le plus léger tremblement du rétroviseur.

Dois-je en acheter un ?

En fin de compte, la GTS manuelle reste le premier choix des conducteurs qui veulent être engagés et divertis chaque fois qu’ils prennent le volant. Elle n’est pas aussi rapide que la PDK, mais le fait de caresser l’embrayage et de guider le gealever ajoute une couche supplémentaire d’implication à une machine déjà très immersive.

Pourtant, étant donné que la grande majorité des véhicules que nous conduisons sont des véhicules à moteur de type « mooching » plutôt que de type « maximum attack », il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, pour beaucoup, le PDK est, ahem, le choix automatique.

Il ne nuit pas à l’attrait ultime du GTS pour les conducteurs et rend la conduite quotidienne plus supportable si, comme la plupart des gens, vous vous occupez de la circulation plus que vous ne démolissez des routes secondaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *