Renault Captur E-Tech 2020 : Essai routier & Avis



Qu’est-ce que c’est ?

La nouvelle version plug-in de la deuxième génération de Captur de Renault est arrivée chez les concessionnaires britanniques, nous donnant ainsi la première occasion de l’essayer avec le volant sur le côté droit.

C’est une voiture intéressante en soi, bien sûr, pour les raisons que nous évoquerons plus tard, mais doublement remarquable pour le fait qu’elle entre dans un segment relativement peu contesté : celui du crossover compact hybride rechargeable. Sur le plan de la taille, le Captur reprend tout, de la Ford Puma à la Peugeot 2008 et au Nissan Juke, mais les alternatives électrifiées de la même manière se limitent essentiellement à la Kia Niro PHEV et au Mini Countryman S E All4.

Il ne fait aucun doute que ce trio d’innovateurs n’aura pas la tâche facile pendant longtemps, étant donné qu’il y a une nouvelle entrée dans la classe des crossovers toutes les 27 minutes et que les hybrides rechargeables continuent à jouer un rôle crucial dans la lutte des constructeurs pour se conformer aux objectifs stricts en matière d’émissions des parcs de véhicules. Mais pour l’instant, le Captur semble, à première vue, être une véritable évidence pour les acheteurs d’entreprises en milieu urbain et les familles soucieuses de l’environnement qui ont besoin d’une voiture à la fois plus pratique qu’une supermini mais pas plus difficile à garer. C’est ce que nous allons chercher à déterminer pour savoir si elle mérite cette coutume sur la base de tout sauf de son caractère unique.

Le groupe motopropulseur comprend un quatre cylindres à essence à aspiration naturelle de 1,6 litre – non disponible comme moyen de propulsion pour la voiture non électrifiée – avec un moteur électrique de 66 ch pour une puissance combinée de 158 ch et un temps de 0-62 mph de 10,1 secondes. Nous l’avons testée en version S, qui se distingue des versions inférieures par ses roues en alliage de 17 pouces taillées en diamant, ses rétroviseurs à code couleur et ses vitres arrière teintées.

A quoi ça ressemble ?

En dehors de cela, la deuxième génération de Captur est plus fringante que la précédente. Des lumières plus fines aux deux extrémités et une silhouette plus musclée le rapprochent de ses chics compagnons d’écurie Clio et Mégane, et il n’y a pas grand-chose de la bizarrerie stylistique gratuite qui afflige certains de ses rivaux – ou même de ses frères et sœurs (on vous regarde, Nissan Juke). Il n’y a pas non plus grand-chose à dire sur cette version électrifiée, en dehors de la voiture à essence standard, au-delà d’un subtil badge ici et là.

Les versions automatiques de ce type sont dotées d’une nouvelle console centrale « flottante » avec un chargeur de téléphone sans fil en dessous, et des panneaux de garnissage orange au toucher doux (une option à 350 €) confèrent à l’habitacle un véritable sentiment de qualité, à la fois perçu et réel. Nous suggérons courageusement que le grand écran tactile d’info-divertissement aligné verticalement soit de style Tesla, mais la conservation de la plupart des commandes physiques signifie que l’habitacle est un peu plus encombré qu’il ne devrait l’être, tandis que le placement contre-intuitif des commandes (l’ajusteur de volume est caché derrière le volant, et le sélecteur de mode de conduite à côté de l’interrupteur du siège chauffant) demandera un peu d’adaptation. Dans l’ensemble, cependant, elle est lumineuse et aérée et apporte certainement plus d’éclat visuel qu’une Ford Puma.

Le E-Tech a trois modes de conduite dont le nom prête à confusion : Pure, Sport et My Sense, que vous connaissez mieux sous les noms « Electric », « Combustion » et « Hybrid ». Dans ce dernier, la transition entre les deux sources d’énergie est pratiquement parfaite et, à bas régime, le moteur à essence est à peine plus perceptible que son coéquipier électrique. Il commence à faire un peu de bruit quand on se bouscule, cependant, et reste à bas régime pendant un certain temps après le kickdown, ce qui fait des dépassements et de l’autoroute une expérience bruyante. Cependant, il dément son introduction non forcée par un grognement moyen et une poussée suffisante en dehors de la ligne.

Sur les routes mixtes, et grâce à l’utilisation judicieuse des freins à récupération (non variables), il est possible de recharger la batterie de traction assez rapidement, ce qui fait du dernier kilomètre en VE une proposition quotidienne réaliste, si votre trajet vous amène dans des zones à forte circulation. C’est une proposition particulièrement attrayante, compte tenu de la compétence de l’élément électrique de ce groupe motopropulseur : l’adoption rapide et agréable, accompagnée d’un léger ronronnement de fond, donne l’impression que cette fonctionnalité n’a pas été intégrée par souci de conformité, mais plutôt comme une injection bienvenue d’un système de sécurité qui conviendra – et améliorera l’expérience de conduite – à un marché cible beaucoup plus large. Le silence du moteur des VE est cependant une arme à double tranchant, car le grondement des pneus, le bruit du vent et les bruits de suspension ne tardent pas à combler le silence. Ce n’est pas insupportable, mais c’est suffisant pour abîmer un ensemble qui, autrement, serait le plus raffiné d’entre eux.

Avec sa batterie de 7,5 kWh montée sous la banquette arrière, le Captur serait capable de faire fonctionner un VE sur 30 miles, et notre test suggère que c’est une projection réaliste. Comme pour tous les PHEV, les chiffres combinés de consommation WLTP sont moins faciles à reproduire dans la vie réelle – le Captur est revendiqué à un étonnant 188,3 mpg – mais ce n’est guère une vieille bête assoiffée, en tout cas. Une fois que vous aurez déterminé comment traiter le groupe motopropulseur pour maintenir la combinaison optimale d’essence et d’électricité, vous le trouverez probablement un compagnon agréable au quotidien, voire particulièrement engageant.

En termes de verve dynamique pure et simple – une caractéristique que la grande majorité de ses acheteurs ne sont pas susceptibles d’interroger – le Captur ne peut pas faire de l’ombre à ses homologues conventionnels. Là où la Ford Puma apporte un équilibre et une exploitabilité comparables à ceux de la Fiesta, qui est plus modeste, et où la petite Seat Arona surmonte les imperfections avec une sérénité presque inégalée, le Captur ne parvient pas à cacher la pénalité de poids qu’entraîne l’électrification. Les dos d’âne sont soumis à de fortes secousses lorsqu’ils sont attaqués à une vitesse proche de la limite autorisée, et le Tarmac, dont l’effritement est notoire en Grande-Bretagne, envoie un choc presque persistant à travers la colonne de direction et les bases des sièges. Des portions de route plus accidentées deviennent carrément inconfortables.

Et puis il y a les performances en virage, qui – encore une fois, avec la mise en garde que la grande majorité des Capturs ne finissent pas entre les mains de conducteurs enthousiastes – n’inspireront guère l’explosion occasionnelle du dimanche. Le roulis de caisse dans les virages serrés est assez prononcé, ce que nous serions enclins à pardonner s’il se traduisait par une conduite douce et coussinée sur un sol rugueux, mais en l’état, le Captur démontre un mélange paradoxal de ce que je vais appeler « la maladresse de la conduite », faute d’une meilleure expression. Il s’agit d’apprendre ses bizarreries et de s’y adapter. Ni les performances en ligne droite du Captur, ni son caractère dynamique ne sont suffisamment médiocres pour justifier de négliger l’ensemble de la voiture, mais ses rivales Mini et Kia offrent une expérience de conduite plus complète, si elle est plus discrète qu’impressionnante.

Dois-je en acheter un ?

En supposant que vos besoins soient suffisamment spécifiques pour que vous puissiez vraiment limiter vos achats potentiels à la Kia, la Mini et la Renault, il y a de fortes chances que votre cœur soit pris par le Captur, même si votre tête pense que la gamme de véhicules électriques de la Niro (36 miles) ou la dynamique raffinée du Countryman en font l’achat le plus intelligent.

Pour ce qu’il vaut, le Captur est une version de bon goût et rafraîchissante d’un style de plus en plus omniprésent, qui allie un intérieur confortable et bien équipé à des coûts de fonctionnement peu élevés et à une grande facilité d’utilisation. Mais ne vous attendez pas à ce qu’il s’écarte radicalement de cette formule en offrant des éclairs d’engagement du conducteur ou un raffinement de roulement à la pointe du segment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *