Le retour d’Aston Martin en F1 s’appuie sur son héritage de course


Aston Martin est connue dans le monde entier pour ses succès très médiatisés dans le domaine des courses de voitures de sport. Une célèbre victoire au Mans et une troisième victoire consécutive au 1000 km du Nürburgring ont permis à Aston Martin d’être couronné champion du monde des voitures de sport en 1959. Les victoires de plusieurs catégories au Mans s’étendent de 1931 à la victoire de plusieurs catégories de cette année, qui a permis d’assurer le championnat du monde d’endurance des constructeurs de GT. De nombreuses victoires de course et de classe au fil des ans ont fait de la marque l’un des grands noms de la course d’endurance.

Moins connus, cependant, sont peut-être le Grand Prix européen d’Aston Martin et, plus tard, les exploits de la Formule 1. Ils ne sont peut-être pas aussi célèbres, mais ils sont tout aussi remarquables. En effet, dès les débuts de l’entreprise Aston Martin il y a 107 ans, fondée par Lionel Martin et Robert Bamford en 1913 dans un petit atelier londonien, la participation à des compétitions de haut niveau faisait partie intégrante de l’éthique et de l’identité de la société.

Aujourd’hui, alors que la marque de luxe britannique se prépare à revenir sur la grille de départ de la F1 pour la première fois depuis plus de 60 ans, c’est le moment idéal pour revenir sur les précédentes tentatives de la marque dans la classe de sport automobile la plus compétitive et la plus difficile au monde.

Aston Martin dans les années 20

Dès ses premiers jours à la tête de la jeune entreprise de voitures de sport, le cofondateur d’Aston Martin, Lionel Martin, rêvait de placer le nom de l’entreprise qu’il avait créée avec son partenaire Robert Bamford dans l’arène des courses de Grand Prix.

Le nom d’Aston Martin avait été établi sur les circuits de côte de Grande-Bretagne et Lionel lui-même avait des succès notables au volant de sa propre voiture, mais il savait que des courses de Grand Prix compétitives dans toute l’Europe apporteraient la renommée plus large qu’il désirait pour sa société.

L’Aston Martin TT2 à gauche avec Galop et la TT1 à droite avec Zborowski avant le GP de France à Strasbourg

Au début des années 20, ce rêve s’est transformé en réalité lorsque Martin a rencontré un jeune pilote de course, le comte Louis Zborowski. Ce fils fabuleusement riche d’un comte polonais et d’une héritière américaine avait une soif insatiable de vitesse et une forte envie de sport automobile.

Avec une fortune qui, avec l’argent d’aujourd’hui, le classerait confortablement parmi les milliardaires, Zborowski disposait d’amples ressources qui, alliées à sa connaissance d’Aston Martin en tant que pilote des premières voitures de course à roue ouverte à soupapes latérales de la marque, lui donnaient la confiance nécessaire pour commander non pas une mais deux voitures de course à l’entreprise.

En collaboration avec Lionel Martin et son équipe, ils ont mis au point un projet de construction de deux voitures pour participer à l’épreuve du TT (Tourist Trophy) de l’île de Man en 1922. Zborowski a fourni environ 10 000 livres sterling pour le projet – une petite fortune à l’époque – l’argent étant destiné non seulement aux voitures mais aussi à la création d’un tout nouveau moteur de course à quatre cylindres à 16 soupapes et double arbre à cames en tête.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Le châssis TT1 en action au Grand prix du Bolougne

La première voiture Aston Martin de Grand Prix, dotée de cette unité de 1 486 cm3, développait environ 55 ch à 4 200 tr/min. La voiture pesait 750 kg, avait une vitesse de pointe de 85 km/h et comportait deux sièges, dont l’un était décalé, conformément au règlement du Grand Prix de l’époque, pour accueillir le mécanicien qui était un membre essentiel de l’équipe, notamment parce qu’une partie de son travail consistait à pressuriser le réservoir de carburant au moyen d’une pompe manuelle. Incroyable, du moins selon les normes actuelles, la voiture était conduite par la route pour se rendre aux meetings de course auxquels elle participait.

Comme toujours chez Aston Martin, le moteur lui-même a une histoire derrière lui. Alors qu’en 1922, les moteurs de course à 16 soupapes avaient été développés avec succès pendant quelques années – Peugeot, Bugatti et A.L.F.A. avaient tous développé des unités à 16 soupapes de grande capacité pour les activités de course et de record de vitesse – on pense que la genèse du moteur Aston Martin est beaucoup plus colorée.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Chassis TT2 faisant le plein de carburant pendant le GP de France de 1922

Clive Gallop, ami proche du comte Zborowski et compagnon de course, connaissait l’ingénieur Marcel Gremillion de Peugeot. Le talentueux Français avait été l’élève du grand concepteur de moteurs Ernest Henry, aujourd’hui chez Ballot.

La collection de souvenirs de voitures anciennes de GPBox

Gremillion a persuadé Henry de lui donner des détails sur le moteur 3,0 litres de Ballot. Henry n’a fait que déchirer ses dessins en deux, que Gremillion a ensuite adaptés à la came simple, 16 soupapes, moitié inférieure, de Bamford & Martin en échange de ce qui a été décrit comme un sac substantiel de pièces d’or !

Ainsi, avec un plan déchiré en deux, le 3,0 litres conçu par Henry est devenu le single cam, 16 soupapes, 1,5 de Bamford & Martin.

Les débuts d’Aston Martin au Grand Prix

Alors que les châssis TT1 et TT2 devaient participer à l’épreuve du Tourist Trophy le 22 juin 1922, le temps jouait contre l’équipe et elle ne pouvait pas être préparée. Il a donc été décidé de donner aux voitures leur première sortie lors du Grand Prix de France 2,0 litres le 15 juillet à Strasbourg – marquant ainsi les débuts d’Aston Martin en Grand Prix.

Zborowski était à la barre du TT1, avec Len Martin (aucun parent) comme mécanicien, tandis que Clive Gallop pilotait le TT2 assisté du mécanicien H.J. Bentley (également aucun parent).

L’Aston Martin LM-4 mène l’Alfa Romeo au GP d’Irlande de 1930

Peut-être inévitablement en raison d’un manque de puissance dû à la capacité du moteur plus petite que celle requise pour la course, parallèlement à leur développement précipité et à un besoin réglementé de transporter du ballast, les deux voitures ont pris leur retraite avec des problèmes de moteur. Mais l’expérience a été suffisamment exaltante pour que la jeune équipe, basée à Abingdon Road, Kensington, poursuive l’aventure du Grand Prix.

Construites à la hâte au départ, les voitures du TT ont été développées au fil du temps et, dans les mois et les années qui ont suivi, elles ont obtenu plusieurs podiums, dont une deuxième place au Grand Prix de Penya Rhin de 1922, organisé sur le circuit de Villafranca. L’équipe a répété ce résultat lors de la même épreuve l’année suivante et a pris la troisième place au Grand Prix de Boulogne, également en 1923.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Le châssis TT2 en action au GP d’Espagne

La mort prématurée de Zborowski en 1924, presque inévitablement au volant d’une voiture de course, a marqué le début de la fin de la première incursion d’Aston Martin dans le sport automobile de haut niveau et, malgré de nombreuses apparitions réussies de corsaire, il faudra attendre encore 20 ans avant que la marque ne fasse une autre sérieuse impression dans les courses de Grand Prix.

Aston Martin dans les années 1940

Bien qu’il ne soit peut-être pas techniquement un événement de haut niveau, le Grand Prix des voitures de sport de Belgique de 1946 est digne de mention dans le contexte des ambitions de course d’Aston Martin.

Au début de l’après-guerre, le sport automobile en Europe était une affaire quelque peu organique selon les normes actuelles de technologie de pointe et de développement incessant. Il n’est donc pas surprenant que bon nombre des voitures en compétition pour les honneurs moins d’un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale ne soient pas entièrement nouvelles.

Les coureurs Aston Martin « Speed Model » d’avant-guerre étaient encore compétitifs, et ce n’était donc pas un choc de voir une Aston Martin 2,0 litres de 1936, désormais célèbre, participer au Grand Prix Automobile de Belgique de 1946, qui s’est déroulé le 16 juin sur le circuit routier provisoire adjacent au Bois de La Cambre, à Bruxelles.

Au volant pour cet événement se trouvait l’un des personnages les plus colorés jamais associés à la marque : St John Ratcliffe Stewart Horsfall – ou « Jock » comme il était largement connu.

Issu d’une famille aisée et l’un de six garçons, Jock s’est très tôt lancé dans le monde de l’automobile et a acquis sa première Aston Martin en 1934, à l’âge de 24 ans seulement. Courtier en valeurs mobilières prospère, Horsfall a rapidement intégré la « famille » Aston Martin et a apporté une aide considérable à la marque en matière de développement et de tests.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Jock Horsfall à Silverstone le 20 août 1949

Pendant la guerre, il a servi au sein du MI5 et parmi ses diverses fonctions, il avait pour tâche de conduire très rapidement les officiers et les agents du MI5, les agents doubles et les espions ennemis capturés d’un endroit à l’autre. Cela était d’autant plus remarquable que Horsfall était astigmate et gravement myope, mais qu’il était opposé au port de lunettes pour corriger sa vision.

Il a également participé aux tests de sécurité des sites navals et des aérodromes et a eu accès à un grand nombre d’informations hautement confidentielles. Son activité « secrète » la plus célèbre a certainement été son rôle de chauffeur dans l’opération Mincemeat, une tromperie réussie des forces de l’Axe pour dissimuler l’invasion alliée de la Sicile en 1943.

Il est intéressant de noter que l’on pense que cette opération secrète a été inspirée par un mémo détaillant les tactiques de tromperie de l’ennemi, rédigé en 1939 par le contre-amiral John Godfrey, directeur de la division des renseignements de la Royal Navy, et son assistant personnel, le capitaine de corvette Ian Fleming.

Lors du Grand Prix des voitures de sport de l’après-guerre en Belgique, le véhicule de Jock a battu le drapeau à damier devant un groupe de concurrents de Frazer Nash, BMW et Alvis. Une victoire remarquable pour une machine « ancienne ».

La voiture de course était propulsée par un moteur quatre cylindres de 1 950 cm3 à arbre à cames en tête qui produisait environ 125 ch et pesait environ 800 kg. Avec une carrosserie ouverte de style « Ulster », deux sièges et des ailes séparées, elle pouvait atteindre une vitesse de 120 km/h.

Mais même la victoire en Belgique n’a peut-être pas été le couronnement de Horsfall. Trois ans plus tard, il s’est classé deuxième de sa classe et quatrième au classement général des 24 heures de Spa en 1949, en tant que corsaire au volant d’une Aston Martin Speed Model. Ce qui rend cet exploit si remarquable, c’est que, alors qu’il avait Paul Frère à sa disposition comme copilote, Horsfall a choisi de conduire la voiture pendant toute la durée des 24 heures en solitaire.

Malheureusement, Horsfall a été tué un peu plus de quatre semaines plus tard lors d’un incident de course lors du BRDC Trophy de 1949, organisé à Silverstone au Royaume-Uni. Son rang parmi les propriétaires et les amateurs d’Aston Martin peut être mesuré, notamment par le fait que le club des propriétaires d’Aston Martin organise chaque année une course en sa mémoire : le trophée commémoratif de St John Horsfall.

Aston Martin dans les années 50

Les années 1950 ont été une période passionnante pour Aston Martin. Le propriétaire de l’entreprise, Sir David Brown, qui avait racheté l’entreprise en 1947 avant d’ajouter la marque Lagonda plus tard dans la même année, ne cessait de créer des voitures de sport britanniques au style raffiné et de plus en plus attrayant.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
L’Aston Martin DBR1 en action au Mans en 1959

Sir David a reconnu l’importance du sport automobile pour le succès commercial de la marque et, en 1955, il a conçu un plan audacieux pour créer des voitures qui affronteraient la meilleure concurrence dans le championnat du monde des voitures de sport et dans le championnat du monde de Formule 1, encore relativement nouveau.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Roy Salvadori au volant de la DBR4 lors du BRDC International en 1959

Les livres d’histoire se concentrent sur les célèbres réalisations de la DBR1, gagnante du prix Le Man, et de la DB3S qui l’a précédée, mais l’aventure initiale des monoplaces, DP155, peut être considérée comme un exercice d’apprentissage précieux pour la marque, et a été le précurseur des voitures de Grand Prix de la fin des années 1950. Parallèlement à ce projet, Sir David a commencé à travailler sur un nouveau moteur et sur une nouvelle conception de voiture de route qui allait devenir la DB4.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Carroll Shelby au volant de la DBR4 lors du GP britannique de 1959 à Aintree

C’est ainsi que l’Aston Martin DBR4 a vu le jour. Testée dès 1957, ce n’est qu’en 1959 que la voiture a fait ses débuts en compétition lors du Trophée international BRDC, organisé selon les règles de la Formule 1, à Silverstone en mai de cette année-là.

Deux voitures se sont affrontées et la voiture n°. 1, conduite par Roy Salvadori, vainqueur des 24 heures du Mans, a terminé à une honorable seconde derrière Jack Brabham dans une Cooper-Climax T51. Propulsée par un moteur RB 250 six cylindres de 2 493 cm3 à carter sec, de même conception de base que le moteur de la voiture de sport DBR1, la DBR4/250 était une monoplace à châssis spatial de 256 ch pesant 575 kg.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Stirling Moss célèbre le triomphe de Salvadori au Mans en 1959

Bien qu’elle ait été conduite par certaines des stars de l’époque, dont Salvadori et Carroll Shelby, la DBR4 à moteur avant était en décalage par rapport à la nouvelle concurrence à moteur central et ne parvenait pas à reproduire en Formule 1 ce que sa cousine DBR1 avait réussi à faire dans le domaine des voitures de sport. Après des débuts décevants pour son successeur, la DBR5, Aston Martin s’est retirée du sport automobile de haut niveau en monoplace en 1960.

Aston Martin dans les années 2010

Ces dernières années, et après une pause de près d’un demi-siècle, les ailes Aston Martin sont revenues dans les paddocks de Formule 1 du monde entier alors que la société est devenue sponsor en titre et partenaire technique de Red Bull Racing, une relation qui a également donné naissance à l’extraordinaire hypercar Aston Martin Valkyrie qui doit entrer en production en 2021.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
L’Aston Martin Valkyrie, dévoilée l’année dernière

La marque de luxe est occupée à préparer un retour sur la grille de départ en 2021 avec l’Aston Martin F1 Team, qui verra Aston Martin participer à une course de F1 compétitive pour la première fois depuis plus de 60 ans et poursuivre l’héritage créé par les fondateurs Lionel Martin et Robert Bamford.

Le retour d'Aston Martin en F1 s'appuie sur son héritage de course
Une nouvelle ère commence pour Aston Martin, qui retourne en F1 en 2021

Lawrence Stroll, président exécutif d’Aston Martin, a déclaré : « Le retour du nom Aston Martin en Formule 1, dans le contexte d’une histoire aussi colorée et dynamique dans ce sport, est une période véritablement passionnante pour tous ceux qui sont impliqués dans cette grande marque britannique de voitures de sport.

« La grille de la Formule 1 est le bon endroit pour Aston Martin. C’est là que cette marque devrait être, et je sais que ce prochain chapitre de notre histoire de course sera incroyablement passionnant pour les fans d’Aston Martin, et du sport de la F1, partout dans le monde ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *