Salvage Hunters Classic Cars Série 6 – Interview avec Paul Cowland


La série 6 de Salvage Hunters Classic Cars est arrivée avec 5 épisodes inédits diffusés sur Quest à partir du mercredi 5 janvier. Cette fois, Drew Pritchard et Paul Cowland s’attaquent à un mélange fascinant et éclectique de classiques, d’une Lotus Esprit ancienne à une Alfa Romeo 2000 GTV fougueuse. Et en réponse aux commentaires des fans, l’émission a consacré chaque épisode de cette série à une voiture. Cela signifie que nous pouvons voir encore plus de détails sur les classiques très cool que Drew et Paul ont achetés pour les restaurer et les revendre.

Take to the Road a rencontré Paul pour discuter de la série 6 et des voitures en général. A l’origine, Drew devait nous rejoindre pour l’interview mais il s’est retrouvé coincé sur l’autoroute après être sorti acheter une Subaru Impreza. Paul a donc fait sa meilleure impression de Drew en son absence ! Lisez la suite pour découvrir ce qui vous attend dans la série 6 de Salvage Hunters Classic Cars…

Paul, Drew et vous êtes de retour pour une toute nouvelle série 6 de Chasseurs de voitures anciennes, juste à temps pour les fêtes de fin d’année, pour nous aider à oublier tout ce qui se passe dans le monde. Il n’y a rien de tel qu’une escapade en voiture classique pour nous remonter le moral. Et puisque Drew n’est pas là, vous pouvez aussi répondre à sa place.

Paul – Oui ! Je vais répondre au nom de Drew ! Il aura dit des trucs sur les chaises, la peinture noire, quelque chose sur Viera Lynn, The Archers, Bauhaus, les vacances Saga, le style, l’urbanisme… c’est probablement ce qu’il aurait dit… Ha ha ! Plus sérieusement, c’est incroyable que nous en soyons à la série 6 ! Nous avons travaillé très dur pour filmer pendant le lockdown et pas un seul membre de l’équipe n’a eu le COVID ! Il y a eu beaucoup de tests et d’isolation que nous avons suivis religieusement et ça a marché. Nous avons donc 5 nouvelles voitures à venir et chaque épisode est un épisode complet sur chaque voiture. C’est donc moins de voitures mais plus de détails, ce que les fans voulaient. Mais oui, la joie de faire une série comme celle-ci pour la télévision est d’en faire une que les fans veulent voir en voiture. Nous sommes tous les deux des passionnés de voitures, alors nous essayons de rester aussi réels que possible et aussi proches que possible de la façon dont les choses fonctionnent dans le métier. Toutes les personnes que nous rencontrons sont les vrais propriétaires et les vrais professionnels qui ont travaillé sur nos voitures. Les prix sont également corrects et c’est ce détail que Drew et moi espérons être notre carte de visite. Et c’est pour cela que les gens peuvent regarder cette émission et, comme vous l’avez dit, c’est vraiment une heure, ce qui vous permet de vous échapper et de vous adonner à la télé automobile.

Cette Lotus Esprit était un peu spéciale, n’est-ce pas ? Une pièce de design si emblématique et l’une des plus belles voitures à coins jamais dessinées. Le fait que la vôtre était probablement une véritable photo de presse a dû être un véritable moment de chair de poule pour vous deux.

La Lotus Esprit S1 a eu besoin de beaucoup de travail cosmétique.

Paul – Oui, l’épisode de la Lotus Esprit… tous les garçons de notre âge en voulaient une à cause du lien avec Bond. Je veux dire, qui ne veut pas d’une Esprit S1 ? Et nous avons décidé que si nous devions en faire une, faisons une voiture ancienne, prenons les meilleurs gars qui font le travail de carrosserie, prenons le meilleur gars pour faire l’intérieur. Nous nous sommes un peu emballés sur le coût, mais nous avons récupéré l’argent. Et notre voiture était l’une des 15 de cette couleur orange, seulement 3 avaient une suppression de l’audio, donc elles n’avaient pas d’antenne et notre voiture n’en a jamais eu. La photo que nous montrons dans l’épisode a été prise 2 jours après la construction de notre voiture et les 2 autres voitures orange avec suppression de la radio ont été terminées des mois plus tard. Nous ne pouvons pas affirmer à 100% qu’il s’agit de notre voiture, mais le poids des preuves suggère qu’il s’agit de notre voiture sur la photo à l’extérieur du Lotus Design Studio. Pour moi, c’est l’un des plus beaux designs de cette période. J’ai discuté avec Peter Stevens récemment et il m’a dit qu’il était très nerveux à l’idée de concevoir la X180 et de redessiner le travail de Giugiario. Il était au salon de l’automobile de Genève sur le stand Lotus et Giorgetto Giugiario s’est approché de lui et l’a serré dans ses bras ! Imaginez le soulagement que vous pouvez ressentir en tant que designer en sachant que vous l’avez fait aussi bien ! Avec notre voiture, c’était génial de revenir à la feuille de construction originale de l’usine et de la restaurer comme elle était, exactement comme elle a quitté l’usine et exactement comme elle apparaissait sur cette photo.

Salvage Hunters Classic Cars Série 6 - Interview avec Paul Cowland
Recréation de la photo originale à l’extérieur de l’ancien studio de design Lotus.

Drew n’est donc pas un fan de la Triumph TR4 ? J’ai été surpris par cela car elle remplit toutes les cases d’une voiture de sport britannique classique. Est-ce un souvenir d’enfance qui l’a rebuté au départ ?

Salvage Hunters Classic Cars Série 6 - Interview avec Paul Cowland
Au départ, Drew n’était pas très enthousiaste à l’égard de la TR4.

Paul – Vous savez, Drew a ce truc bizarre où il déteste et n’aime pas toutes les voitures de sport britanniques, en particulier celles des années 1960. Sans aucune raison valable ! Il n’aime pas les MGB. Il n’aime pas les Triumph. Tout ce qui vient du groupe Rootes… il n’aime pas. Donc il doit y avoir une expérience traumatisante qu’il a effacée de sa mémoire. Mais quand on regarde l’épisode jusqu’au bout, on s’aperçoit qu’il aime les voitures Michelotti et qu’à l’époque où il travaillait chez Triumph, Michelotti ne pouvait pas se tromper ! Même Drew apprécie cela, même s’il n’est pas un grand fan de ce qui se trouve en dessous. Ce qui se trouve au-dessus est assez étonnant. Et avec Drew, c’est comme avoir un petit enfant, alors je lui ai dit que si je te laissais faire le coloriage, tu t’impliquerais plus dans ce que je faisais ? C’est comme ça que je l’ai fait s’investir émotionnellement dans notre Triumph TR4. Nous avons eu une divergence d’opinion sur le rétablissement des évents d’aile du prototype Zoom. Je voulais souder nos évents recréés dans l’aile, vous savez, les faire en acier et les intégrer dans l’aile comme Michelotti l’avait fait avec le prototype. Drew ne voulait pas le faire, car il pensait que si nous les soudions et que nous n’étions pas satisfaits, cela représentait une énorme quantité de travail pour les défaire. Nous l’avons donc simplement soudé à la place. Je voulais aussi qu’elle soit équipée de roues en fil de fer, comme le prototype en avait, mais Drew n’aime pas les roues en fil de fer. Mais obtenir l’évent original du prototype Zoom, un morceau de métal que Michelotti aurait touché, était assez spécial.

Salvage Hunters Classic Cars Série 6 - Interview avec Paul Cowland
Le prototype Zoom qui a inspiré la construction de la TR4 de ce jeune homme.

La Vauxhall Viva était une belle histoire de cœur avec beaucoup d’émotion. Quelle découverte que de tomber sur une voiture d’époque modifiée, intacte depuis. C’était un exemple brillant de la passion qui se cache dans ces boîtes de métal sur roues. Son ancien propriétaire, Mike, a dû regarder en bas et sourire.

Salvage Hunters Classic Cars Série 6 - Interview avec Paul Cowland
La veuve de Mike retrouve la Viva personnalisée de son mari.

Paul – C’est fou, n’est-ce pas ? Comme vous connaissez l’histoire, la mère de Mike lui a acheté la Viva quand il avait 17 ans. Je pense qu’il était un modificateur de goût inhabituel et qu’il les a fait à un très bon niveau, à une époque où les voitures modifiées étaient assez bruyantes à regarder. Le tableau de bord Triumph, les sièges sport d’après-vente, les sièges arrière retrimmés pour correspondre aux sièges avant, les vitres électriques qui s’intégraient parfaitement… tout cela avait l’air tellement OEM que j’en ai eu le souffle coupé ! Il avait environ 15 ans d’avance sur son époque avec ce qu’il faisait avec sa voiture. Nous n’avons pas pu le montrer dans l’épisode car nous n’avions pas le temps, mais il a fait fabriquer un arceau de sécurité en Amérique selon ses spécifications. C’était incroyable ! Et il a également fait fabriquer les amortisseurs Koni selon ses spécifications. Il était en fait ingénieur de profession, donc il savait ce qu’il faisait. Et puis, aller à Blydenstein pour faire faire le moteur… c’est vraiment le rêve ! J’avais l’intuition que c’était la vraie affaire sous le capot, vu la façon dont il était fini. Mais il n’y avait aucun moyen de le savoir sans revenir au bloc brut et trouver les initiales de Blydenstein. Alors passer par ce processus et trouver ses initiales sur le moteur, puis trouver un article de magazine original de la voiture de Mike qui confirmait ses spécifications, c’était quelque chose d’autre. Lorsque nous avons contacté la veuve de Mike au sujet de la voiture, nous l’avons fait de manière délicate car nous n’étions pas sûrs qu’elle veuille être impliquée. Lorsque nous lui avons dit ce que nous avions fait de la vieille voiture de son mari, elle était impatiente de la voir ! Pendant les 20 dernières années de leur mariage, la voiture a été déplacée de garage en garage et Mike ne l’a malheureusement jamais remise sur la route. C’était donc une voiture très spéciale à ramener pour nous. C’était vraiment une belle histoire.

L’Alfa 2000 GTV avait tout pour plaire à Drew, jusqu’à la révélation de la boîte auto. Je ne pense pas que nous ayons vu le coeur de Drew se briser autant ! Mais avancez jusqu’à la fin et quelle voiture… Drew était en train de la conduire autour de la version galloise du lac de Garde ! C’est exactement comme ça qu’on conduit une GTV. Rapide et bruyante, avec le twincam qui hurle et les deux carburateurs qui chantent… on se sent tellement vivant. Il y a une vraie sensation de zing quand vous conduisez une Alfa chaude.

Paul – C’était génial, n’est-ce pas ? On n’a pas parlé à Drew de la boîte automatique. Notre mécanicien John l’a repérée lors d’une vente aux enchères et a dit qu’elle était vraiment bien, sauf pour la boîte automatique à 3 vitesses. On l’a donc acheté par téléphone sans rien dire à Drew. Donc toute cette scène où nous sommes allés voir l’Alfa était authentique. Il n’en avait aucune idée ! Mais c’était si bon marché ! Si elle avait été une voiture manuelle, elle aurait fait 25 000 livres facilement. Vous voyez, dès que j’ai dit que c’était une voiture sud-africaine, je pense que Drew a pensé que ça allait être comme la Ford Cortina que nous avions achetée pour l’exposition précédente. Quelqu’un avait dépensé beaucoup d’argent pour cette Alfa, elle était si bien ! En plus, comme c’était une voiture, on savait qu’elle n’avait pas été malmenée. Elle s’est probablement contentée de se balader sous le soleil d’Afrique du Sud, elle a donc eu une vie très facile. C’était une spécification bizarre pour être honnête et je pense que seule l’Afrique du Sud a eu l’option automatique et le levier de vitesse était un peu moche comparé à celui de la manuelle. Parce qu’ils ont conservé l’arbre d’entrée pendant le changement, le passage à une manuelle a été relativement simple, en utilisant une boîte de vitesses et une boîte à pédales remises à neuf et un différentiel amélioré. Je fais croire que c’est facile, mais nous avons des gars talentueux dans le garage qui ont fait un excellent travail. Et je dois dire que Charlie Skinner, qui a fait la conversion du différentiel pour nous, était un homme formidable. La façon dont il a réglé le jeu sur le différentiel, l’ensemble du processus avec les cales et les tolérances a pris 40 minutes à chaque fois… il l’a fait 9 fois lorsque nous étions là pour filmer ! Pour la télévision, le montrer une seule fois était suffisant pour montrer le processus, mais il voulait que ce soit bien fait et n’était pas content tant que ce n’était pas parfait. Il a continué jusqu’à ce que ce soit littéralement parfait ! Il était irréel ! Un vrai perfectionniste. Et oui, pour en revenir à Drew à la fin quand il l’a conduit… il adorait cette journée ! C’était une journée parfaite, une journée chaude, les routes étaient vides et nous avons eu un bon déjeuner au pub avec l’équipe, puis nous sommes allés faire une belle balade en voiture sous le soleil. C’est à ce moment-là que vous réalisez que vous êtes payé pour faire votre hobby.

La e21 est l’une des berlines BWM les plus élégantes qui soient et elle est intemporelle. Elle est toujours aussi belle aujourd’hui qu’à son lancement. Et Drew a réussi à peindre une voiture en noir sans discussion et à la modifier avec votre approbation. Il a juste fallu 6 séries pour que Drew s’y fasse.

Salvage Hunters Classic Cars Série 6 - Interview avec Paul Cowland
Les artisans présentés dans la série 6 sont de brillants exemples des compétences qui permettent à nos classiques de rester sur la route.

Paul – Je pense que c’est en fait contractuel Niall ! Il est autorisé à peindre une voiture en noir par série, sinon il se retire de l’émission… ou part en courant dans sa caravane. Ha ha ! Sérieusement, la E21 est une belle voiture et définit vraiment une époque. C’est un design intelligent en fait, car on peut y voir la 02 et la e30 et c’est vraiment la dernière des Beemer à nez de requin. C’était une voiture amusante à faire et c’était une véritable trouvaille. Nous sommes allés voir tant de voitures qui étaient décrites comme des barnfinds et comme vous le dites, elles étaient juste assises là, oubliées, à côté de la maison du propriétaire. Notre voiture avait été stockée dans une grange pendant quelque chose comme 12 ans. Le frère du vendeur l’avait véritablement achetée au pub pour environ £20 et elle était restée là tout ce temps. Elle n’avait pas été démarrée depuis 6/7 ans et elle a véritablement démarré du premier coup sur la caméra, presque sur le bouton, avec un peu de carburant frais. Et elle a roulé avec des freins grippés pendant tout le tournage. Nous avons brièvement envisagé de la repeindre dans sa couleur d’origine, car il n’en reste pas beaucoup, mais nous avons décidé d’opter pour le noir. Et plutôt que de l’appeler Alpina à la télé, nous avons décidé de lui donner le look de tuner allemand, dont nous savons tous à qui il fait référence.

Alors, avec la sortie de la série 6, allons-nous enfin voir se révéler la restauration de la Jensen Interceptor, qui a duré des décennies ? Le générique de la série 6 est prometteur puisqu’il contient un aperçu de la restauration.

Salvage Hunters Classic Cars Série 6 - Interview avec Paul Cowland
La légendaire Jensen Interceptor dont la restauration a pris beaucoup de temps. Paul promet que l’attente en vaut la peine !

Paul – Ha ha, en fait je pense que vous verrez celui-là à Noël prochain. Je vous parie que la Jensen sortira en décembre 2023… Série 8. Et ce que j’aime dans cette voiture, c’est que c’est littéralement le premier jour de tournage, il y a plus de 3 ans et demi, que nous avons eu cette voiture. Et la Jensen va littéralement clôturer la série 8. Et vous verrez pourquoi dans l’épisode, parce que nous avons remplacé une grande partie de la voiture ! Il y a une raison à cela mais je ne vais pas la dévoiler.

Et Paul, comment va la collection de voitures ? Elle s’agrandit au fur et à mesure que nous parlons ?

Paul – Hors de portée Niall, tu sais ce que c’est !! Depuis notre dernière conversation, nous en sommes à 58 voitures… c’est un peu la folie ! Une Renault Espace est la dernière addition et une belle Subaru GLF.

Paul Cowland parlait à Niall Julian

La série 6 de Salvage Hunters Classic Cars est diffusée sur Quest à 21h00 à partir du mercredi 5 janvier et est disponible en streaming sur discovery+.

Trouvez la voiture de collection idéale sur eBay Motors.