Skoda Octavia 2021 : essai à long terme



Pourquoi nous le faisons : Pour découvrir si ce best-seller de quatrième génération continue d’impressionner en tant que voiture familiale de second plan.

Mois 3 – Mois 2 – Mois 1 – Spécifications

La vie avec une Skoda Octavia : Mois 3

Notre hatchback grande taille prouve sa valeur en tant que transport familial indispensable – 14 avril 2021

Comme le verrouillage s’est doucement relâché au cours des dernières semaines, j’ai eu quelques raisons valables – hourra ! – pour voyager un peu plus loin avec l’Octavia. Tout est relatif, bien sûr : Je ne fais pas les kilomètres que la plupart des conducteurs feraient traditionnellement avec ce modèle particulier, étant donné qu’environ 80% des ventes sont destinées à des acheteurs de flotte.

Les trajets locaux que j’ai effectués jusqu’à présent ont confirmé tout ce que je pensais déjà de cette voiture. Il s’agit d’un excellent véhicule polyvalent qui est aussi fonctionnel que je l’espérais, offrant confort, praticité et une puissance banale mais suffisante.

C’est parfait en ce moment : en tant que nouveau parent, je ne pense pas à une voiture qui m’excite mais plutôt à quelque chose qui implique le moins de tracas possible. Et c’est exactement ce que j’ai : Je n’ai pas eu à réfléchir à un seul élément de l’Octavia qui pourrait entraver un voyage à son bord.

L’espace intérieur reste l’un des points forts de la voiture, comme c’est le cas depuis aussi longtemps que je me souvienne. L’espace pour les jambes à l’arrière est souvent comparable à celui des voitures occupant le segment supérieur, et le coffre est follement grand. Le hayon peut contenir 640 litres, soit 260 litres de plus que celui de la Volkswagen Golf. Récemment, je me suis débarrassé de tous les articles de bébé absurdes que je m’étais juré de ne jamais avoir, et je n’ai même pas eu à penser à les ranger de manière raisonnable.

La Golf est toujours mon point de référence pour expliquer la place de l’Octavia dans le monde. Ma réponse simplifiée à l’extrême aux mêmes questions semi-régulières – « C’est quoi cette voiture alors ? », « C’est comment ? » – est la suivante : « C’est une voiture qui a été conçue pour être utilisée dans des conditions difficiles ». – est la suivante : « En gros, c’est une Golf. » Bien sûr, les deux ne sont pas identiques, mais avec la même plateforme et les mêmes moteurs du groupe Volkswagen, et avec beaucoup de matériel et de logiciels communs, c’est un bon point de départ pour le contexte et cela commence à faire comprendre à quel point l’Octavia est bonne.

Cette voiture n’est pas censée être une voiture de pilote, et elle ne l’est pas, mais elle n’est pas non plus choquante pour ceux qui ont le virus de la conduite. La direction bien équilibrée n’est ni trop rapide ni trop lente, et si le moteur diesel 2,0 litres de 114 ch d’entrée de gamme, associé à une boîte manuelle à six vitesses, ne vous fera jamais exploser les plumes, il ne manque que rarement de répondre aux besoins.

Ceci étant dit, le moteur est peut-être raffiné par rapport aux anciens diesels, mais il semble assez bancal par un matin froid à côté d’un moteur à essence moderne. Si vous souhaitez une Octavia diesel plus puissante, une version de 148 ch est également proposée.

J’ai déjà mentionné à quel point je trouve cette dernière Octavia belle, décrite par Skoda comme un « design plus émotif » que précédemment. D’accord, c’est du jargon de designer, mais en gros, cette voiture est plus belle qu’avant. Parmi les quatre modèles de roues en alliage de 16 et 17 pouces disponibles, je pense que nos Rotare Aeros de 17 pouces sont les plus belles. Les 17 pouces s’enfoncent dans les nids de poule assez durement, cependant, et je pense que les 16 pouces d’entrée de gamme seraient mieux adaptés, même s’ils ne sont pas aussi élégants.

La bonne allure de la voiture et la marque Skoda sont charmantes par leur manque d’ostentation. Personne ne ressent le besoin de se comporter mal avec vous lorsque vous conduisez l’Octavia, ce qui est exactement le type de conduite que j’aime. La voiture ne vous définit pas comme certaines personnes pensent que leur voiture peut le faire – sauf si vous avez la chance de savoir que l’Octavia est un excellent choix.

Je l’adore :

La vie facile Tout dans cette voiture est facile : le chargement, l’espace intérieur et le simple fait de la conduire.

Je la déteste :

Assistance non désirée Je reste irrité par l’imprécision de l’assistance au maintien dans la voie et des autres systèmes d’aide à la conduite.

Kilométrage : 1682

Retour au début

La vie avec une Skoda Octavia : Mois 2

Les petites touches ajoutent de la classe – 31 mars 2021

Il ne fait aucun doute que cette Octavia à hayon est la plus belle à ce jour. La voiture, qui ressemble à un coupé, a perdu certaines de ses lignes arrière gênantes, tandis qu’à l’intérieur, un nouveau design permet une existence intelligente et épurée. Les petits détails du design, tels que les poignées de porte chromées « flottantes », ajoutent une touche de qualité supérieure – un mot que presque tous les constructeurs automobiles préfèrent de nos jours.

Kilométrage : 1579

Retour au début

Si seulement ses systèmes de sécurité active étaient aussi performants que le reste – 17 mars 2021

L’électrification mise à part, la sécurité reste une priorité pour l’industrie automobile – comme il se doit. Aussi, lorsqu’il s’agit de commenter le nombre croissant de systèmes d’assistance à la sécurité, dont beaucoup sont légalement obligatoires, je suis prudent.

Oui, je suis un journaliste d’Autocar qui peut parfois préférer une voiture de la vieille école, mais je suis aussi quelqu’un qui est (la plupart du temps) ouvert aux changements positifs, et rares sont ceux qui peuvent contester qu’en fin de compte, ces technologies contribueront à prévenir les accidents. Bien sûr, il y a un « mais », car je pense que beaucoup de ces systèmes sont encore imparfaits. Si je vais parler ici de la Skoda Octavia, il est juste de noter qu’elle n’est pas la seule à faire l’objet de critiques à ce sujet.

Par exemple, mon précédent long-terme, un Nissan Juke, avait un système de freinage d’urgence automatique trop actif. Lorsque je me glissais dans des voies étroites aux feux de signalisation à Londres, le système pensait que j’étais sur le point de percuter la voiture qui arrivait à côté de moi et freinait, m’alarmant et, honnêtement, se sentant parfois assez dangereux.

Quant à l’Octavia, c’est l’assistance au maintien de la trajectoire qui m’énerve. Elle me dit régulièrement que je ne suis pas au centre de la voie. Mon partenaire – qui me le dirait avec joie s’il était d’accord – a répondu plusieurs fois : « Tu es au centre de la voie. » « Je sais ! » Je m’exclame en réponse, pleine d’indignation.

Pire encore, s’il pense que vous ignorez ses tentatives de vous ramener vers le soi-disant centre, un son d’alerte retentit, m’inquiétant et détournant mon attention de la question importante de la conduite réelle.

Il y a deux façons de le désactiver : un bouton facile d’accès sur le côté droit du volant ou l’option plus compliquée qui consiste à trouver les paramètres pertinents sur l’écran tactile d’infotainment. Dans un cas comme dans l’autre, vous n’avez pas le choix de le laisser éteint ; il se remet automatiquement en marche la prochaine fois que vous montez dans la voiture.

C’est au nom de la sécurité, bien sûr, mais lorsque les systèmes ne sont pas assez précis pour savoir ce qui est sûr et ce qui ne l’est pas, c’est frustrant. D’autant plus que l’assistance au maintien dans la voie est probablement l’un des systèmes les plus utilisés dans la conduite quotidienne, et qu’il y a rarement un voyage au cours duquel je ne le rencontre pas.

Fin de la diatribe. Comme je l’ai dit, les problèmes liés aux systèmes de sécurité active ne sont en aucun cas l’apanage de l’Octavia, mais ce serait formidable si les problèmes d’assistance au maintien dans la voie étaient résolus.

Ceci mis à part, l’Octavia est aussi facile à vivre que je l’avais espéré. Naturellement, les trajets n’ont pas été très longs, mais la direction précise et bien équilibrée et les changements de vitesse sans effort sont parfaits pour se déplacer en ville. Et le coffre spacieux est idéal pour y jeter toutes sortes de choses et, à ce sujet, pratique pour changer un nouveau bébé.

Je l’adore :

Rien de plus facile Il existe peu de voitures plus pratiques à vivre au quotidien.

Je la déteste :

Technologie douteuse Les systèmes de sécurité active ne doivent être rien moins que parfaits.

Kilométrage : 1450

Retour au début

La vie avec une Skoda Octavia : Mois 1

Les essentiels de Simply Skoda – 24 février 2021

En 2005, ma Volkswagen Polo avait un tiroir secret sous le siège qui plaisait à quelqu’un qui aime les compartiments inattendus (je ne sors pas beaucoup). C’est pourquoi j’ai toujours aimé le parapluie caché dans la porte des Skodas. Il s’avère être plus qu’un simple gadget dans l’Octavia : Je l’ai utilisé à de nombreuses reprises récemment pour pallier à ma désorganisation.

Kilométrage : 1001

Retour au début

Réduction de prix grâce au badge – 10 février 2021

Les Skodas sont depuis longtemps réputées pour leur valeur. En regardant les options de l’Octavia, le pack hiver (sièges chauffants, volant chauffant, climatisation tri-zone, pare-brise et gicleurs de lave-glace chauffants) coûte 935 €. Comment cela se compare-t-il à sa sœur VW Golf, plus chère ? Ce qui semble être un pack identique coûte €1200, donc l’Octavia est 28% moins chère.

Kilométrage : 682

Retour au début

Accueil de l’Octavia dans la flotte – 27 janvier 2021

L’Octavia a longtemps été, à mes yeux, le secret le mieux gardé des journalistes automobiles.

Après tout, c’est le modèle le plus vendu de Skoda dans le monde (et au Royaume-Uni), et il a reçu de nombreuses récompenses, notamment le titre de meilleure voiture familiale de Grande-Bretagne en version break décerné récemment par Autocar.

Mais malgré tout, soit les gens connaissent cette voiture, soit ils ne la connaissent pas. S’ils la connaissent, ils savent qu’elle est tenue en haute estime par ses propriétaires, mais s’ils ne la connaissent pas, ils ont tendance à ne pas en avoir entendu parler et font probablement encore partie des personnes qui ne sont pas encore convaincues par la marque tchèque.

C’est un discours fatigué, puisque Skoda a le vent en poupe depuis plus d’une décennie maintenant, mais les opinions de certaines personnes sont tellement ancrées que Skoda continue de gagner du terrain.

En fait, elle brille souvent parmi ses pairs du groupe Volkswagen ; même en 2020, de toutes les années, elle a enregistré un bénéfice d’exploitation de 469 millions de ¤ (416,1 millions de livres sterling) pour la période de janvier à septembre et un rendement des ventes de 3,9 %, malgré une baisse d’un cinquième du nombre de voitures livrées.

Au cours de l’année 2020, Skoda a vendu 257 400 Octavias dans le monde, soit près du double de son deuxième meilleur vendeur, le SUV Karoq. C’est un peu important pour la marque, alors…

La formule de l’Octavia vous est probablement familière : elle repose sur la plateforme MQB du groupe Volkswagen, également utilisée par la Golf, l’Audi A3 et bien d’autres, et elle ressemble beaucoup à ces voitures en termes de moteurs et de technologie – mais à des prix plus abordables, en partie grâce aux coûts de production plus bas de la République tchèque. La Golf est depuis longtemps une rivale plus haut de gamme de l’Octavia, mais de même, l’Octavia s’est traditionnellement située dans une fourchette de dimensions peu commode, ce qui signifie qu’elle se situe en fait entre la Golf et la Passat en termes de taille.

Probablement parce que Skoda tient à promouvoir sa petite Scala comme la véritable rivale de la Golf, la dernière Octavia est 19 mm plus longue que la berline sortante, 22 mm plus longue que l’ancien break et 15 mm plus large que les deux, ce qui aide à différencier les deux. De plus, soyons honnêtes, l’Octavia « hatch » est beaucoup plus proche d’une berline dans son style. Il n’y a pas de grandes surprises pour cette quatrième génération d’Octavia. Elle est de plus en plus belle – à mes yeux, en tout cas – dans ses deux carrosseries, bicorps et break, et elle est proposée pour la première fois avec des motorisations essence, diesel et hybride rechargeable.

Ces dimensions légèrement supérieures signifient encore plus d’espace intérieur, pour lequel l’Octavia était déjà réputée. Avec 30 litres de plus qu’auparavant, le coffre de la berline offre 640 litres, contre 380 litres pour la Golf.

Nous allons explorer les deux extrémités du spectre de l’Octavia diesel. Tout d’abord, nous testerons la frugale 2.0 TDI 114 ch en version SE L de milieu de gamme, afin d’expérimenter la vie avec l’option diesel plus pratique et à plus long kilométrage. Puis, dans quelques mois, nous passerons au populaire break performant vRS TDI haut de gamme. Alors que de nombreux constructeurs abandonnent complètement le diesel, Skoda (et plus largement le groupe Volkswagen) s’y tient pour l’instant.

Les prévisions de ventes de l’Octavia au Royaume-Uni suggèrent que 20 % des véhicules seront diesel, 10 % seront des hybrides rechargeables et les 70 % restants seront à essence.

Il y a deux moteurs TSI 1,0 litre, dont un avec une technologie hybride douce, ainsi qu’un moteur TSI 1,5 litre, tandis que le TDI 2,0 litres que nous utilisons est le seul diesel disponible. La iV PHEV arrivera bientôt, propulsée par un moteur à essence de 1,4 litre et un moteur électrique de 101 ch.

Le diesel gagne presque la course au CO2, avec des émissions à partir de 113g/km – 2g de moins que le 1.0 TSI mild-hybrid. Notre premier long-termer est fini en peinture métallisée Race Blue, une option de 595 € et un ajout bienvenu pour les photographes d’Autocar, qui veulent toujours des voitures aux couleurs vives à photographier. Mais ce n’est pas la norme : historiquement, la couleur la plus populaire est le gris quartz. Ce n’est pas surprenant si l’on considère que l’Octavia est une valeur sûre et raisonnable pour les entreprises, auxquelles sont destinées 80% de ses ventes.

Quelques autres options ont été ajoutées à notre modèle SE L à 26 060 €, qui est déjà fortement spécifié, bien que je soupçonne que la plus appréciée pour cette saison actuelle sera le Pack Hiver à 935 €.

L’Octavia n’en est qu’à ses débuts, mais jusqu’à présent, elle a répondu à mes attentes, et ce n’est pas une mauvaise chose. Elle ressemble à une voiture de milieu de gamme fiable, extrêmement pratique, facile à conduire et confortable, sans pour autant vous mettre le cœur en feu.

Sur des trajets limités en ville, la direction relativement légère permet de manœuvrer facilement et le raffinement permet d’absorber les bosses. Les prochains mois prouveront si cette voiture est aussi facile à conduire que les premières impressions le suggèrent.

Deuxième avis

La nouvelle Octavia n’est en aucun cas la voiture la plus excitante que je puisse imaginer, mais je n’ai absolument aucun doute sur le fait qu’elle s’intégrera parfaitement dans la vie de Rachel. C’est ce qui est si séduisant avec ces voitures : elles se contentent d’être un moyen de transport quotidien confortable, pratique et sans souci, avec un minimum d’histoires et d’ennuis. Fade mais très facile à vivre.

Simon Davis

Retour au début

Skoda Octavia 2.0 TDI 114 SE L cahier des charges

Spécifications : Prix Nouveau €26,060 Prix tel que testé €29,220 OptionsDétection d’angle mort €500, affichage tête haute €690, pack éclairage intérieur LED €260, peinture métallisée €595, roue de secours en acier €180, Winter Pack €935.

Données d’essai : Moteur 1968cc, 4cyls, turbo diesel Puissance 114 ch à 2750 tr/min Couple 221lb ft à 1600rpm Poids à vide 1360kg Vitesse maximale 128 mph 0-62mph 10,4 secondes Économie de carburant 65.7mpg CO2 111g/km Défauts Aucune Dépenses Aucune

Retour au début



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *