Toyota Yaris Cross 1.5 Hybrid 2021 : essai en France



Qu’est-ce que c’est ?

La dernière-née de Toyota ressemble à la réponse à quelques mauvais jeux de mots. Qu’obtenez-vous si vous croisez une Toyota Yaris avec un SUV ? Une Toyota Yaris Cross.

Et comment fait-on une Yaris Cross ? Eh bien, on prend le soubassement et le groupe motopropulseur hybride d’une Yaris, on élève la hauteur de caisse, on ajoute une nouvelle carrosserie carrée inspirée du RAV4, on retravaille un peu la suspension et on ajoute une transmission intégrale en option. Ok, ce n’est pas exactement ce qui va gagner des prix de comédie.

Mais cela soulève aussi une question sérieuse : pourquoi faire une Toyota Yaris Cross ? C’est simple : comme l’ont montré la Nissan Juke et la Ford Puma, il existe un marché en pleine expansion pour les voitures qui allient le style SUV haut de gamme aux dimensions compactes d’une supermini.

Toyota pense que son héritage en matière de petites voitures et de SUV, ainsi qu’un groupe motopropulseur hybride éprouvé, peuvent permettre à sa nouvelle offre de se démarquer sur le marché soudainement encombré des crossovers compacts.

Comment c’est ?

Comme le suggère la carrosserie camouflée sur les photos que vous voyez ici, la voiture que nous avons conduite était un prototype de pré-production avec conduite à gauche, qui, selon Toyota, n’est pas tout à fait représentatif de la finition finale, et doit encore recevoir son réglage de suspension final pour les routes du Royaume-Uni et de l’Europe continentale avant que les livraisons ne commencent en septembre. Elle est également proposée en version européenne Adventure, qui est à peu près équivalente – mais pas identique – à la version britannique Dynamic à 26 465 €. Le prix d’entrée de gamme commence à 22 515 €.

Sur le plan stylistique, la Yaris Cross mélange des éléments reconnaissables de sa sœur supermini avec la traditionnelle carrosserie en forme de boîte et des éléments de style  » robuste  » – rails de toit ! Des passages de roue arrondis ! – d’un SUV. Elle est construite sur la même plateforme TNGA-B que la Yaris et a un empattement identique, mais elle est plus longue de 240 mm et a une garde au sol supérieure de 30 mm et un coffre plus grand (397 litres contre 286 litres). Elle est moins extrême qu’un Juke, et plus robuste qu’une Puma, mais certainement pas fade.

L’intérieur montre clairement les racines Yaris de la voiture. Bien qu’il y ait beaucoup de plastiques durs, l’intérieur est élégant et épuré, en particulier grâce au volant bien placé et à la dernière version de l’écran tactile d’infodivertissement de 9,0 pouces de Toyota. Il n’a pas l’éclat d’un Volkswagen T-Cross mais peut se mesurer à l’intérieur d’un Puma.

La Yaris Cross utilise le moteur hybride parallèle 1,5 litre de quatrième génération de Toyota, offrant 114 ch et un temps de 0 à 62 mph de 11,2 secondes. C’est la même chose que la Yaris normale, bien que Toyota affirme que le système a été réglé pour le crossover. La consommation annoncée de 65,7mpg ne peut pas égaler celle de la Yaris, mais elle reste impressionnante pour la catégorie – et notre essai a suggéré qu’elle n’était pas totalement irréaliste. Notre véhicule d’essai était équipé d’une traction avant, mais, fait inhabituel pour une voiture de cette taille, une version à transmission intégrale sera proposée.

Grâce à deux moteurs électriques, la Yaris Cross fonctionnera uniquement à l’électricité à basse vitesse, mais, comme pour la plupart des hybrides « auto-rechargeables », la batterie ne pourra tenir la charge que pendant cinq kilomètres environ. Après cela, le moteur se met en marche et, comme avec la plupart des CVT, l’utilisation intensive de l’accélérateur provoque un bruit de moteur rauque, légèrement grossier. Mais cela est compensé par la rapidité avec laquelle le moteur s’arrête en roue libre, et il est généralement bien adapté au type de conduite que les acheteurs les plus probables pratiqueront.

Sur la route, les racines du hatchback de la Yaris Cross sont rapidement apparentes, et d’une bonne manière. La direction est directe et réactive, ce qui la rend très pratique pour les manœuvres urbaines et étonnamment engageante sur les routes plus rapides et fluides. L’équilibre du châssis est également solide, et malgré la carrosserie carrée et l’allongement de la hauteur de caisse, elle est généralement stable et bien équilibrée à tout moment. Tout est relatif, cependant : la Yaris Cross est clairement taillée pour la stabilité plutôt que pour le dynamisme, et elle ne peut pas égaler la Puma en matière d’engagement du conducteur. Néanmoins, c’est un autre exemple des réels progrès qui ont été faits pour améliorer la race d’une catégorie de machine auparavant languissante.

Cela dit, la conduite secondaire de notre voiture d’essai était moins positive, avec un roulement ferme qui pouvait cogner sur les nids de poule et autres bosses. Cela pourrait encore s’améliorer une fois le réglage final de la suspension effectué, tandis qu’une autre contribution probable était les roues de 18 pouces sur notre voiture d’essai : Toyota s’attend à ce que la plupart des acheteurs britanniques optent pour des versions 16 ou 17 pouces.

Devrais-je en acheter une ?

La Yaris Cross est, en matière de crossovers compacts, plutôt bonne. Ce n’est peut-être pas la voiture la plus attrayante de sa catégorie, mais elle a un caractère agréable qui en fait une bonne polyvalente et l’une des offres les plus convaincantes de cette catégorie.

En croisant une Yaris avec un SUV, Toyota n’a certainement pas produit une blague : en fait, il s’agit d’un concurrent sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *