Volkswagen ID 4 1er examen Max 2021



Qu’est-ce que c’est ?

C’est avec la nouvelle ID 4 que les ambitions de Volkswagen de devenir le leader mondial des ventes de VE commencent vraiment à prendre forme. Le nouveau SUV de type crossover, qui doit être produit dans quatre usines sur trois continents, est considéré par les responsables du constructeur allemand comme une voiture mondiale dans le moule de la Coccinelle originale et de son successeur, la Golf.

Après la petite ID 3 à hayon, avec laquelle elle partage sa plateforme MEB, le deuxième modèle de la sous-marque de voitures électriques ID de Volkswagen sera initialement vendu au Royaume-Uni à partir de février 2021 sous la forme d’une voiture à moteur unique et à propulsion. Toutefois, un modèle plus puissant, à deux moteurs et à quatre roues motrices, qui devrait inaugurer la nouvelle nomenclature de voitures de performance GTX qui sera utilisée par un certain nombre de futurs modèles ID, devrait également être ajouté à la gamme en avril prochain.

Le style contemporain de la ID 4, avec ses bandes lumineuses sur toute la largeur à l’avant et à l’arrière, sera familier à tous ceux qui ont suivi l’entrée soigneusement chorégraphiée de Volkswagen dans les rangs des voitures électriques. Elle reprend l’apparence lisse du concept de l’ID Crozz, présenté pour la première fois au salon de l’automobile de Shanghai en 2017, et le met en production avec seulement quelques changements mineurs.

Il s’agit d’une voiture d’allure moderne avec un capot court, contrairement à tous les SUV Volkswagen existants, et de grands passages de roues qui lui permettent d’accueillir des roues allant d’un diamètre standard de 18 à 21 pouces.

Avec 4584 mm de long, 1852 mm de large et 1612 mm de haut, le nouveau modèle Volkswagen est 75 mm plus long, 13 mm plus large et 63 mm plus haut que le Tiguan à empattement standard. Son empattement de 2766 mm est le même que celui de l’ID 3 et il est 88 mm plus long que celui du Tiguan.

Le coefficient de traînée, quant à lui, est bien inférieur à celui du Tiguan, soit 0,28, grâce à la partie avant presque entièrement fermée et, sur le modèle testé ici, à la conception aérodynamique optimisée des roues.

L’énergie provient d’un moteur électrique monté à l’arrière, appelé APP 310, et assemblé dans l’usine de composants de Volkswagen à Kassel, en Allemagne. Il s’agit de la même unité synchrone utilisée par l’ID 3, offrant trois niveaux de puissance, commençant à 146 ch et allant de 168 ch à 201 ch de la première version Max spécifiée testée ici – le tout avec le même couple de 228 lb-pi.

En comparaison, les BMW iX3 à propulsion (282 ch et 295 lb-pi) et les Hyundai Kona Electric à traction avant (201 ch et 295 lb-pi) sont les plus performantes.

L’entraînement est envoyé aux roues arrière par une boîte de vitesses à une seule vitesse fixée sur le côté du moteur, avec un différentiel électronique fournissant une fonction de vecteur de couple qui fait varier la quantité d’entraînement envoyée à chaque roue arrière individuelle pour une meilleure traction et une meilleure tenue de route au point mort dans les virages à fond.

Le moteur électrique est alimenté par l’une des deux batteries lithium-ion disponibles. Les modèles 146 et 168 ch sont équipés d’une unité de 52 kWh pesant 344 kg, tandis que le modèle 201 ch utilise une batterie plus grande de 77 kWh qui pèse 493 kg.

Ce dernier est bon pour une autonomie de 324 miles, selon Volkswagen. Il est livré en standard avec un chargeur embarqué de 11 kW, bien qu’il puisse supporter une charge allant jusqu’à 125 kW, permettant une extension de portée de 199 miles en moins de 30 minutes sur un système CC de forte puissance.

A quoi ça ressemble ?

Bien que la balance penche à 2124 kg, le couple instantané du moteur électrique confère à l’ID 4 des qualités de démarrage relativement rapides dans l’un de ses trois principaux modes de conduite : Eco, Confort et Sport. Au moins jusqu’à 50 mph environ. Au-delà, ses performances sont mises à l’épreuve par la combinaison de ses réserves relativement modestes et de sa traînée aérodynamique croissante.

Cela ne veut pas dire qu’il est en retard. En fait, il semble toujours plus rapide que le temps de 8,5 secondes que Volkswagen prétend avoir parcouru sur la route. Cependant, il est clair qu’il est possible d’améliorer la capacité d’accélération, ce qui ne manquera pas d’arriver avec l’introduction de la voiture à deux moteurs ID 4 GTX l’année prochaine.

Comme pour l’ID 3, le conducteur peut choisir de modifier la quantité de freinage par récupération par le biais d’un levier en forme de pod monté en hauteur sur un bras s’étendant depuis le bord intérieur de l’écran de l’instrument numérique. D lui permet de rouler en roue libre avec une très légère récupération d’énergie, tandis que B offre des caractéristiques de conduite à une seule pédale avec une récupération d’énergie et un ralentissement notables sur un accélérateur levé, mais pas avec le réglage manuel proposé par certains rivaux.

La nouvelle Volkswagen repose sur un châssis qui utilise une combinaison de jambes de force MacPherson à l’avant et un système multibras à l’arrière. Tous les modèles reçoivent des amortisseurs passifs, bien que des amortisseurs à taux variable soient disponibles en option et fortement recommandés.

Les propriétés dynamiques de l’ID 4, qui sont agréablement fluides et très réactives, sont très appréciées. Cela est particulièrement visible en ville, où son rayon de braquage de 10,2 m confère à la nouvelle cinq places une maniabilité exceptionnelle et le genre d’agilité habituellement associé aux voitures beaucoup plus petites. Rien que dans ce rôle, il est extrêmement convaincant.

L’accélération du rythme révèle des qualités de croisière exceptionnelles avec un faible niveau de tremblement du vent, une isolation exceptionnelle du bruit de la route et une bonne stabilité longitudinale.

Un centre de gravité bas constitue la base d’une maniabilité agréable qui se distingue par une direction légère mais précise à taux variable qui bénéficie du fait que l’entraînement est dirigé vers les roues arrière, de la possibilité de varier l’entraînement entre chaque roue arrière pour une traction optimale et, sur les modèles dotés du contrôle d’amortissement variable utilisé par notre voiture d’essai, d’un excellent contrôle de la carrosserie.

En raison du poids, l’adhérence est le facteur limitant lorsque vous commencez à pousser fort sur des routes difficiles, bien que vous puissiez générer une certaine vitesse de virage avant que le témoin de contrôle de la stabilité ne s’allume pour signaler une rupture d’adhérence et une réduction ultérieure des réserves dégagées par le moteur électrique.

Dans l’ensemble, il est très compétent et, avec la propulsion arrière, assez divertissant. Toutefois, il manque de la tactilité nécessaire pour être décrit comme vraiment engageant.

Mais si les conducteurs enthousiastes souhaitent une plus grande implication, ils auront du mal à critiquer la conduite de l’ID 4, qui est fluide et contrôlée sur les routes allemandes bien revêtues. Nous devrons faire rouler la nouvelle Volkswagen sur les routes britanniques avant de pouvoir faire un choix définitif dans ce domaine, mais ces amortisseurs adaptatifs optionnels offrent une absorption impressionnante des chocs de la route, ce qui donne une sensation de stabilité générale.

Les freins, eux aussi, sont à la hauteur de la tâche. Il s’agit d’une combinaison de disques à l’avant et de tambours à l’arrière, ce qui a conduit certains à s’interroger sur leur capacité à supporter un poids aussi important. Sans aucun mérite, en fait. Il y a une sensation ferme à la pédale et une belle progression quand on demande une plus grande capacité de freinage.

Pourquoi les tambours à l’arrière ? Selon Volkswagen, les qualités régénératrices rapides de la chaîne cinématique font que l’ID 4 n’a pas besoin du type de freins requis pour un modèle à moteur à combustion relativement lourd. « Les freins sont moins nécessaires pour l’arrêt », nous a-t-on dit.

Bien que l’ID 4 soit de taille similaire à celle du Tiguan à l’extérieur, Volkswagen affirme que l’intérieur de l’ID 4 est aussi spacieux que celui du Touareg, plus grand. Elle est certainement spacieuse à l’avant, avec beaucoup d’espace pour la tête et les épaules, ce qui lui donne l’impression d’être une voiture beaucoup plus grande.

Cependant, la banquette arrière est placée exceptionnellement haut en raison de l’emballage de la batterie. Ainsi, bien qu’elle offre un bon espace pour les jambes, elle est plutôt limitée en ce qui concerne la hauteur de la tête.

La capacité de la botte est estimée à 531 litres, soit 11 litres de plus que celle du Tiguan. Mais bien que le plancher soit plat, le rebord de chargement est assez haut, ce qui rend le chargement d’objets lourds un peu difficile. En rabattant les sièges arrière, on libère 1 575 litres d’espace. Il n’y a pas de place pour les bagages dans le nez, qui est occupé par l’alimentation électrique de la chaîne cinématique.

Pour ceux qui s’intéressent au remorquage, Volkswagen revendique une capacité de 1000 kg de remorque non freinée.

L’intérieur présente un design minimaliste avec des instruments numériques et, selon le modèle, un écran tactile de 10 ou 12 pouces avec commande vocale en option. Les acheteurs peuvent spécifier un affichage tête haute optionnel avec des fonctions de réalité augmentée, y compris des pointeurs de navigation indiquant la direction du voyage.

Reflétant son positionnement plus haut de gamme, les matériaux utilisés dans le tableau de bord et les autres parties de l’habitacle sont d’un niveau nettement plus élevé que ceux de l’ID 3. Le modèle 1st Max disponible au lancement est équipé de sièges avant offrant un bon soutien, avec des appuis-tête intégrés et un toit panoramique en verre sur toute la longueur qui rend l’intérieur de l’ID 4 lumineux et accueillant. Il dispose également de bacs de rangement profonds et utiles entre les sièges avant.

Dois-je en acheter un ?

L’ID 4 est une preuve éclatante de la capacité de Volkswagen à produire une voiture électrique de classe mondiale. Il est vrai qu’elle n’a peut-être pas le rythme de certaines rivales sous sa forme initiale à moteur unique et à propulsion arrière, mais en termes de maniabilité, de conduite et de raffinement, il y a beaucoup à aimer ici. Elle offre également une gamme impressionnante de fonctions numériques et de connectivité, affiche un niveau de qualité relativement élevé et, grâce à sa plateforme dédiée aux voitures électriques et aux avantages de son conditionnement, est assez polyvalente.

Mais son plus grand atout est sa facilité de conduite, surtout en milieu urbain, où sa maniabilité est bien supérieure à celle de ses concurrents à combustion directe, y compris Tiguan.

Nous aurons besoin de plus de temps au volant pour juger si l’autonomie de 324 miles du modèle haut de gamme tient la route dans le monde réel. Cependant, notre première sortie dans le nouveau SUV électrique de Wolfsburg a révélé qu’il possède de fortes capacités de récupération d’énergie qui contribuent largement à apaiser l’angoisse de l’autonomie. Si vous prévoyez d’installer un chargeur à domicile ou d’en avoir un facilement accessible sur votre lieu de travail, l’ID 4 pourrait bien être votre seule voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *