Audi Q4 E-tron 50 2021 : essai au Royaume-Uni



Qu’est-ce que c’est ?

C’est celle qui compte pour Audi. Si la marque veut vraiment se lancer dans l’électrification, le Q4 E-tron doit être la voiture qui fait le gros du travail. Nous avons déjà conduit l’Audi Q4 E-tron 40, moins puissante et à propulsion arrière, alors c’est maintenant au tour de la 50 Quattro, plus chère.

Le cousin d’Audi de la Skoda Enyaq iV et de la Volkswagen ID 4 est équipé d’une batterie de 77 kWh (comme dans le 40) et de deux moteurs, qui développent ensemble 295 ch et 339 lb-pi. Le gain de 94 ch par rapport à la 40 signifie que la 50 Quattro est plus rapide de 1,3 seconde de 0 à 62 mph, en partie grâce à son petit moteur avant qui assure la traction intégrale.

Le revers de la médaille est une autonomie de 291 miles, soit 25 miles de moins que la 40 et 88 miles de moins que la Ford Mustang Mach-E Extended Range, si elle est à égalité avec la Polestar 2.

Un plancher plat et des roues poussées dans les coins se combinent pour offrir beaucoup d’espace, et la disposition du tableau de bord à trois niveaux est élégante. Mais – horreur ! – certains éléments de l’intérieur semblent un peu fragiles, notamment le volant. Ici, l’appareillage d’Audi n’a plus cette impression de survivre à tout.

C’est comment ?

La conduite de la voiture n’est pas non plus très soignée. Le roulement est bien contrôlé et n’est jamais grossier, mais pour la destination de cette voiture, il est trop ferme, traînant d’une bosse à l’autre au lieu de les franchir. Cela est peut-être dû à l’absence d’amortisseurs adaptatifs sur notre voiture, car les Q4 précédents que nous avons conduits étaient équipés de cette option. Néanmoins, il manque la sophistication que nous attendons d’Audi.

Au moins, la 50 Quattro offre le genre de punch  » engrenage  » qui facilite les dépassements à 50-70 mph, ne manquant jamais de souffle à ces vitesses.

Et le raffinement est excellent, avec une isolation du bruit du vent à la hauteur du prix d’achat élevé.

L’autonomie réelle n’est pas non plus très éloignée de celle annoncée par Audi : nous avons atteint l’efficacité annoncée de 3,3 miles par kWh sur un trajet mixte.

Devrais-je en acheter une ?

Le plus gros problème du Q4 est son cousinage mentionné plus haut. Il ne se sent pas assez spécial pour justifier le badge ou le prix élevé, et de plus, ce groupe motopropulseur plus puissant n’est pas exclusif à Audi.

Dans ces conditions, il sera intéressant de voir comment Audi tentera de redéfinir le terme « premium » au cours des prochaines années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *