Audi S3 Saloon 2020 : Essai routier & Avis



Qu’est-ce que c’est ?

Audi propose un véritable assortiment de produits performants, dont beaucoup sont plus rapides, plus intelligents et beaucoup plus chers que l’humble S3 (relativement parlant).

Mais bien souvent, dans une gamme, il y a une voiture Boucle d’or, qui combine suffisamment les qualités de ses sœurs plus aisées avec le parfait mélange de taille, de facilité d’utilisation au quotidien et, surtout, de prix. La S3 pourrait bien se qualifier pour cette distinction, en offrant pratiquement toutes les performances dont vous auriez réellement besoin au Royaume-Uni, sans pour autant sacrifier la grande compétence générale de la A3 standard.

Le S3 a également un certain héritage – bien que limité aux deux dernières décennies environ. Bien qu’elle ne soit en aucun cas la genèse des quatre roues motrices ou même des quatre roues motrices à hayon, la première génération de S3 de 1999 a démocratisé le hayon rapide de tous les jours. Avant cela, le 4×4 était largement l’apanage de rares ou intransigeantes spéciales d’homologation de rallye – vos Delta Integrales, Escort Cosworths et autres.

Mais c’était alors et c’est maintenant, et le S3 n’a plus le jeu pour lui tout seul. Il est également disponible en tant que saloon, que nous avons ici. Alors, puisque les concurrents ont depuis longtemps rattrapé leur retard, est-ce toujours le meilleur de la race ?

Eh bien, mettons les choses au clair : si vous n’aimiez pas l’ancienne S3, vous ne serez probablement pas trop agité par celle-ci. La recette technique est familière : le moteur turbo essence 2,0 litres EA888 reste avec quelques mises à jour mineures liées aux émissions et une modeste augmentation de puissance – jusqu’à 306 ch. Il est accouplé uniquement à une transmission à double embrayage à sept vitesses.

Comme la A3 de base 2020, la plateforme de la S3 est une version évoluée des bases omniprésentes du MQB du groupe Volkswagen, avec une hauteur de conduite inférieure de 15 mm à celle du modèle standard et une configuration familière de jambes de force MacPherson à l’avant et de bras multiples à l’arrière. Le système de transmission à quatre roues motrices basé sur un embrayage de type Haldex est conservé, la vectorisation du couple étant assurée par les entrées de freinage.

A quoi ça ressemble ?

Il est clair, à la lumière de ces faits, que la priorité de développement était ici le logiciel et le réglage fin plutôt que les grands changements de matériel. Mais est-ce si surprenant, étant donné les vastes capacités technologiques du métal moderne, même modeste, de nos jours ?

Il s’ensuit donc que ce S3 offre une puissance de calcul, des fonctionnalités connectées et des fonctions avancées d’aide à la conduite nettement supérieures à celles du modèle qu’il remplace. Mais alors que ses frères et soeurs du groupe VW embrassent pleinement la révolution numérique avec un habitacle minimaliste et sans boutons, Audi a suivi une voie un peu plus traditionnelle en conservant un certain nombre d’appareillages physiques.

C’est, à notre avis, une décision correcte. L’écran est lumineux, clair et réactif (et ne s’élève plus électriquement du tableau de bord d’une manière que certains peuvent considérer comme dépassée) mais les fonctions qui sont commandées plus simplement en mouvement par un bouton – comme les commandes de climatisation – le sont. La qualité générale est respectable et le design est assez attrayant, mais nous estimons que la cabine de l’ancienne S3 était plus remarquable sur les deux plans. Peut-être que les concurrents viennent de rattraper leur retard, ou peut-être que le vaste régime de réduction des coûts mis en place par le groupe VW après l’introduction du dieselgate est un peu mordant.

Quoi qu’il en soit, c’est un endroit spacieux, confortable et raffiné pour passer des heures au volant, et pour trois passagers. En fait, cela reste le trait distinctif du S3.

Notre parcours d’essai a commencé par des travaux en ville et sur autoroute, où – même sans les amortisseurs adaptatifs optionnels, qui n’étaient pas montés sur notre voiture – la S3 se comporte à toutes fins utiles comme une S line A3. Bien sûr, il y a un peu plus de mouvement vertical et une fraction de plus de collision à basse vitesse (principalement le bruit de la suspension plutôt que la sensation physique) pour vous rappeler que vous êtes dans un modèle de performance, mais dans l’ensemble, c’est exceptionnellement vivable pour une berline à hayon de plus de 300 chevaux.

Et cela vaut même pour l’option des roues de 19 pouces : on ne peut qu’imaginer que sur les 18 pouces, c’est à peu près aussi confortable qu’en A3 standard. Ce qui est une très bonne chose. Peut-être que la roue plus petite permettrait également de réduire le bruit de la route, qui est plus perceptible qu’intrusif.

Mais Audi n’était guère susceptible d’abandonner la civilité quotidienne de la S3 au profit de taux de ressort et d’amortisseur agressifs. Principalement parce que la RS3, plus chaude, existe, mais aussi parce que la formidable popularité de la S3 est étroitement liée à sa facilité d’utilisation.

Cela signifie-t-il qu’il fait tiède de se libérer enfin des radars de vitesse moyenne et de monter les enchères ? Pas vraiment. Certes, on sourirait davantage au volant d’alternatives plus ludiques et plus mobiles à l’arrière, à traction avant, avec des boîtes de vitesses manuelles, mais il faut respecter l’extraordinaire dynamique de cette voiture.

La première surprise est la direction. C’était un peu un point faible sur l’ancien modèle, mais Audi a insufflé un peu plus de positivité et même un peu de feedback à ce qui était auparavant une crémaillère détachée et distante. Elle tourne brusquement, vous permettant de placer la voiture exactement là où vous le souhaitez avant de passer en toute confiance à la puissance en sortie de virage. Vous n’avez plus besoin d’appuyer sur la pédale d’accélérateur à l’entrée et, contrairement aux anciennes Audi rapides, vous pouvez même faire pivoter l’arrière de manière contrôlée.

Le contrôle du corps est bon et serait probablement très bon avec la configuration adaptative, mais le fait qu’il y ait une certaine respirabilité dans la suspension signifie qu’elle ne se détache jamais de la ligne et que la stabilité est forte. L’adhérence est sans surprise tenace, et les freins, bien qu’ils ne soient pas exceptionnels, offrent plus qu’assez de confiance et de puissance brute sans pour autant être trop agressifs. Comme auparavant, il est impressionnant de pouvoir contrôler la vitesse, mais vous pouvez maintenant vous amuser un peu.

Il est vrai que le groupe motopropulseur lui-même ne remportera pas de prix pour son caractère ou son pétillement. Même lorsque la génération active du son était dans son mode le plus fort, elle est plutôt musclée et silencieuse qu’antisociale, et les bruits d’échappement en montée sont subtils de l’intérieur. Bien qu’il prenne un ton graveleux et dur une fois qu’il est tourné plus haut, le numéro est un peu entaché par un étrange gémissement aigu omniprésent lorsque vous décollez à des régimes plus élevés.

Il n’est pas vraiment stimulant pour l’oreille, mais il est très efficace. Après un bref délai et une rotation à environ 2500 tr/min, la poussée est importante et satisfaisante à moyen terme, mais heureusement, elle s’intensifie au lieu de diminuer à l’approche de la ligne rouge. La boîte de vitesses est pratiquement inébranlable, les engrenages se balancent en douceur lorsque vous faites du pottering et passent les rapports lorsque vous n’en faites pas.

Dois-je en acheter un ?

Cela dépend beaucoup de votre mode d’utilisation et de vos critères. Le S3 Saloon s’impose admirablement face à ses concurrents allemands. Mais si les sensations fortes et les journées de piste le week-end sont la priorité absolue, il reste des modèles à hayon bien plus satisfaisants, et la plupart d’entre eux sont à traction avant.

Nous pensons qu’il y a une gamme dynamique encore plus grande à obtenir avec les amortisseurs adaptatifs et nous souhaiterions qu’il y ait une bande sonore plus engageante. Mais si vous faites partie (vu le succès commercial de la S3) des nombreuses personnes qui veulent une voiture capable d’emmener les enfants à l’école sans les gêner, d’écraser les longues distances avec une démarche relaxante et d’offrir une puissance tous temps et tous scénarios, l’Audi est l’un des meilleurs paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *