BMW 420i M Sport Coupé 2020 : le point sur la situation au Royaume-Uni



Qu’est-ce que c’est ?

Si vous cherchez un point d’entrée pour la dernière gamme de coupés BMW Série 4, c’est ici que vous trouverez la 420i M Sport.

Bien entendu, vous vous êtes déjà fait votre propre opinion sur le style du dernier modèle à deux portes de Munich. D’après ce que j’ai lu dans les différentes sections de commentaires en ligne, il semblerait qu’il y ait quelques personnes qui n’ont rien contre son apparence, et je salue les personnes assez courageuses pour avoir eu le courage de passer la tête par-dessus le parapet et d’avouer qu’elles ont eu envie d’en admirer le visage.

Tout ce qui fait flotter votre bateau, je suppose. Mais pour ce que ça vaut, je pense qu’il semble que le chef du design, Domagoj Dukec, avait un Predator comme muse. « Dessine-moi comme une de tes grilles allemandes », disait-il, en s’allongeant sur une chaise longue. Probablement.

Quoi qu’il en soit, le coupé sport 420i M est proposé à partir de 39 870 € et devrait être la variante de la série 4 la plus vendue ici au Royaume-Uni. La puissance est fournie par le moteur B48 de BMW, et dans cette application, le turbochargé Le moteur à essence de 2,0 litres à quatre cylindres développe une modeste puissance de 182 ch et 221 lb-pi.

Une transmission automatique à huit vitesses envoie tout cela à l’essieu arrière, où il est ensuite déployé sur la route. Contrairement au diesel 420d, la 420i ne bénéficie d’aucune forme d’assistance hybride douce.

La suspension est assurée par des jambes de force MacPherson et des liaisons multiples, avec des amortisseurs passifs et des alliages 18 pouces équipés en série. Notre voiture d’essai, cependant, est venue avec le Pack Sport Pro de 2 500 millions de livres sterling, qui ajoute, entre autres, des amortisseurs adaptatifs, des alliages de 19 pouces, des pneus à roulage à plat et des freins M Sport à l’équation.

A quoi ça ressemble ?

En raison de ses portes longues et lourdes, l’ascension à bord du 420i peut être un peu délicate, surtout si vous vous retrouvez coincé dans un parking perpendiculaire étroit. Mais une fois à l’intérieur, vous êtes accueilli par une cabine à la fois familière par son agencement et attrayante par son apparence et le choix des matériaux.

Les sièges à réglage électronique vous positionnent convenablement en cabine et offrent un excellent soutien sous les cuisses et sur les côtés. Vous êtes assis devant un volant de M Sport, typiquement grossier, et devant le tableau de bord numérique de BMW, qui a encore l’air un peu pointilleux et difficile à lire, mais qui est au moins habile dans son fonctionnement.

Deux sièges arrière se trouvent au-dessus de votre épaule, bien que la plupart des adultes soient désireux de les éviter si possible. Cette voiture est vraiment un endroit agréable pour passer du temps, notamment parce qu’on ne peut pas voir son visage depuis le siège du conducteur.

Heureusement, c’est aussi une chose plutôt agréable à conduire. Avec ses amortisseurs adaptatifs ramenés dans leur position la plus douce, la Série 4 n’est pas aussi tendue qu’une Série 3 à amortissement passif. Sur les routes et autoroutes de type A, elle est un compagnon impressionnant de confort et de contrôle.

Il y a peut-être un peu d’agitation à propos de sa conduite à basse vitesse et de ses pneus à roulage à plat qui font un peu rugir la route au rythme de la course, mais je ne peux pas imaginer que quelqu’un se trouve à hésiter à l’idée de devoir utiliser une 420i pour un véritable trajet longue distance ou, en fait, au quotidien.

Il se manie avec douceur, sa direction moyennement rapide et très lourde lui confère une agilité et un pied de biche enthousiastes qui lui donnent un aspect vraiment particulier. Il vous donne une bonne idée de l’adhérence que vous avez sur l’essieu avant et, avec un niveau de contrôle latéral accru, vous pouvez prendre des virages à plat et assez rapidement, sans vous soucier de manquer de traction à l’avant – même sur une route mouillée et glissante.

En appuyant sur l’accélérateur à mi-chemin des virages plus lents, vous pouvez faire sortir momentanément la partie arrière de la voiture de manière contrôlée et progressive, mais sinon, la 420i se fraye un chemin dans les virages de manière très ordonnée.

C’est vraiment une voiture très agréable à conduire rapidement, mais une partie de son charme est qu’elle ne vous fait pas nécessairement vous sentir obligé de le faire tout le temps.

Son moteur en est au moins partiellement responsable. Il est certainement assez puissant quand vous en avez besoin, avec un décalage minimal du turbo lors d’une accélération partielle, ce qui lui confère une bonne réactivité, et un milieu de gamme puissant qui vous permet de progresser assez rapidement quand vous en avez besoin. Mais avec une bande sonore parfois graveleuse et une tendance à la respiration sifflante en haut de l’échelle, vous ne vous sentez jamais particulièrement enclin à prendre du galon et à prendre de grandes vitesses sur la route. Il vaut mieux se détendre un peu et profiter de la réactivité et de l’agilité de la voiture, bien dans les limites de sa capacité dynamique.

Dois-je en acheter un ?

Pour sa conduite habile et engageante, je ne vois pas pourquoi vous ne devriez pas considérer le 420i. J’aime beaucoup le fait qu’elle soit une sorte de grande routière confortable qui peut se divertir sur une bonne route quand on le veut. J’aime aussi le fait qu’il se contente de régler les choses simples comme la position de conduite, le design intérieur et l’ergonomie en général, et qu’il est relaxant à utiliser en toute décontraction.

Le fait est que la Série 3 fait tout cela aussi – et elle est accompagnée de l’aspect pratique d’une berline ou d’un break. L’achat d’une voiture comme la série 4 est certainement dû en partie à l’attrait supplémentaire qu’apporte la carrosserie d’un coupé. Et je ne suis pas sûr que ce modèle G22 apporte grand-chose sur ce plan – même si je vais peut-être m’habituer à son apparence avec le temps.

Aussi compétent soit-il, je ne suis pas sûr que ce moteur soit celui que je choisirais. En dehors des modèles M et M Performance, je pense que le diesel à quatre cylindres serait plus adapté, ne serait-ce que pour le meilleur rendement énergétique qu’il apporterait sans aucun doute.

Le chiffre de 38 mpg que j’ai vu sur mon parcours d’essai longue distance sur routes mixtes n’est pas vraiment terrible, mais le 420d n’aurait pas de mal à le battre. Il serait encore plus tentant d’attendre les modèles 430d et M440d à six cylindres. Je sais que le diesel est loin d’être en vogue en ce moment, mais je peux imaginer que ces deux voitures sont assez magnifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *