BMW X1


L’énigme de la BMW X1: aussi remarquables que soient certaines de ses berlines, breaks et SUV au fil des décennies, il n’y a pas de meilleure preuve de la puissance durable de la marque BMW que le succès du précédent crossover à hayon X1.

Sur un cycle de vie de presque exactement six ans, construit dans des usines en Inde, en Chine et en Russie ainsi qu’en Allemagne, le X1 a enregistré 730 000 ventes mondiales. Et pourtant, la X1 avait une allure maladroite, était encombrante, mal emballée, d’une finition simple et tout aussi simple, brute et non raffinée. L’hélice bleue et blanche de Munich n’aurait peut-être jamais dû se risquer sur une voiture aussi médiocre.

La nouvelle plateforme du modèle compact UEL de BMW voit le X1 équipé d’un moteur monté transversalement pour la première fois.
Nic Cackett | Essai sur route

On ne peut s’empêcher de se demander ce qui se passerait si BMW en faisait un bon ? Elle en a certainement besoin. Au cours des six années qui ont suivi le lancement du X1 original, le marché des crossovers s’est développé au point de devenir plus important que la plupart des segments plus traditionnels dans lesquels BMW peut s’appuyer sur son expérience et sa force. Construire un bon X1 est probablement plus vital que de dominer le marché avec l’un des modèles de luxe ou sportifs de la firme.

Pour atteindre cet objectif, il y a une nouvelle plate-forme, de nouveaux moteurs et toutes sortes de nouvelles technologies de systèmes embarqués et polyvalents en jeu ici – le tout visant à répéter le type de domination des ventes européennes que BMW a produit avec certaines de ses berlines exécutives.

La plateforme UEL à moteur transversal et à traction avant prédominante est à la base de son troisième modèle de série pour BMW Group, après la Mini à hayon et le monospace BMW Série 2, et repose sur une carrosserie largement repensée pour un look SUV plus reconnaissable et une praticité nettement améliorée. Le marché chinois bénéficie d’une version à empattement long du X1, tandis que le Royaume-Uni ne verra probablement jamais un X1 L.

Parmi ces nouveaux moteurs, on trouve les derniers trois et quatre cylindres turbo à essence, les diesels et les hybrides rechargeables, dont beaucoup offrent la supériorité de performance évidente que nous attendons de BMW. Mais l’autre marque de fabrique de BMW sera-t-elle présente ici, sous la forme d’une maniabilité vraiment distinctive pour aller de pair avec ces performances évidentes ?

Gamme de moteurs et niveaux de finition du BMW X1

Il y a un total de trois groupes motopropulseurs à choisir, avec deux essences (un trois cylindres sDrive18i ainsi qu’un deux litres, ce dernier étant disponible en deux ou quatre roues motrices), deux diesels (le 18d et le 20d) et enfin un hybride rechargeable avec quatre roues motrices en standard. Si vous tenez absolument à avoir une boîte manuelle, les seules options de motorisation sont les petites cylindrées essence ou diesel, sinon c’est une boîte à double embrayage ou automatique.

Il y a quatre niveaux de finition disponibles : SE, Sport, xLine et M Sport, bien que l’hybride rechargeable ne soit disponible qu’en version Sport ou supérieure. La M Sport bénéficie de retouches stylistiques plus agressives et, évidemment, de niveaux d’équipement supplémentaires, mais même la version de base ne semble pas trop appauvrie.

PLUS SUR LA BMW X1

Guide d’achat des véhicules presque neufs : BMW X1

BMW X1 2009-2015 : revue

La nouvelle BMW X1 montre son aspect final avant son lancement en 2022

Voir toutes les offres de voitures d’occasion