Cadillac Lyriq


Le Cadillac Lyriq est non seulement importante en tant que première voiture électrique sur mesure de la marque américaine historique, mais elle est également destinée à marquer une nouvelle ère de design qui contribuera à faire revivre et à réinventer la marque pour une nouvelle génération.

La rivale de l’Audi E-tron et de la BMW iX devrait arriver chez les concessionnaires américains au début de l’année prochaine. Elle est construite sur la plate-forme électrique polyvalente Ultium sur mesure qui a été développée par la société mère General Motors. L’architecture de ce grand SUV de luxe est partagée avec des engins aussi divers que le sauvage GMC Hummer EV, le prochain SUV électrique Chevrolet Blazer, le pick-up Chevrolet Silverado EV et même le fourgon de livraison Brightdrop 600.

Au Royaume-Uni, Cadillac ne propose actuellement qu’un nombre limité de berlines performantes telles que la CT5-V Blackwing, mais attendez-vous à ce que cela change : GM se prépare actuellement à un retour majeur sur le marché européen avec une offre entièrement composée de véhicules électriques et, bien que rien ne soit confirmé, on s’attend à ce que la Lyriq soit l’offre phare de ce retour.

Nous avons pu essayer une Lyriq pour la première fois sur les routes privées fermées du Milford Proving Ground de GM dans le Michigan. Bien que notre parcours ait été limité, il était suffisamment représentatif pour donner une bonne idée de la machine.

La marque Cadillac a eu du mal à s’imposer aux Etats-Unis ces dernières années, avec une gamme qui mélange des berlines haut de gamme qui ne peuvent pas rivaliser avec les rivales européennes et de grands SUV austères tels que le Cadillac Escalade.

Les patrons de la marque voient le passage aux VE – et la toile blanche de la plateforme polyvalente Ultium – comme une réelle opportunité de réinventer la marque pour l’ère électrique. Cette nouvelle orientation du design sera définie par deux véhicules développés en parallèle : la Lyriq et la future Celestiq, un frein de tir récemment révélé sous forme de concept. La Celestiq entrera en production en 2024. Il s’agira d’un vaisseau amiral exclusif construit à la main, dont le prix avoisinera les 246 000 livres sterling et qui aura pour mission de concurrencer les Bentley et Rolls-Royce.

La Lyriq est une offre plus grand public mais partage de nombreux éléments de design avec la Celestiq. Toutes deux reprennent certains traits du design historique de Cadillac, datant de l’époque glorieuse des années 50, et les réinventent pour l’ère moderne. La calandre de la voiture conserve la forme trapézoïdale distinctive qui caractérise les modèles Cadillac récents, mais remplace le refroidissement du moteur par une face avant numérique audacieuse qui présente des motifs d’éclairage LED extravagants lorsque vous allumez la voiture.

Il y a également des feux en forme de L dans le pilier arrière, qui rappellent les Cadillacs des années 1960 et ajoutent un sentiment distinct de stature. La carrosserie est reconnaissable à un gros SUV électrique, mais elle conserve un capot relativement long et des côtés sculptés mais nets.

Garé à côté d’un Escalade, le Lyriq a l’air très compact, mais il ne faut pas se cacher qu’il s’agit d’un véhicule de grande taille pour le marché britannique. Elle mesure 4996 mm de long, soit 95 mm de plus qu’une Audi E-tron. L’empattement s’étend à 3093 mm, soit 65 mm de plus que l’Audi.

L’intérieur utilise le châssis plat Ultium pour offrir une bonne sensation d’espace et un réel sentiment de raffinement. Il est à noter qu’il n’y a aucune trace d’ingénierie de plateforme ici : chaque équipement intérieur est fait sur mesure pour Cadillac. La firme a même reçu l’autorisation de concevoir une nouvelle patère pour réaliser cet exploit.

L’écran numérique incurvé de 33 pouces – Cadillac précise qu’il s’agit d’une véritable unité incurvée, plutôt que d’unités séparées inclinées – domine le tableau de bord et est bien placé, servant à la fois d’affichage des instruments numériques et d’infotainment. Le système d’exploitation est généralement élégant et comprend des services Google intégrés.

Il y a un système audio AKG à 19 haut-parleurs et une quantité agréable de commutateurs physiques, tels que les commandes de chauffage sous l’écran et le contrôleur de conduite intégré dans la console centrale « flottante », et tout semble de première qualité. Les garnitures en bois découpées au laser et l’éclairage rétroéclairé créent une atmosphère fraîche et sophistiquée. Tout est très moderne, propre et élégant.

Les sièges cossus et fins sont confortables et la position de conduite est bonne. Il y a également beaucoup d’espace à l’arrière et un coffre substantiel de 793 litres.

La Lyriq sera proposée avec une gamme de groupes motopropulseurs. Les modèles d’entrée de gamme, comme la version que nous avons conduite, seront équipés d’un moteur unique à propulsion arrière développant 335 ch et 325 lb-pi. Il y aura également une version bimoteur à transmission intégrale, qui conservera le même couple mais offrira 493 ch. Le groupe motopropulseur de la Lyriq s’est montré souple et réactif, malgré le poids élevé de la voiture (2585 kg). Cela dit, il est clair que l’intention ici est d’offrir une sensation de douceur et de qualité plutôt que de performance. Cela s’est traduit par une conduite particulièrement silencieuse, même selon les normes des véhicules électriques, grâce à la technologie de suppression active du bruit.

Il y a une palette qui offre la régénération des freins, aussi, bien que nous n’ayons pas eu assez de temps pour vraiment tester la différence. Cela dit, le réglage par défaut de la régénération permet de conduire presque sur une seule pédale, ce qui convient bien à la nature détendue de la voiture.

L’énergie est tirée d’une importante batterie de 106 kWh (102 kWh utilisables) placée sous le plancher, ce qui donne une autonomie officielle de 312 miles aux États-Unis pour la version RWD. Les ingénieurs de Cadillac pensent que ce chiffre pourrait être légèrement amélioré dans le cadre du test d’autonomie européen WLTP. Elle peut être rechargée à des vitesses allant jusqu’à 190kW.

La voiture s’est bien comportée, gérant même les bosses et les joints artificiellement rugueux des pistes d’essai de GM – conçues pour émuler une gamme de conditions routières réelles – avec un réel sens du calme. La suspension a bien absorbé les ondulations, sans pour autant priver la voiture de ses sensations. Il s’agit certainement d’une proposition compétitive qui se compare bien aux autres grands SUV électriques haut de gamme.

Le Lyriq n’offre pas beaucoup de sensations de conduite, et la réponse de la direction était un peu engourdie, comme le sont souvent les voitures du marché américain. Il est probable qu’un certain niveau de réglage européen sur mesure soit effectué si la voiture arrive ici, mais tout acheteur britannique s’attendant à une version SUV électrique d’une CT4 Blackwing serait déçu (et un peu malavisé en premier lieu).

Bien que nous n’ayons pas eu l’occasion de l’essayer lors de notre court trajet, la Lyriq est également proposée avec le système d’aide à la conduite « mains libres » Super Cruise de GM. Disponible sur certaines autoroutes connectées aux États-Unis, il fonctionne avec le régulateur de vitesse adaptatif pour diriger le véhicule. Un voyant intégré dans la partie supérieure de la jante du volant indique qu’il est activé et clignote en rouge si une intervention du conducteur est nécessaire. Nous avons testé le système dans une Chevrolet Bolt sur les autoroutes de Détroit et il s’est comporté de manière impressionnante.

Les Britanniques pourront-ils en acheter une ? GM doit présenter ses plans européens au printemps 2023, et si tout indique que la Lyriq arrivera au Royaume-Uni, nous ne saurons rien d’ici là sur les délais, la disponibilité ou le prix. À 62 990 $, son prix est certainement compétitif sur le marché américain.

Compte tenu de ces incertitudes et de nos essais limités sur routes réelles, nous ne pouvons pas vraiment rendre un verdict définitif sur la Lyriq. Ce qui est clair, cependant, c’est que la Lyriq est l’un des modèles Cadillac les plus convaincants à arriver depuis un certain temps, et une proposition convaincante qui représenterait une alternative intrigante aux grandes marques premium sur le marché britannique.