Citroen C4 Puretech 155 Shine Plus EAT8 testé


Qu’est-ce que c’est ?

Il y a un an, nous avions testé sur route la nouvelle Citroën C4 – la berline familiale de la marque française, désormais dotée d’un fort, mais pas trop, soupçon de crossover – et lui avions attribué une moyenne de trois étoiles.

Cette voiture était équipée de la spécification automobile Puretech 130 Shine Plus, ce qui signifie qu’elle était dotée d’un moteur essence 1,2 litre turbo de 129 ch, d’une boîte de vitesses à convertisseur de couple à huit rapports et du plus luxueux des quatre niveaux de finition (Sense, Sense Plus, Shine et Shine Plus).

Celle que nous avons ici est une Puretech 155 Shine Plus auto, ce qui signifie qu’il s’agit essentiellement de la même voiture mais avec une version plus puissante (153 ch) du même moteur.

A quoi ressemble-t-elle ?

Quelles sont les différences entre le 130 et le 155 ? Eh bien, en dehors de l’évidence, vous passerez de 0 à 62 mph un peu plus vite (8,5 secondes, contre 9,4 secondes), vous ferez 1,5 miles de moins au gallon (selon les tests officiels WLTP) et vous paierez votre concessionnaire Citroën 1000 € de plus à l’avance.

Sa valeur résiduelle après trois ans devrait également être supérieure de 500 €. Si vous l’obtenez dans le cadre d’un financement PCP, il vous en coûtera 19,40 € de plus par mois sur 48 mois.

Est-ce que ça vaut le coup ? Peut-être, si les performances sont vraiment votre priorité absolue. Mais si vous envisagez sérieusement une Citroën moderne, ce ne sera probablement pas le cas, étant donné que la firme française privilégie sans complexe le confort et le raffinement au détriment de la dynamique. Personnellement, je préfère m’offrir quelques pintes à un concert chaque mois.

Nos testeurs sur route ont conclu en mai dernier : « Il y a dans le caractère de la voiture un certain esprit de détente, d’efficacité et de longévité propre aux Citroën classiques, mais ici, ce qui est vraiment dommage, c’est que la C4 n’exploite pas mieux son potentiel. Bien qu’elle soit raffinée dans des circonstances bien particulières, les niveaux de confort et d’isolation de la voiture déçoivent à d’autres moments ; et tant de tactiques utilisées par Citroën pour tenter de la rendre plus facile à conduire ne font que la rendre moins polyvalente et intuitive au sens large. »

Je cite cela parce que je n’aurais pas pu le dire mieux moi-même. Si vous vous concentrez sur le confort, vous devez vous assurer que la voiture est indiscutablement relaxante à conduire, absolument plus que les autres membres de la classe qui ne se concentrent pas intentionnellement sur ce point. Mais au risque d’avoir l’air d’un disque rayé, les Citroën ne semblent jamais pouvoir y arriver.

Peut-être que ce ne serait pas aussi flagrant s’il n’y avait pas les fantômes des Citroën du siècle dernier. Alors que ces voitures utilisaient une suspension hydropneumatique innovante, qui leur donnait la véritable sensation de glisser sur les imperfections de la route, les réalités de la construction automobile moderne en série limitent la nouvelle C4 à de simples butées en caoutchouc.

Regardez, c’est un peu mieux que l’ancienne C4 Cactus, mais franchement, je préfère supporter la conduite parfois trop ferme de quelque chose comme une Ford Focus plutôt que d’essayer d’éviter les nausées causées par un tangage et un roulis constants et prononcés. Et la C4 a toujours une direction qui inspire autant de confiance que les footballeurs anglais lors d’une séance de tirs au but. Vous avez peut-être un sentiment différent, et c’est très bien, mais ne vous attendez pas à flotter sur un nuage.

La boîte de vitesses est tout aussi apathique. La 155 est peut-être plus rapide au NSL que la 130, mais elle serait encore plus rapide si la boîte de vitesses ne tergiversait pas aussi longtemps.

Au moins, le moteur lui-même est agréable, avec suffisamment de performances pour rendre tous les scénarios de conduite quotidienne faciles. Il a une bonne flexibilité et une économie réelle largement en ligne avec les chiffres annoncés en laboratoire. Il a même une bonne sonorité. Le moteur Puretech, développé par le Groupe PSA, n’a pas remporté un grand nombre de trophées de moteur de l’année ces dernières années pour rien.

Dois-je en acheter un ?

Il y a donc des choses à recommander pour la C4. Elle est également très abordable, à un moment où les familles de la classe moyenne auxquelles s’adressent ces types de voitures souffrent toutes de problèmes fiscaux. Elle est presque exactement au même niveau que la Focus récemment mise à jour sous une forme équivalente, en fait.

Elle est également pratique, avec un bon espace à l’arrière (et des vitres arrière qui s’ouvrent réellement, contrairement à l’ancienne C4 Cactus) et un coffre à hayon assez grand pour les coussins de bébé et/ou vos courses hebdomadaires. Belle ? A nos yeux, oui, car il s’inscrit dans la tendance SUV que le public adore sans s’enlaidir.

Mais il n’est pas fondamentalement relaxant à conduire.