Dacia Duster 1.3 TCe 130 Comfort 4×2 2022 testé au Royaume-Uni


Qu’est-ce que c’est ?

Des tests de flux latéral toutes les cinq minutes, une application pour presque tout et un compte en ligne avec un mot de passe dont vous ne vous souvenez pas pour tout le reste ; des voitures qui essaient de conduire à votre place et qui débordent de technologies inutiles. Si vous aussi vous vous sentez dépassé par la complexité de la vie moderne, essayez une voiture de Dacia, qui a toujours fondé sa marque sur un dédain du superflu et qui, ce faisant, s’est trouvé une grande base de clients – voire de fans – en Grande-Bretagne.

Outre l’introduction d’une nouvelle supermini Dacia Sandero véritablement exceptionnelle, le roumain Renault a également mis à jour son SUV Duster pour 2022, en affinant son look et en rafraîchissant son intérieur. La mécanique est restée essentiellement inchangée, sans doute parce que l’on s’est dit qu’elle était très bien comme elle était. Il n’a pas obtenu quatre étoiles d’Autocar en 2018 pour rien.

Lorsque vous achetez un Duster, le choix du moteur est probablement la partie la plus compliquée. Il existe un triple turbo essence 1,0 litre de 89 ch ; une version de 99 ch de ce moteur qui peut également fonctionner au GPL ; un quatre turbo essence 1,3 litre de 128 ch ; une version de 148 ch de ce moteur qui n’est proposée qu’avec une boîte automatique à double embrayage à six vitesses (appelée EDC) ; et un quatre diesel 1,5 litre de 113 ch.

Chaque unité a été « renouvelée » pour réduire les émissions de CO2, réduisant ainsi votre facture de taxe sur les véhicules de société et/ou votre culpabilité environnementale, tandis qu’un nouveau composé de pneu contribue à une réduction supplémentaire de 10%.

Il est intéressant de noter que vous ne pouvez plus acheter un 4×4 Duster à essence, mais seulement un diesel. Tous les Duster à essence sont désormais à traction avant. Et si l’on suit l’éthique de la marque Dacia, c’est logique : huit Britanniques sur dix vivent en zone urbaine et n’ont donc pas strictement besoin de 4×4, qui ajoutent du coût et du poids.

Nous avons déjà conduit le 4×4 diesel et l’EDC, alors c’est maintenant au tour du Duster, qui est le pain et le beurre. Celui qui compte le plus : le 1.3 TCe. Ici, il n’y a que deux niveaux de finition, Confort et Prestige, dont nous avons raisonnablement testé le premier.

Comment c’est ?

Les changements du facelift se concentrent sur l’intérieur et sont immédiatement perceptibles. L’écran tactile central d’info-divertissement est nouveau, ce qui est mis en évidence par son apparence plus intelligente, grâce à un écran plus grand d’un pouce, d’une résolution supérieure et utilisant un logiciel amélioré.

Il fonctionne très bien et est plus agréable au toucher, et les icônes de raccourci tactiles sur sa bordure sont un ajout bienvenu, bien que ce serait encore mieux s’il s’agissait de boutons physiques. (Heureusement, Dacia a conservé ce type de commande pour les simples cadrans en dessous qui contrôlent la climatisation).

Le logiciel est facile à naviguer et inclut même Apple CarPlay et Android Auto (bien que seulement lorsque votre téléphone est branché sur l’un des deux ports USB situés à l’avant du levier de vitesses – un emplacement infiniment meilleur que celui situé au-dessus de l’écran, comme précédemment). Et les affichages à l’écran ne pourraient pas être plus simples ; prenez le lecteur de musique, qui présente les noms de la piste et de l’artiste en grande écriture blanche sur un fond noir, au-dessus des boutons de saut et de pause. En revanche, les écrans tactiles de certaines voitures modernes vous donnent l’impression d’être assis devant un terminal de contrôle au sol de la NASA.

Parmi les autres améliorations apportées à l’habitacle, citons une console centrale avec un accoudoir escamotable, une véritable aubaine pour les longs trajets, et une nouvelle sellerie, toujours en tissu noir.

Le volant est enveloppé d’un matériau agréablement lisse (Dacia le qualifie de  » soft feel « , quoi que cela veuille dire), mais le plastique du tableau de bord est aussi beau qu’il est agréable à toucher, c’est-à-dire pas particulièrement. C’est très Renault Clio 2005 ici, ce qui n’est peut-être pas surprenant, puisque c’est précisément là que l’on peut retrouver les origines mécaniques fondamentales du Duster.

Par conséquent, il est tout à fait inoffensif à conduire. La conduite est beaucoup plus souple et confortable que ce que l’on peut attendre de la plupart des voitures actuelles. La suspension (jambes de force MacPherson à l’avant et poutre de torsion à l’ancienne à l’arrière) se combine avec les grands flancs des pneus en alliage de 16 pouces pour produire une attitude très détendue à n’importe quelle vitesse, bien qu’elle puisse être un peu déstabilisée sur des surfaces rugueuses.

La direction légère est juste assez précise et pas aussi vague qu’on pourrait s’y attendre, et il faudrait que vous vous comportiez un peu comme un casse-tête pour tester les limites de l’adhérence – signalées par le roulis considérable permis par le ressort souple.

Le moteur 1,3 litre donne une allure inattendue, prêt à dépasser en sprintant le trafic lent si vous passez les vitesses assez rapidement, et assez souple également, ne manquant pas de couple dans les hauts régimes. Cela prend tout son sens quand on apprend que ce même moteur est également utilisé dans la Mercedes-Benz Classe A (oui, vraiment).

Le levier de vitesse est certes un peu raide, mais nous pensons que c’est mieux que de le sentir boiteux, comme dans le Citroën C3 Aircross rival.

Nous avons eu un motif d’inquiétude car la pédale d’embrayage restait coincée lorsque nous avons reçu le Duster, mais ce problème s’est arrêté au bout de cinq minutes environ et ne s’est pas reproduit.

Dois-je en acheter un ?

Le Duster continue d’offrir une proposition très acceptable aux familles disposant d’un budget limité – et un antidote encore plus apprécié à la complexité étouffante de la modernité.

C’est un beau (plutôt qu’agressif) SUV avec un moteur à essence, une boîte de vitesses manuelle, des arbres de transmission avant, cinq sièges, un coffre spacieux et un écran tactile pour votre musique et votre téléphone, et c’est à peu près tout. Loin d’être une condamnation, c’est quelque chose à chérir tant qu’on le peut encore. Et tout ça pour quoi, €16,845 ? C’est moins cher qu’une Ford Fiesta décente de nos jours.