Essaie de laLamborghini Sian 2021



Qu’est-ce que c’est ?

L’Aventador n’est pas vraiment une voiture pour les violettes qui rétrécissent, il n’est donc pas surprenant que Lamborghini ait choisi de faire passer cette spéciale basée sur la même architecture à 11 – et cela sur une échelle qui va jusqu’à 5.

Le Sián FKP 37 repose sur le même plancher et est propulsé par le même glorieux moteur à aspiration naturelle, mais il bénéficie d’une carrosserie sur mesure et d’une technologie d’avant-garde sous la forme d’un système hybride à supercondensateurs. Malgré un prix de 2,5 millions d’euros (2,2 millions de livres sterling) hors taxes, la totalité de la série de 63 coupés a déjà été vendue, tout comme les 19 roadsters qui la suivront.

L’élément électrique de 48V peut attirer l’attention, mais le V12 de 6,5 litres reste l’acte vedette. Il s’agit en fait du même moteur que celui de la puissante Aventador SVJ, mais avec une légère augmentation de la puissance, ce qui porte la puissance de pointe à 774 ch à 8500 tr/min – le plus haut niveau jamais atteint pour une Lamborghini de route.

Le supercondensateur ne joue qu’un rôle de soutien à cet égard, mais il est important. Il peut ajouter jusqu’à 33 ch à une vitesse maximale de 81 mph grâce à un moteur électrique intégré dans la boîte de vitesses.

Contrairement à sa rivale hybride rechargeable, la Ferrari SF90 Stradale, la Sián ne peut pas fonctionner uniquement à l’électricité, mais son supercondensateur est beaucoup plus puissant qu’une batterie classique. Selon Lamborghini, le bloc d’alimentation et le moteur montés en cloison n’ajoutent collectivement que 34 kg de poids, les débits de pointe de 600 A du système lui permettant d’ajouter un effort instantané.

On nous dit que les temps d’enclenchement du Sián sont jusqu’à 10 % plus rapides que ceux de l’Aventador SVJ. Un rôle tout aussi important consiste à utiliser le couple du moteur électrique pour combler certaines lacunes dans les changements de la transmission automatique à embrayage unique.

A quoi ça ressemble ?

Le design du Sián’s est à couper le souffle, comme un rendu virtuel qui prend vie. La combinaison de la largeur et de l’inclinaison rend un hommage évident à la Countach de 1974 de Marcello Gandini, tout comme des détails tels que le capot moteur à lamelles. L’avant présente des feux diurnes en forme de Y inspirés de ceux du concept Terzo Millennio 2017.

L’arrière est dominé par l’énorme voie arrière et la taille des vastes pneus P-Zero à profil de 335, ceux-ci surplombant les éléments aérodynamiques placés au-dessus et flanquant un énorme diffuseur (une aile arrière motorisée se cache à des vitesses plus faibles). Six éléments hexagonaux de feu arrière semblent être suspendus, entourés par l’espace, et au-dessus d’eux, le pont arrière intègre des volets de refroidissement actif qui s’ouvrent automatiquement.

Les plans de Lamborghini pour un voyage dans l’une des régions les plus pittoresques d’Italie ont été contrariés par des restrictions liées à la pandémie, alors mon voyage s’est déroulé dans l’environnement beaucoup moins exotique du Millbrook Proving Ground du Bedfordshire par un après-midi pluvieux.

Non pas que le Sián ait besoin d’un arrière-plan glamour pour se sentir spécial. Sa cabine partage la plupart des éléments architecturaux de l’Aventador, mais elle est dotée de matériaux plus luxueux et d’un nouvel écran tactile central orienté portrait. Il partage également le manque de place pour la tête de sa petite sœur, l’espace limité des seaux fixes sous la capote en Alcantara me faisant plaisir de ne pas porter de casque.

Le démarrage du moteur met immédiatement le Sián en colère. Ce n’est pas une de ces supercars hybrides de la nouvelle ère qui est capable de rouler silencieusement, mais plutôt une voiture qui vit la sauvagerie de son V12 à la vitesse vertigineuse.

Le Sián se met à rouler moins vite que l’Aventador, 
its moteur électrique aidant à l’embrayage en douceur 
out mais une fois en mouvement, la cabine est toujours bruyante 
and remplie de vibrations bourdonnantes.

Les performances sont, comme on peut s’y attendre, énormes. Une légère assistance électrique peut être détectée à des vitesses plus élevées et à des régimes plus bas, mais en donnant au V12 sa tête, on supprime toute sensation d’assistance motrice.

Le Sián a un son magnifique : plus fort et plus rauque que l’Aventador SVJ, mais avec une note d’échappement qui s’harmonise vraiment dans les quelques centaines de tours précédant la coupure, et avec une fusillade de pops et de bangs sur le débordement. Le fait d’être limité à 130 mph sur le bol de Millbrook à deux miles de distance me semblait cruellement lent.

Pourtant, lorsqu’on lui a demandé de faire plusieurs tours sur la route serrée des crêtes (un simulacre du monde réel), le Sián s’est senti beaucoup moins à l’aise. La combinaison d’une grande largeur et d’une mauvaise visibilité donne l’impression qu’une route beaucoup plus grande est étroite et, bien que le Sián se soit avéré avoir une bonne adhérence, il n’y avait guère de chance de pousser fort dans les conditions détrempées. Il y avait même une sensation de sous-virage très peu hypersensible dans les virages plus lents, où le défi de faire tourner la masse de la Sián était le plus évident, même avec l’aide de la direction des roues arrière de série.

Les quelques possibilités de vitesses plus élevées offertes par Millbrook convenaient bien mieux au Sián, dont la direction légère permettait un meilleur retour d’information à mesure que les charges augmentaient. Et le châssis s’est avéré impressionnant de discipline sur les nombreux sommets de la route des collines, quel que soit le mode dynamique choisi. Même celui qui a revendiqué l’Aston Martin DBS de James Bond dans le Casino Royale n’a pas failli à la tâche.

Dois-je en acheter un ?

Sur le plan dynamique, la Sián semble être une voiture plus brute que l’Aventador, mais (sur la base, certes limitée, de cette première impression) elle n’est pas meilleure, surtout si on la compare à la SVJ, dont la concentration est impressionnante.

Pourtant, ce n’est pas vraiment le but de ce qui est en fait un concept de salon automobile qui prend vie – et en tant qu’expérience viscérale, presque rien d’autre ne s’en approche. Le prix de la Sián est ridicule, son style scandaleux et ses fondements sont dignes d’une supercar – mais son attrait est incontestable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *