Jeep Avenger


Les voitures Jeep n’ont jamais vraiment réussi à s’imposer en Europe en dehors de l’Italie (où son succès est en grande partie dû à sa relation avec Fiat) et, fait remarquable, seul un SUV sur 100 vendu en Europe est une Jeep. Après de nombreuses fausses aubes, voici donc la voiture que Stellantis, le nouveau propriétaire de Jeep, espère voir changer cela : la Jeep Avenger.

C’est la première Jeep conçue et fabriquée en Europe pour l’Europe, et elle sera également construite ici. Cette Jeep est tellement centrée sur l’Europe, en fait, qu’elle ne sera même pas vendue aux États-Unis. Avec ses 4,08 mètres de long, l’Avenger se positionne au cœur du segment en plein essor des superminis SUV – en concurrence avec des modèles comme la Ford Puma et le Renault Captur – et est électrique. C’est tout à fait dans l’air du temps.

En effet, la patronne de Jeep Europe, Antonella Bruno, appelle l’Avenger « la bonne voiture au bon moment ». Elle sera également proposée à un prix attractif, avec un objectif de prix de départ de 34 000 € lors de son lancement au Royaume-Uni en mai prochain, avec une gamme simplifiée de finitions et des options de packs et de couleurs faciles à ajouter pour rendre le processus d’achat aussi simple que possible.

L’Avenger sera d’abord un modèle à traction avant équipé d’un moteur électrique de 154 ch et 192 lb ft. La batterie de 51 kWh (utilisable) permet une autonomie de 249 miles et peut être rechargée jusqu’à 100 kW. Une pompe à chaleur est fournie de série pour augmenter l’autonomie de 10% par rapport à ce qui aurait été possible autrement. Les acheteurs en Italie et en Espagne recevront également une version à essence de l’Avenger, car leurs marchés ne sont pas encore assez matures pour passer au tout électrique avec un lancement aussi important, mais ce modèle ne viendra pas au Royaume-Uni.

On pourrait penser qu’une voiture aussi petite et à traction avant pourrait donner l’impression d’édulcorer le mantra de la Jeep, qui est d’aller partout, mais la facture est qu’il s’agit du modèle le plus performant de sa catégorie. Bien qu’une version à quatre roues motrices soit à venir, Jeep affirme pour l’instant que les capacités de l’Avenger proviennent de ses angles d’approche de 20 degrés, de franchissement de 20 degrés et de départ de 32 degrés, de sa garde au sol de 200 mm et de ses porte-à-faux avant et arrière, qui sont 30 mm plus courts que ceux des autres modèles Stellantis construits sur la plateforme eCMP2 familière qui a été adaptée et améliorée pour les besoins tout-terrain de Jeep.

Ces chiffres en font un véhicule au moins égal à la Jeep. Jeep Renegade tout terrain, dit Jeep. Ah oui, le Renegade, l’autre petite Jeep qui se trouve dans le segment des B-SUV. Jeep affirme que l’Avenger ne remplace pas cette voiture mais la complète plutôt, et de toute façon, les deux visent des acheteurs très différents étant donné l’étendue du segment B-SUV. Le Renegade est également un peu plus grand, avec 4,24 mètres de long.

Ces origines eCMP2 (pensez à Peugeot e-2008, Vauxhall Mokka Electric et autres) constituent un bien meilleur point de départ pour un modèle agréable à conduire, plutôt que d’essayer de réinventer quelque chose à partir de la plate-forme du Renegade. En passant, ce sont ces économies d’échelle basées sur l’eCMP2 qui permettent à Jeep de construire l’Avenger de manière rentable (il y a une raison pour laquelle Land Rover n’est jamais descendu en dessous de l’Evoque en termes de taille, car plus la voiture est petite et plus le prix de détail est bas, plus les volumes doivent être importants pour couvrir les coûts de développement).

Quoi qu’il en soit, les racines de l’Avenger ne sont pas du genre à être cachées, mais elle possède son propre caractère et ses propres touches à l’intérieur, comme par exemple les nombreux rangements, dont 34 litres dans la seule cabine avant. Il est vrai que ce chiffre n’a pas beaucoup de sens, d’autant plus que Jeep fait remarquer avec humour que cela équivaut à 580 balles de ping-pong (ce qui n’est rien comparé aux 2443 canards en caoutchouc que l’on peut trouver à l’arrière de la voiture avec les sièges arrière rabattus). Mais le résultat est un grand nombre de compartiments pratiques, dont le meilleur est un plateau utile, qui fait les deux tiers de la largeur du tableau de bord et qui est idéal pour les lunettes, les clés, les téléphones et autres.

L’Avenger est équipée de deux écrans de 10,25 pouces, l’un pour l’affichage du conducteur et l’autre pour l’info-divertissement qui prend en charge la connectivité sans fil Android Auto et Apple CarPlay.

Un point H modifié permet aux passagers arrière de bénéficier d’un plus grand espace pour les jambes et la tête par rapport aux autres modèles apparentés, affirme Jeep. On prétend que l’Avenger peut accueillir cinq adultes, bien que l’on se sente à l’étroit à l’arrière. Ce n’est encore qu’une petite voiture, après tout.

De l’extérieur, l’Avenger a l’air d’une petite chose robuste et résistante. Il y a beaucoup de revêtement noir dur autour de la partie inférieure, mais laisser ces surfaces non peintes permet d’économiser 1000 € (875 €) en coûts de réparation des éraflures et des rayures sur la durée de vie de la voiture, selon Jeep. Je ne me souviens pas avoir vu une facture aussi élevée pour une T-Cut, mais je comprends et le résultat net est esthétiquement plaisant.

Tout cela représente une sacrée accumulation, et c’est donc un soulagement de constater que cette Jeep est plutôt agréable à conduire. Elle n’est pas engageante, mais elle n’est pas censée l’être. Au lieu de cela, c’est le genre de voiture conçue et fabriquée avec soin pour être utile et utilisable dans des conditions de conduite réelles, tout en ayant suffisamment de caractère pour ne pas en faire un petit SUV identique.

Sa meilleure caractéristique est sa compacité, sans pour autant faire de compromis sur l’espace intérieur. Cette forme de boîte vous permet de savoir où se trouvent les quatre coins, et il y a une bonne visibilité et une largeur raisonnable qui en fait une voiture facile à placer. Elle est également vive en virage et tient sa ligne dans un virage avec des mouvements de corps bien contrôlés et une bonne adhérence, bien que la direction soit trop élastique et artificielle sur les premières sollicitations hors de la ligne droite.

L’Avenger se conduit bien, même sur les routes assez défoncées de notre parcours d’essai dans les collines au-dessus de Nice. Elle est un peu ferme, en partie à cause des alliages de 18 pouces de notre voiture d’essai, mais jamais inconfortable et toujours avec une souplesse générale qui vous fait penser que les ingénieurs ont vraiment pris en compte le mantra « faites que ça marche en Europe ». Cette voiture donne l’impression de se situer dans la partie la plus sophistiquée de la catégorie.

Nous n’avons pas fait de hors-piste, mais nous avons roulé sur un tronçon de route où il manquait la moitié de l’asphalte et où il y avait des cratères qui semblaient avoir été creusés avec une pelleteuse. L’Avenger a tout avalé, ce qui prouve qu’elle est aussi robuste qu’elle doit l’être sur tout ce que vous êtes susceptible de rencontrer dans le monde réel. Les autres points positifs proviennent des performances, qui sont tout à fait suffisantes et délivrées avec douceur et vivacité, et de l’autonomie, qui semblait s’étendre à environ 217 miles d’après notre conduite sur un itinéraire d’essai mixte.

Un peu plus de régénération dans le mode « B » serait bien, et vous éviterez probablement le mode de conduite Eco car il réduit une grande partie de la puissance (et la limite à 81 ch, à moins que vous ne baissiez le régime). Les modes Normal (qui limite la puissance à 107 ch) et Sport (pour la pleine puissance de 154 ch) sont également proposés, ainsi que les modes Neige, Sable et Boue, qui adaptent chacun les commandes électroniques à ces conditions. Vous disposez également du contrôle de descente en côte.

Jamais auparavant Jeep n’a eu un produit aussi compétitif et tendance à vendre en Europe, et on peut imaginer qu’il se vendra très bien si le réseau de concessionnaires est capable d’atteindre la taille et la qualité nécessaires pour aider à livrer la voiture. L’Avenger ne va pas changer le monde, mais elle va sûrement changer le monde de Jeep.