Kia Sportage 1.6 CRDi 48V 3 2020 Révision britannique



Qu’est-ce que c’est ?

C’est la dernière version de milieu de gamme du populaire crossover Kia Sportage.

Après avoir été relooké en 2018, avec l’introduction de plusieurs moteurs diesel hybrides légers, le Sportage vient de subir un réajustement de ses prix et de ses équipements. C’est la nouvelle option de milieu de gamme et le gros vendeur probable.

La gamme Sportage comporte toujours quatre niveaux de finition, mais elle ne compte plus que trois moteurs au lieu de quatre, le diesel haut de gamme CRDi de 2,0 litres à quatre roues motrices et à fonctionnement automatique ayant été complètement supprimé.

La gamme de garnitures comprend maintenant l’entrée de gamme 2, cette 3, la GT-Line et la GT-Line S, les modèles identifiés GT bénéficiant d’une suspension sportive et d’un style plus sportif à l’intérieur comme à l’extérieur.

Pour les moteurs, on peut désormais choisir entre des essences de 1,6 litre à aspiration normale et à turbocompresseur, plus ce diesel de 1,6 litre de génération U3, qui hérite du système hybride de démarrage-génération 48V que possédait le diesel de 2,0 litres, aujourd’hui abandonné.

Les quatre roues motrices à temps partiel sont disponibles en combinaison avec l’essence et le diesel, plus puissants.

Malheureusement, le diesel n’offre qu’une économie et des émissions moyennes revendiquées par rapport à ses concurrents, dont la plupart sont des voitures plus récentes et plus fraîches. Mais les niveaux d’équipement de la Kia pourraient bien compenser ce manque de distinction, avec une large gamme de systèmes de sécurité active équipant toutes les versions de la voiture, et la classe 3 ajoutant des sièges électriques recouverts de cuir, des roues en alliage de 19 pouces, un toit panoramique en verre et des phares à LED. Elle coûte également environ 500 € de moins que la version 4 qu’elle remplace.

A quoi ça ressemble ?

Nous n’avions auparavant testé que les versions GT-Line et GT-Line S du Sportage, dont la suspension sport était légèrement insatisfaisante. Sur une suspension standard, le Sportage est certainement plus souple et est largement confortable en ville, sur les routes de campagne bien entretenues et sur l’autoroute.

Elle reste cependant une voiture assez engourdie et seulement moyennement bien résolue à conduire, en raison d’un mélange de commandes diversement plombées et trop sensibles et d’un contrôle de la carrosserie parfois inégal à la vitesse.

L’intérieur est raisonnablement agréable et apparemment solidement construit, bien que les tentatives d’améliorer la qualité perçue (avec du chrome autour des commandes de ventilation et des bouches d’aération et un tableau de bord texturé légèrement brillant) ne soient pas très fructueuses.

Il comporte toutefois un siège de conduite confortable et facile d’accès, ainsi qu’un ensemble d’instruments analogiques simples et lisibles, plus un système d’info-divertissement à écran tactile très facile à naviguer qui comprend toutes les fonctionnalités que vous êtes susceptible d’en attendre.

Ce qui était autrefois un grand coffre très utile perd son espace de rangement sous le plancher en raison de la présence du 48V de la voiture mild-hybride batterie au lithium-ion, mais elle reste assez spacieuse. De retour dans la cabine, cependant, le toit panoramique prive le Sportage d’un espace notable pour la tête dans les deux rangées. Si vous mesurez plus de 1,80 m en tant que conducteur ou si vous transportez régulièrement des adultes sur les sièges arrière, il vaut mieux éviter les versions de la voiture sur lesquelles ce toit vitré est monté (3 et GT-Line S).

Le moteur est incroyablement silencieux et souple pour un diesel réduit, et le couple à mi-régime qu’il produit fait avancer le Sportage sans effort. La conduite serait plus douce sans la pédale d’accélérateur un peu trop sensible et la qualité des changements de vitesse manuels, mais aucun des deux n’est désespérément gênant.

Le fait que la voiture ne soit pas particulièrement impressionnante pour l’économie réelle (nous avons atteint une moyenne de 45 mpg sur plusieurs jours de tests mixtes) est probablement dû au montage de roues de 19 pouces. Curieusement, ces roues ne contribuent pas non plus beaucoup à la maîtrise de la carrosserie et à la qualité de la conduite de la voiture. Leur masse non suspendue a plutôt tendance à faire glisser les essieux de la voiture dans les dépressions de la route et semble exacerber les contraintes verticales plus importantes, ce qui fait que la voiture se soulève et se balance un peu sur les routes de campagne accidentées.

En général, le contrôle latéral du Sportage est correct et sa conduite est assez précise, bien qu’un système de direction engourdi et un peu trop centré sur lui-même le rende moins agréable qu’il ne pourrait l’être parfois.

Avec cette sensation de direction en plomb, un contrôle vertical de la carrosserie incertain et un moteur qui n’aime pas dépasser les 3500 tr/min, ce n’est certainement pas une voiture qu’il faut pousser à fond pour le plaisir. Elle se comporte au moins assez bien, cependant, et n’a pas besoin de se débattre ou de se forcer pour atteindre de grandes vitesses ou gravir des pentes raides lorsque le besoin s’en fait sentir.

Dois-je en acheter un ?

Étant l’une des plus anciennes voitures de son segment et n’ayant jamais été l’une des plus distinguées à conduire ou à utiliser, le Sportage ne serait probablement pas en tête de liste des SUV multisegments que nous pourrions recommander en ce moment, mais il reste une voiture soignée dans une partie populaire du marché, présentée avec un bon rapport qualité-prix.

Au cours de ces dernières années, elle s’est même parfois classée dans le top 10 mensuel des ventes de voitures neuves au Royaume-Uni, et aucune science de pointe, ni aucune recommandation particulièrement élogieuse de notre part, n’est évidemment nécessaire pour comprendre pourquoi.

Les deux prochaines années devraient être plus calmes, plus difficiles et moins fructueuses pour lui, car le métal frais arrive avec une régularité alarmante et explique la montée en puissance du BEV et du PHEV. Néanmoins, ceux qui s’en tiennent au Sportage, beau, bien équipé, largement compétent et bien payé, le feront probablement pour des raisons qu’ils ne tarderont pas à expliquer.

Spécifications du Kia Sportage 1.6 CRDi 48V 3

Prix €28,455 Moteur 4 cylindres, 1568cc, diesel Power 134bhp à 4000rpm Couple 236lb ft à 2000-2250rpm Boîte de vitesses Manuel du 6ème FED Poids à vide 1609kg 0-62mph 10.8sec Vitesse de pointe 112mph Économie 47,9 mpg CO2 153g/km Rivaux Siège Ateca 2.0 TDI 150, Ford Kuga 1.5 Ecoblue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *