Mazda MX-5 2.0 Sport Tech 2020 : Test & Avis



Qu’est-ce que c’est ?

Lorsque Mazda a lancé la quatrième génération de MX-5 en 2015, les passionnés de conduite ont rapidement déploré le manque de puissance des deux groupes motopropulseurs disponibles – un groupe de 1,5 litre développant 129 ch et un groupe de 2,0 litres qui développait 158 ch à peine plus.

Heureusement, en 2018, la situation a été corrigée et de subtiles modifications mécaniques ont permis d’augmenter la puissance de la version haut de gamme à un joli moteur de 181 ch, avec des bonus supplémentaires, notamment une meilleure accélération et un gazouillis plus caractéristique à bas régime.

Mazda a légèrement rafraîchi la gamme MX-5 pour 2020, dans le but d’améliorer la convivialité d’une voiture déjà présentée comme l’une des voitures de sport les plus accessibles en vente, et de renforcer la gamme des ensembles de spécifications disponibles. Une nouvelle garniture GT Sport Tech est en tête de la gamme, resplendissante avec ses alliages BBS gris métallisé, ses plaques de seuil en acier inoxydable et son intérieur en cuir rouge, tandis que la technologie i-Eloop KERS et la fonctionnalité d’arrêt-démarrage de Mazda sont présentes pour la première fois sur la gamme MX-5.

Comme tous les modèles de 2,0 litres, notre voiture d’essai était équipée d’amortisseurs Bilstein à chaque coin, d’une jambe de force avant et d’un différentiel à glissement limité. Dans sa version Sport Tech, elle est équipée d’un kit complet qui fait oublier son prix de catalogue relativement bas de 28 395 €, avec des roues en alliage de 17 pouces, une caméra de recul et des phares à LED adaptatifs.

A quoi ça ressemble ?

Il faut vraiment que le moteur Skyactiv reste en ébullition pour savoir ce qu’il vaut, mais, à des vitesses plus modérées, il est aussi silencieux et dépossédant que le hayon familial moyen, et pas beaucoup moins économique – Mazda affirme que le quatre cylindres de 2,0 litres va craquer à 41 mphg sur le cycle WLTP. Cela est dû en partie à la construction légère caractéristique de la voiture, mais aussi à ses nouvelles certifications écologiques.

La fonction Stop-Start est un ajout étonnamment bienvenu à la formule MX-5 ; vous ne devez plus vous sentir aussi coupable de conduire une voiture de sport non électrifiée dans les centres-villes encombrés, même si, comme pour la 3 hatchback – équipée du nouveau moteur Skyactiv-X, plus économique – elle peut parfois être un peu trop vive, coupant le moteur juste au moment où vous vous apprêtez à reprendre l’accélérateur, et se remettant en marche si vous appuyez sur la pédale d’embrayage alors que vous êtes à l’arrêt.

Mais c’est la dualité du groupe motopropulseur qui reste l’un des plus grands atouts de la MX-5 ; dans très peu de voitures neuves, il est possible de s’asseoir aussi confortablement et silencieusement dans la circulation urbaine, de se blottir dans des sièges en cuir bien rembourrés et de boire de l’essence avec modération, avant de tourner à volonté sur une route B balayante et de saisir l’occasion de vraiment tourner la mèche sans attirer l’attention.

Comme cela a toujours été le cas, la MX-5 continue à offrir l’une des expériences de traction arrière les plus tolérantes et les plus accessibles du marché. La réponse dynamique est comparable à celle d’alternatives beaucoup plus coûteuses, et le fait que la MX-5 n’est pas une voiture vraiment rapide (le 0-62 mph est envoyé en 6,5 secondes, plutôt que rapide) signifie que vous pouvez pratiquement l’amener à la limite où vous le souhaitez sans enfreindre la loi.

Le revers de la médaille de ce système de suspension Bilstein est un certain degré d’accident sur les voies de campagne et sur les dos d’âne. Il n’est pas constamment intrusif, mais sur les surfaces les plus dures, le mécanisme du toit s’emballe ; on se retrouve vite à contourner des nids de poule plus grands pour éviter les chocs violents. Les avantages d’une telle fermeté l’emportent cependant sur les inconvénients : les virages peuvent être pris rapidement et à plat, et il n’y a pas les affaissements à basse vitesse que l’on peut ressentir avec une installation plus confortable.

En tant que voiture de sport compacte, la MX-5, même dans ses formes les mieux équipées, reste entravée par un manque flagrant d’espace de rangement ; une petite console centrale ne parvient pas à compenser l’absence de boîte à gants, le coffre est suffisamment grand pour contenir une seule valise de taille moyenne, et il n’y a même pas de poches dans les portières. C’est regrettable, car la MX-5 ne semble pas aussi petite qu’elle devrait l’être sur les autoroutes – où le seul véritable insecte est le grondement constant du vent – et pourrait autrement accomplir les mêmes tâches quotidiennes que n’importe quel supermini chaud.

Dois-je en acheter un ?

En tant que voiture de sport extrêmement performante, avec plus qu’une touche de civilité, cette dernière version du vaisseau amiral sportif de Mazda est aussi polyvalente qu’elle l’a toujours été. Toutefois, l’introduction de nouveaux niveaux d’équipement a également entraîné la suppression de la voiture de 2,0 litres à suspension non sportive, ce qui pourrait bien faire perdre du terrain à ceux qui recherchent une conduite plus détendue en conduite de haut en bas.

Et lorsqu’il s’agit de s’amuser, il va sans dire que le MX-5 n’a rien à envier aux autres modèles, malgré son déficit de puissance. Par une chaude journée, avec le toit baissé et l’utilisation libérale de son pied droit, il est encore dans une classe à part.

Mazda MX-5 2.0 Skyactiv-G Sport Tech

Kent Prix €29,185 En vente Maintenant Moteur 4 cylindres de 2,0 litres à aspiration naturelle Power 181 ch à 7000 tr/min Couple 151lb ft à 4000rpm Boîte de vitesses Manuelle à six vitesses Poids à vide 1127kg Vitesse de pointe 136mph 0-62mph 6,5sec Économie de carburant 41mpg CO2 155g/km Rivaux Toyota GT86, Audi TT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *