Volkswagen ID 4 1st Edition Pro Performance 2021 : essai routier



Qu’est-ce que c’est ?

Comme l’ouverture d’une enveloppe brune du HMRC, monter à bord de la Volkswagen ID 4 pour la première fois est un acte ordinaire chargé d’appréhension.

Ce qui semble ridicule, je l’admets. Bien qu’il ne s’agisse que de la deuxième voiture après la bicorps ID 3 à être construite sous la grande bannière de la sous-marque électrique ID de Wolfsburg, l’ID 4 n’est qu’un (encore ?) autre crossover, bien que sa courbure en forme de galet laisse présager quelque chose d’inhabituel. Et pour ce qui est d’être un crossover électrique, il en existe déjà beaucoup. Hyundai en fabrique un, tout comme Ford et Vauxhall. Alors pourquoi ce suspense ?

C’est parce que l’ID 4, fraîchement arrivée sur les routes britanniques et testée ici en version 1ère édition à 37 800 €, pourrait, plus que toute autre voiture, façonner le marché de la prochaine décennie, du moins en Europe. Avec des dimensions à peine inférieures à celles du Volvo XC60 dans toutes les directions, elle s’inscrit parfaitement dans l’esprit du crossover. Et comme il vient du seul « constructeur historique » dont les ambitions dans le domaine des véhicules électriques dépassent celles de tous les autres (on nous promet 70 nouveaux modèles électriques d’ici 2028 et on nous dit que 70 % des nouvelles Volkswagen vendues en 2030 seront des véhicules électriques), son potentiel de volume est tout simplement colossal. Si l’ID 4 est vraiment bonne, il faut imaginer qu’elle allumera le feu sous l’offensive de l’ID. Et si ce n’est pas le cas ? Eh bien, le fantôme du Dieselgate est toujours là.

En ce qui concerne le matériel lui-même, sous une carrosserie à la fois bulbeuse et racée (l’ID 4 n’est pas exactement beau, mais il n’est pas non plus inintéressant) se trouve la même plateforme MEB utilisée par l’ID 3, mais avec un empattement et des voies allongés. Dans un avenir proche, Audi (avec le Q4 e-Tron) et Skoda (avec l’Enyaq iV) utiliseront également la plate-forme MEB.

Pour l’instant, le seul dérivé de l’ID 4 est cette Pro Performance 1st Edition, qui associe un moteur arrière de 201 ch à une batterie de 77 kWh pour une autonomie de 310 miles et un temps de 0 à 62 mph de 8,5 secondes. Attendez-vous à ce qu’une batterie de 52 kWh associée à des moteurs de 146 ou 168 ch arrive plus tard dans l’année, et éventuellement une ID 4 GTX à quatre roues motrices grâce à un autre moteur sur l’essieu avant et plus de 300 ch au total. Une version coupé, l’ID 5, verra également le jour.

C’est comment ?

Au-delà du design extérieur, l’ID 4 s’éloigne encore plus de la tradition Volkswagen dans son habitacle.

La topographie du tableau de bord est vaguement inspirée de celle de la Golf mais, comme pour l’ID 3, le cockpit est encore plus minimaliste. L’absence manifeste de boutons et d’interrupteurs pourrait même paraître assez choquante pour quelqu’un qui vient, par exemple, d’un Tiguan.

Dans notre voiture d’essai, le plastique blanc qui entoure le délicat écran numérique de 5,2 pouces semble être exactement le même matériau à l’aspect stérile et médicalement rassurant qu’on utilise pour les boîtiers des scanners IRM (tout à fait intentionnel), et il se ramifie pour former la nouvelle bascule de sélection des vitesses, à la BMW i3.

En outre, les sièges « Style » attrayants et superbement confortables, les formes organiques des moulures des panneaux de porte et la réticence moderne de Volkswagen à utiliser beaucoup de dispositifs de commutation physiques créent une ambiance particulière. Et, oui, une ambiance vraiment très relaxante, notamment parce que le scuttle est relativement bas et que la visibilité vers l’avant est donc sans effort.

Pourtant, il y a quelques bizarreries que je ne comprends pas. Pourquoi, par exemple, utiliser une tablette tactile (pas particulièrement) pour commuter la paire d’interrupteurs de lève-vitre du conducteur entre la commande des vitres avant et arrière, au lieu d’installer simplement quatre interrupteurs ?

Et si vous voyez le tableau de bord s’illuminer, c’est grâce au nouveau concept ID. Light, qui clignote dans des couleurs et des motifs différents pour transmettre toutes sortes d’informations, des indications du GPS à l’état de charge en passant par les appels entrants. C’est modérément utile par moments, mais surtout un peu distrayant.

L’ergonomie de base est excellente, cependant, et vous ne vous attendez peut-être pas à trouver un espace aussi généreux pour les jambes à l’arrière. L’ID 4 ressemble à la Mercedes-Benz Classe E à l’arrière, et dans l’ensemble, il est clair que Volkswagen a mis tout son savoir-faire en matière d’emballage au service de ce premier SUV électrique. On a vraiment une impression d’espace.

Et la conduite ? C’est inoffensif mais pas inerte ; loin de ce que l’on pourrait appeler une conduite engageante mais très intuitive. Comme tant de voitures électriques, l’ID 4 aurait pu facilement finir par ressembler à un appareil, et elle a des vertus d’appareil, comme sa grande qualité perçue et sa facilité de conduite.

Mais elle a aussi suffisamment de caractère pour ne pas vous laisser froid : des commandes bien ajustées, des performances initiales précises, des petits détails de design intéressants et un sentiment de maturité en mouvement. Le fait que la qualité de roulement, même sur des roues de 20 pouces, soit généralement fluide et bien gérée élève encore le jeu de l’ID 4.

Devrais-je en acheter un ?

L’ID4 offre une expérience de voiture électrique soignée, simplifiée et intuitive. En fait, dans la catégorie des moins de 50 000 €, aucun autre véhicule électrique n’est aussi facile à prendre en main – à s’adapter – que ce crossover spacieux et discret. Beaucoup de gens vont l’essayer et l’apprécier immédiatement.

Ce qui sera intéressant à voir, c’est la comparaison avec l’Enyaq de Skoda. Elle sera moins chère mais très similaire sur le papier, et il y a des domaines où VW a peut-être trop simplifié l’expérience ID4. Le freinage par régénération, par exemple, ne propose que deux modes, alors que de nombreux conducteurs aiment choisir des caractéristiques de régénération très fortes pour une véritable conduite sur une seule pédale ou pour la marche à vide pure. L’ID4 ne peut faire ni l’un ni l’autre.

Malgré tout, c’est VW qui montre ses muscles après plusieurs années difficiles. L’enveloppe ne contient rien de plus sinistre qu’un remboursement d’impôts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *