Alfa Romeo 8C Competizione – Une supercar en hommage à la tradition


La 8C Competizione était à la fois un retour aux sources d’Alfa Romeo et un banc d’essai pour l’avenir. Elle a été créée au milieu d’un processus de réorganisation du secteur automobile, alors que celui-ci se préparait à affronter le nouveau millénaire. Elle est devenue la bannière autour de laquelle Alfa Romeo allait redéfinir son identité et ses valeurs, un point de départ stylistique et technique pour la planification des futurs produits.

Début 2006, Sergio Marchionne a donné le signal pour lancer la production en série d’un concept car qui avait suscité tant d’enthousiasme au salon de l’automobile de Francfort en 2003. Alfa Romeo Centro Stile, sous la direction du designer Wolfgang Egger, a redéfini le design original en seulement huit mois et a présenté la version de production définitive au Salon de l’automobile de Paris. En quelques semaines, la 8C a reçu 1 400 commandes du monde entier et les 500 modèles numérotés prévus ont été vendus bien avant le début de la production.

L’essence d’Alfa Romeo

L’histoire de la 8C Competizione commence par son nom. « 8C » désigne les voitures à huit cylindres conçues par Vittorio Jano, des voitures qui, dans les années 1930, ont remporté des courses dans le monde entier, dont quatre victoires consécutives au Mans et trois aux Mille Miglia. « Competizione », en revanche, est le nom de la 6C 2500 que Juan Manuel Fangio a conduite aux Mille Miglia de 1950.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

Créée pour synthétiser et relancer la quintessence d’Alfa Romeo, la 8C fait écho à des thèmes techniques chers à la marque depuis le début. La légèreté a été renforcée par le « double cadre » et par l’utilisation d’aluminium, de titane, de carbone et de matériaux composites, l’équilibre des masses entre l’avant et l’arrière a été obtenu grâce à un système « transaxle » (traction avant longitudinale et boîte de vitesses arrière) et la précision de conduite a été encore affinée par l’utilisation de systèmes de suspension à double bras transversal sur les deux essieux.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

La 8C était dotée d’un moteur puissant, un V8 de 4,7 litres développant 450 ch, mais surtout elle marquait le retour à la boîte de vitesses à essieu arrière, qui avait disparu des voitures de route Alfa Romeo depuis le début des années 1990. Le résultat est une voiture avec un rapport poids/puissance optimal, capable d’atteindre 62 mph à l’arrêt en seulement 4,2 secondes.

Un hommage à l’histoire de la conception automobile

Ensuite, il y a eu la petite question de style. Le capot presque gonflé semblait mordre le bitume, son profil doux et sinueux avec une coupe horizontale unissait les passages de roues, les joignant à la forme « musclée » du garde-boue arrière et la lunette arrière était enveloppée par les montants, qui s’étendaient vers l’arrière jusqu’à ce qu’ils se rétrécissent sur la queue.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

Il ressemblait à un quiz sur le design issu de l’histoire des marques. Ses « yeux » viennent de la Stradale 33, légèrement plus haute que la ligne du capot ; son arrière rappelle celui de la Giulietta SZ de 61, la première « queue tronquée » ; les feux arrière circulaires sont un hommage à la Giulia TZ. La 8C joue avec le passé, comme si l’Alfa Romeo Centro Stile rendait hommage à toute une époque de la conception automobile.

Créativité et science

À partir des années 1930, les concepteurs et les carrossiers ont commencé à utiliser l’aérodynamique comme clé pour rendre leurs voitures de course plus compétitives. La première étape a consisté à intégrer en douceur des éléments extérieurs, tels que les garde-boue et les phares, dans le profil de la carrosserie. Ensuite, ils ont développé des formes de plus en plus souples, plus connectées et plus aérodynamiques.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

C’était un défi pour stimuler l’imagination des grands créateurs, convaincus que tout ce qui est beau doit aussi être efficace. Libérant leur créativité et leurs compétences, ils ont construit quelques-unes des plus belles et des plus réussies voitures jamais réalisées. Beaucoup d’entre eux portaient l’insigne Alfa Romeo.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

La 8C Competizione s’est inspirée des voitures de cette époque et les a célébrées grâce à l’audace de ses volumes, à ses lignes épurées et à l’accent impertinent mis sur les caractéristiques distinctives des marques du passé.

Le trilobo Alfa Romeo

La vue de face d’une Alfa Romeo est sans équivoque, tout le monde reconnaît instantanément le bouclier central et les deux prises d’air horizontales de chaque côté. Cette combinaison est peut-être le « visage » le plus célèbre du monde de l’automobile, le « trilobo », et a été identifiée dans les années 1930.

Avant cela, il y avait peu de place pour le style, le « visage » d’une voiture était constitué d’un radiateur flanqué de phares, et parfois protégé des graviers de la route par une grille. Dès que les formes ont commencé à s’adoucir, le bouclier Alfa Romeo est apparu, mais lorsqu’il est devenu trop petit pour refroidir les moteurs de plus en plus puissants, les deux prises d’air latérales ont fait leurs débuts. Les passionnés les ont immédiatement rebaptisées « la moustache ».

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

Le trilobo a été officiellement adopté comme symbole de marque à partir de la 6C 2500 Freccia d’Oro. Comme tous les symboles, il a évolué au fil du temps, reflétant les goûts et les modes, mais il est toujours resté unique et sans équivoque. Il était sinueux et imposant sur le 1900 et plus fin sur la Giulietta. Il était aérodynamique et tendu sur la Giulia, anguleux et presque parfaitement équilatéral dans les années 70 et 80. Elle était minimaliste et stylisée dans les années 1990, mais avec les 156 et 8C, elle a retrouvé son rôle naturel de leader, qui s’est depuis lors imposé sur tous les modèles ultérieurs.

L’héritage de l’Alfa Romeo 8C Competizione

La 8C Competizione résume les canons les plus classiques du style Alfa Romeo, et devient une inspiration naturelle pour tous les modèles ultérieurs, comme la MiTo et la Giulietta. Cependant, la 8C avait également un proche parent dans la 4C. Supercar compacte, technologique et sensuelle, elle était clairement apparentée à la 8C mais sans avoir à supporter le fardeau d’être une édition limitée.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

Avec la 4C, Alfa Romeo est revenue sur le marché du sport compact en proposant des matériaux et des solutions technologiques de pointe, associés à une légèreté maximale et à des qualités dynamiques extraordinaires.

Les 4C

Les concepteurs de l’Alfa Romeo ont décidé de ne pas maximiser la puissance, mais plutôt de réduire le poids de l’engin, de sorte qu’il pesait un peu plus de 1 000 kg, soit un rapport poids/puissance inférieur à 4 kg/hp. Deux valeurs qui garantissaient une agilité maximale et des performances époustouflantes.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

Pour atteindre la légèreté souhaitée, elle a utilisé un cadre monocoque en forme de berceau, entièrement en fibre de carbone et fabriqué avec une technologie dérivée de la Formule 1. Le matériau, composé de fibres unidirectionnelles, a été pré-imprégné d’une résine spéciale avant d’être soumis à un processus appelé « cuisson ». Grâce à ce traitement, le berceau a pu être fabriqué en une seule pièce et a pu remplir parfaitement ses tâches structurelles malgré son poids de seulement 65 kg.

Alfa Romeo 8C Competizione - Une supercar en hommage à la tradition

Le moteur 4C était lui aussi ultra-léger. Le moteur quatre cylindres en ligne de 1 750 cm3, entièrement en aluminium, développait jusqu’à 240 ch. Pour assurer une répartition optimale du poids, il a été placé en position transversale à l’arrière. La boîte de vitesses utilisait un double système d’embrayage à sec.

Ses systèmes de suspension étaient notamment sportifs, avec un double triangle avant à recouvrement, avec un ensemble ressort-amortisseur, fixé directement sur la monocoque et une évolution du système classique McPherson sur l’essieu arrière.

Le 4C a atteint une vitesse de pointe de plus de 158 mph, passant de zéro à 62 mph en 4,5 secondes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *