Audi Q2 35 TFSI Sport 2020 : Essai routier & Avis



Qu’est-ce que c’est ?

En tant que point d’entrée d’une gamme étendue qui comprend maintenant neuf modèles différents, le Q2 est en quelque sorte une drogue d’entrée dans la gamme des SUV d’Audi. De nombreux clients ne connaissent pas du tout la marque, et il n’est donc pas facile de la maintenir dans une partie aussi concurrentielle du marché.

C’est pourquoi le crossover compact a été subtilement rafraîchi à la fin de l’année dernière, en affinant encore son look et en modernisant sa technologie intérieure par rapport à ses rivaux tels que la Mini Countryman et la toute nouvelle Ford Puma.

Les modifications de style comprennent une calandre plus large et plus précise qui ressemble davantage au grand Q5, des pare-chocs avant et arrière redessinés et des phares à LED de série sur toute la gamme. Les angles vifs et les lignes sculptées de la voiture sortante, qui n’étaient pas de tous les goûts auparavant, restent largement inchangés.

Après avoir conduit le 30 TFSI Technik d’entrée de gamme de 1,0 litre en octobre dernier, il est maintenant temps de tester le 1,5 litre plus puissant, en version Sport et équipé de la boîte automatique à sept vitesses S tronic d’Audi, en option.

A quoi ça ressemble ?

Avec 148 ch provenant de quatre cylindres turbocompressés, le Q2 se montre utilement plus rapide et plus réactif en accélération que le 1,0 litre à trois cylindres. Avec 8,6 secondes, il est presque trois secondes plus rapide au sprint de 0-62 mph et est sensiblement plus souple sous charge.

Il est donc regrettable que la transmission automatique soit si lente, qu’elle fasse tourner les rouages même sous un pied léger à une vitesse constante et qu’elle prenne son temps pour réagir lorsque vous mettez le pied à terre. C’est symptomatique de nombreux modèles récents du groupe VW, et cela nuit à ce qui devrait être une expérience de conduite agréable.

Le nouveau levier de vitesse est moins gênant ici, simplement parce qu’on l’utilise moins souvent, bien que nous ayons trouvé la boîte manuelle du Q2 assez précise, nous la préférons à la boîte automatique un peu hésitante.

Sinon, le Q2 est toujours aussi agréable à conduire, avec beaucoup d’adhérence à l’avant et la direction variable est calibrée de telle manière que la voiture semble plus agile que ce à quoi on pourrait s’attendre dans les virages. Bien qu’il s’avère rarement engageant lorsque vous appuyez sur la pédale d’accélérateur, il y a un niveau de dynamisme qui pourrait s’avérer surprenant. Une conduite un peu ferme est le compromis, mais qui s’équilibre légèrement une fois que vous prenez de la vitesse. Les modes de conduite personnalisables (désormais de série sur les voitures à finition sport) n’y changent pas grand-chose, même si vous ne qualifieriez pas cette voiture de inconfortable.

Au-delà de quelques bouches d’aération (qui, pendant notre test, semblaient plutôt hésitantes pour chauffer la cabine), les aménagements intérieurs pour 2021 sont largement axés sur l’info-divertissement. Le tableau de bord numérique de 12,3 pouces, désormais de série sur les versions Sport et supérieures, reste un point fort, bien que le système d’info-divertissement de 8,3 pouces repose encore largement sur un contrôleur rotatif et des touches de raccourci dans la console centrale.

En effet, le système d’exploitation sous-jacent est toujours partagé avec la génération A3 précédente, plutôt qu’avec la dernière interface, plus conviviale. Son utilisation reste assez intuitive, même si les systèmes concurrents rattrapent rapidement leur retard en termes de clarté d’affichage et de niveau de personnalisation de l’offre.

Il n’est pas nécessaire de chasser trop fort pour trouver des plastiques durs et résistants aux rayures, mais l’habitacle parvient à rester du bon côté de la prime, avec des équipements de série bienvenus comme un hayon électronique et des sièges sport enveloppés de tissu.

Dois-je en acheter un ?

Cette dernière série de mises à jour contribue à maintenir le Q2 vers le haut de gamme de la catégorie des crossovers compacts, bien que ceux qui espèrent plus que l’attrait visuel trouveront de meilleures voitures de conduite ailleurs.

Même ceux qui ne recherchent pas le meilleur en matière de dynamisme ou d’engagement du conducteur risquent d’être frustrés par la lenteur de la transmission automatique. Si vous portez le badge Audi, nous pensons que le modèle manuel, moins cher de 1 500 €, pourrait être le meilleur choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *