Suzuki Swace 2021 : Test & Avis



Qu’est-ce que c’est ?

Je n’essaie pas d’être énigmatique ici, mais quand est-ce qu’une Suzuki n’est pas une Suzuki ?

Réponse : quand il s’agit d’une Toyota. La nouvelle Suzuki Swace semble familière car derrière les badges se trouve la Corolla Touring Sports.

Carrosserie, groupe motopropulseur hybride de 120 ch, nouvelle plate-forme TNGA brillante, aménagements intérieurs étonnamment élégants ; tout. Tout est fourni par le deuxième constructeur automobile mondial (et non le 20e), fruit d’un partenariat industriel conclu en 2019 entre les deux marques et dont la première descendance, conçue sur la base d’un badge, était la Suzuki Across, basée sur le RAV4.

On peut se demander pourquoi ces modèles inter-marques existent au départ. Dans ce cas, Suzuki bénéficie d’un avantage crucial en réduisant sa production moyenne de CO2 en Europe – même cette SZ5 Swace de haut niveau se situe en dessous de 99g/km – tandis que Toyota élargit sa sphère d’influence.

Nous assisterons à un arrangement similaire en 2023, lorsque la Mazda 2 sera remplacée par une Toyota Yaris Hybride rebaptisée (mais, contrairement à la Swace, également légèrement remodelée).

Toyota, bien sûr, a également un partenariat de longue date avec Subaru, et nous devrions nous attendre à ce que ce type de collaboration devienne plus courant dans l’ensemble de l’industrie à mesure que les objectifs en matière d’émissions et la hausse des coûts de développement éroderont les marges bénéficiaires.

A quoi ça ressemble ?

Naturellement, il n’y a pas de surprises quand il s’agit de conduire la Swace, sauf peut-être pour le fait que la voiture est belle sur ses douces roues de 16 pouces et sans aucun des ajouts extérieurs de chintz que la Corolla plus chère obtient. Dans un monde automobile de plus en plus ostentatoire, elle est héroïquement discrète.

Pour moins de 30 000 livres sterling, le SZ5, qui a une portée maximale, est également généreusement équipé. Un volant chauffant et un chargeur de téléphone sans fil sont de série, tout comme la caméra de recul et le hayon électrique. L’habitacle est également élégant et confortable, bien que le tissu soit la seule option pour le rembourrage des sièges et que le système d’info-divertissement de cette Suzota ne soit pas à la hauteur de la plupart de ses rivaux européens. Au moins, le rétroviseur du smartphone est standard, car vous en aurez besoin pour les applications de navigation.

Pour ce qui est de la conduite, ne vous attendez pas à ce qu’elle soit trop exigeante et vous serez agréablement surpris. Tout d’abord, quelle que soit la marque qui a réglé la suspension, elle comprend clairement la signification de « qualité de conduite ». Oui, le Swace peut se vautrer et flotter, mais pour une conduite de A à B sans bêtises, sa démarche est jugée avec douceur. De même, le châssis est bien équilibré – ce que nous avons remarqué dans presque toutes les voitures soutenues par la plate-forme du TNGA – et il tolère donc le bousculade, mais seulement tant que vous pouvez supporter la direction insipide et les efforts de la CVT du moteur.

Oui, ce moteur. La dernière génération du groupe motopropulseur hybride de Toyota constitue une amélioration évidente par rapport à l’édition précédente en termes de tractabilité mais, hélas, on ne peut toujours pas se défaire du sentiment que la boîte de vitesses CVT est le maître de cérémonie plutôt que le vilebrequin.

Si vous ne demandez jamais plus de, disons, 30% de ce que le système peut donner, vous le trouverez bien réactif et, surtout lorsqu’il se met à fonctionner uniquement à l’électricité, très raffiné.

Cependant, demandez plus et il reste sans doute le moteur le plus insatisfaisant de cette classe. S’il était plus puissant, vous pardonneriez peut-être le manque de manières, mais malheureusement, la Corolla de Suzuki n’a droit qu’à un réglage inférieur pour ce moteur, sans possibilité d’avoir la version 178 ch.

En ce qui concerne l’économie de carburant, le Swace est le plus heureux sur des trajets plus courts, à vitesse variable, où la partie électrique de son groupe motopropulseur peut s’intégrer au mieux. Sur l’autoroute, il a moins de succès, puisqu’il ne parvient à atteindre qu’une vitesse indiquée de 54 mpg. À titre de référence, on pourrait s’attendre à ce que les dernières options de cette catégorie de moteurs diesel dépassent les 65 mpg dans des circonstances similaires.

Donc, dans l’ensemble : spacieux, gracieux (si vous êtes doux avec l’accélérateur et conservez de la vitesse), mais certainement pas patienté, et pas excessivement économique étant donné les sacrifices faits pour faciliter ce groupe motopropulseur peu aimable.

Dois-je en acheter un ?

Ceux qui ont besoin d’un cheval de trait discret et confortable devraient considérer le Swace.

C’est une voiture-outil attachante : économique au quotidien, peu exigeante à l’extrême, raisonnablement raffinée, bien équipée et pas aussi terne qu’on pourrait l’imaginer quand on veut vraiment bouger.

Cependant, le groupe motopropulseur de Toyota est un frein à l’avancement et n’est pas du tout impliqué. Ceux qui recherchent quelque chose de plus que l’utilité maximale (et, hé, c’est Autocar) seraient mieux servis ailleurs, notamment par la Focus Estate à trois roues motrices de Ford, équipée du moteur Ecoboost.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *