BMW 225e Active Tourer 2022 premier essai


Nous venons d’avoir la première occasion de conduire une variante hybride rechargeable de la BMW Série 2 Active Tourer, dont les autres versions ont été commercialisées au printemps.

Jusqu’à présent, elle a prouvé qu’elle était une voiture sympathique. Ce n’est pas une BMW traditionnelle dans le sens de la « machine à conduire ultime », mais ce véhicule à hayon et à conduite avant prédominante s’est plutôt bien vendu et est extrêmement pratique. Avec près de 4,4 m de long et 1,6 m de haut, c’est une grande voiture familiale spacieuse avec un espace généreux et un grand coffre.

Cette variante 225e xDrive a une autonomie de 56 miles (cycle combiné) en mode électrique uniquement, et 108 ch en tant que VE via un moteur qui agit uniquement sur l’essieu arrière.

Il y a ensuite le moteur à essence de 1,5 litre à l’avant, qui entraîne les roues avant par l’intermédiaire d’une boîte de vitesses automatique à double embrayage à sept rapports, dont les 135 ch donnent un total de 243 ch (car le moteur et le moteur n’atteignent pas leur puissance maximale en même temps).

L’autonomie du dernier système est bien meilleure que les 32 miles offerts par l’ancienne Série 2 Active Tourer plug-in, et la batterie de propulsion peut se charger à 7,4kW, soit le double des 3,7kW qu’elle avait auparavant – elle peut donc se charger complètement en 2,5 heures environ sur une wallbox domestique.

Comme auparavant, et comme partout ailleurs dans le monde des hybrides rechargeables, c’est l’intégration des différents systèmes d’entraînement qui est la clé de la convivialité et c’est là que la 225e obtient de bons résultats. En conduite normale, le moteur électrique assiste le moteur à essence, en comblant le manque de couple pendant que le moteur tourne à bas régime, en contribuant aux performances lorsque vous demandez une accélération maximale, et en s’engageant dans la conduite à la seule puissance du VE chaque fois qu’il le peut, même lorsque la charge initiale de la batterie est épuisée.

Ce qui est impressionnant, c’est le peu que l’on sait de ce qu’elle fait mécaniquement, et quand elle fait ses différentes choses. Le moteur à essence est silencieux et passe inaperçu en ville. Et lorsque la batterie n’a plus d’autonomie, il s’agit toujours d’une configuration qui peut atteindre un MPG de 50 % sans trop d’effort de la part du conducteur.

Le reste de l’expérience de l’Active Tourer est très similaire à celle des autres versions de la gamme. La batterie et le groupe motopropulseur vous font perdre un peu d’espace de chargement, avec un plancher de coffre plus haut et une capacité de 380 litres au lieu de 415 litres. La Série 2 Active Tourer dispose d’un hayon automatique quel que soit son dérivé, soit dit en passant.

Plus loin, les sièges arrière sont spacieux et facilement accessibles par de grandes portes, tandis que l’habitacle avant est aéré par rapport aux normes BMW traditionnelles, qui auraient autrefois fait tout leur possible pour cocooner le conducteur. Au lieu de cela, un accoudoir central/console a un effet flottant, avec de grands plateaux de rangement en dessous, et il est séparé du tableau de bord lui-même.

À certains égards, c’est dommage : cela signifie qu’il n’y a pas de place, ou du moins qu’aucun espace n’a été prévu, pour les commandes physiques du système d’infodivertissement iDrive de BMW. Au lieu de cela, tout est laissé à un écran tactile de 12,25 pouces, y compris pour les fonctions de climatisation. Il est donc dommage que, juste au moment où d’autres constructeurs ont commencé à indiquer qu’ils s’éloignaient de la dépendance aux écrans tactiles – et où le contrôleur iDrive physique toujours présent dans la plupart des BMW leur montre comment faire – BMW menace de se débarrasser du cadran précédemment présent. Au moins, le volant conserve des boutons appropriés – et il y a quelques boutons de raccourci physiques.

Au volant, la Série 2 Active Tourer est à la hauteur de son rôle, même si elle ne respecte pas les traditions les plus récentes de l’emblème. La conduite est confortable, avec une bonne isolation phonique. La direction est douce, bien que peu engageante, et le contrôle des mouvements de la carrosserie est suffisant pour une grande berline. Il est stable à la vitesse, aussi (même dans certaines conditions récentes assez mauvais avec des flaques d’eau profondes et des vents forts). Mais c’est une voiture plus raisonnable qu’excitante, qui, si vous venez à la Série 2 Active Tourer en vous attendant au genre de conduite que BMW offre traditionnellement, pourrait vous laisser un peu froid. C’est à votre style de vie, plutôt qu’au modèle, de fournir la dynamique.