Alfa Romeo Tonale 1.5 Ti : essai au Royaume-Uni


Le SUV compact Alfa Romeo Tonale est arrivé au Royaume-Uni pour un test, bien qu’il soit toujours en conduite à gauche, pour se situer sous le Stelvio.

Il est propulsé par la première option de moteur que nous aurons au Royaume-Uni : un quatre cylindres turbo essence de 1,5 litre légèrement hybridé développant 158 ch et entraînant les roues avant par le biais d’une boîte automatique à double embrayage à sept rapports. Une version hybride rechargeable est également prévue plus tard. Ici, le groupe motopropulseur, avec seulement 20 ch fournis par le moteur électrique, est bon pour 46,3mpg et 139g/km de CO2 sur le cycle de test officiel de l’économie combinée.

Pour les rivaux, qui sont nombreux, vous pouvez considérer n’importe quoi, de l’Audi Q3 au Volvo XC40, mais tout le monde, de Ford à Hyundai, a quelque chose comme ça dans sa gamme aujourd’hui.

Il y a trois niveaux de finition. Celle-ci est la Ti intermédiaire, qui démarre à €39,995, mais elle comporte quelques options, notamment des jantes en alliage de 20 pouces. Si vous optez pour la version supérieure, Veloce (42 495 €), vous aurez droit à des palettes de changement de vitesse et à des amortisseurs adaptatifs.

J’aime bien l’intérieur. Les matériaux sont un peu hétéroclites, mais le petit volant rond est cool et les éléments brillants du tableau de bord sont agréables. Les sièges sont également confortables et souples, et il est bon de voir des interrupteurs séparés proéminents pour le chauffage et la ventilation, ce qui signifie que l’écran tactile n’est pas trop surchargé (et reflètera votre téléphone de toute façon).

Mais la solidité perçue de certains matériaux – les dessus de porte, les tiges de colonne et l’application de plastique argenté à effet brossé – je ne pense pas qu’elle puisse rivaliser avec les alternatives les plus luxueuses. Il y a un espace raisonnable à l’arrière pour une voiture de 4,5 mètres de long et un coffre de 500 litres de taille compétitive.

L’expérience de conduite est aussi mitigée que l’intérieur. Alfa a installé son sélecteur de mode de conduite DNA, et ce n’est qu’en D (pour Dynamic) qu’il est particulièrement satisfaisant, le système sélectionnant le bon rapport pour fournir une réponse suffisante pour suggérer que le temps de 0-62mph annoncé de 8,8 secondes est exact.

En N (Natural) ou A (Arrggh, c’est insupportable), il est de plus en plus gélatineux et gluant, essayant de commencer à bouger avec le moteur électrique dans ce que je présume être une tentative futile de ne pas utiliser trop de carburant, mais qui le laisse exaspérément lent avant que le moteur n’intervienne. C’est particulièrement mauvais en A (Advanced Efficiency).

En mode N, à une vitesse constante de 30 mph, j’ai appuyé sur l’accélérateur et un chronomètre en même temps, et il a fallu plus de 3,5 secondes pour gagner seulement 10 mph. A titre de comparaison, je suis monté dans une camionnette Citroën Berlingo diesel – pas une rivale, je sais, mais ce que j’avais sous la main – et elle était plus rapide d’une seconde pour faire la même chose.

Vous pouvez sélectionner et maintenir les vitesses vous-même (même sur la Ti, le levier de vitesses dispose d’un mode manuel), mais cela ne devrait pas être aussi difficile. Je doute que cela permette d’économiser beaucoup de carburant par rapport au mode dynamique, étant donné que vous devrez appuyer beaucoup plus fort sur l’accélérateur. Et dans tous les cas, il s’agit d’une voiture qui ne dépasse pas les 40mpg.

Ce n’est pas tout à fait une rivale, mais la nouvelle Honda Civic que j’ai conduite la semaine dernière, qui dépasse facilement les 60mpg avec un groupe motopropulseur beaucoup plus réactif et prévisible, montre que c’est possible.

La tenue de route de la Tonale est, par contre, très agile, et si c’est ce que voulait Alfa, elle a réussi. Elle ne roule pas trop – juste assez pour s’appuyer dessus – et je doute qu’il y ait une autre voiture dans la catégorie qui soit aussi disposée à tourner, mais elle le fait sans la dureté de conduite que vous obtenez, par exemple, dans la plus petite Ford Puma ST.

Même sur ces roues de 20 pouces (et en conduite à gauche, ce qui n’aide pas souvent à la perception de la qualité de roulement au Royaume-Uni, car cela place le conducteur sur le plus mauvais morceau de la route), la Tonale est bien contrôlée, mais loin d’être dure, passant sans encombre la plupart des bosses et des imperfections de la ville.

La direction est très rapide, avec environ 2,2 tours entre les verrous, très réactive, même en sortie de ligne droite, et extrêmement légère. Ce qui signifie que malgré toute son agilité, la Tonale ne se sent pas très stable.

Si l’on ajoute à cela la difficulté de la transmission, même si elle semble assez dynamique, c’est une voiture qu’il est difficile de conduire en douceur, d’adopter un rythme ou de se sentir détendu et à l’aise.

Cela me rappelle un peu la Mini Countryman 2010, qui a été dotée d’une direction très rapide dans le but de donner à une grande voiture l’impression d’être aussi agile que la Mini hatch, plutôt que de lui donner une dynamique adaptée à sa nature.

Une philosophie apparemment similaire fait de la Tonale une voiture à moitié attrayante, mais à laquelle il est plus difficile de s’attacher que, par exemple, l’incroyable berline Giulia ou le SUV Stelvio.