Mini Cooper S 3 portes à hayon 2021 : essai au Royaume-Uni



Qu’est-ce que c’est ?

Voici la dernière version de la Mini, qui fait ses débuts presque 20 ans jour pour jour après l’apparition de la première version de la voiture conçue par BMW, une réinterprétation du 21e siècle de l’icône originale de Sir Alec Issigonis.

À l’époque, on s’est beaucoup interrogé sur la possibilité que cette création anglo-allemande soit un jour une véritable « Mini », mais la réalité est qu’elle a été à l’origine d’une énorme histoire à succès, qui est passée d’un seul modèle à une marque mondialement reconnue dont la gamme comprend désormais des crossovers, des breaks, des PHEV et des VE.

Pourtant, au cœur de la gamme, il y a toujours eu la Mini standard : la simple voiture à hayon à trois portes qui est la plus proche de l’essence du célèbre modèle original, et qui reste la plus populaire, représentant environ 50 % de la production de l’usine d’Oxford. Cette génération du modèle (ainsi que la cinq portes et le cabriolet) a eu droit à un rafraîchissement de mi-vie. Rien de majeur – juste un petit coup de pinceau par-ci, un petit coup de pinceau par-là – mais cela arrive à un moment crucial, peu après que Mini ait révélé qu’elle serait la première marque du BMW Group à passer au tout électrique.

Alors que le dernier nouveau véhicule à moteur à combustion interne de Mini devrait être lancé en 2025, les patrons affirment que toute la gamme Mini sera électrifiée au début des années 2030. Donc, même si ce n’est pas la dernière chance d’acquérir une Mini de la vieille école, cette voiture rafraîchie représente certainement le début de la fin pour le plaisir des quatre temps de la firme.

Comme toujours, il y a une large gamme de moteurs et de finitions à choisir, mais les Mini ont tendance à être les plus logiques lorsqu’on s’en tient à la maxime de la simplicité. Cela signifie donc que, pour notre premier essai, nous nous en tenons à la carrosserie à trois portes et nous optons pour la Cooper S de milieu de gamme, qui a toujours offert le meilleur rapport performances/prix.

Alors, quelles sont les nouveautés ? Eh bien, l’essentiel des changements a été réservé au style extérieur et, comme toujours aujourd’hui, au système d’infodivertissement. À l’avant, un pare-chocs plus large et plus bas vise à donner à la voiture une posture plus agressive, ce qui est le cas, tandis qu’un exercice similaire à l’arrière comprend également l’ajout (sur les modèles Cooper S et JCW) d’un diffuseur de taille caricaturale de chaque côté des deux tuyaux d’échappement à sortie centrale.

Il y a aussi un trio de nouvelles couleurs, y compris le jaune Zesty Yellow sur les modèles décapotables, et il est clair que le département des achats de Mini a fait une bonne affaire sur les garnitures noir piano brillant car elles sont partout sur notre voiture d’essai Sport (il y a aussi des versions Classic d’entrée de gamme et des versions Exclusive qui chantent et dansent toutes). L’intérieur et l’entourage des phares, la calandre, les poignées de porte, les badges, le bouchon de réservoir et les coques de rétroviseurs extérieurs en sont tous recouverts.

À l’intérieur, on retrouve encore du noir piano, notamment autour de l’écran d’infodivertissement mis à jour, qui est placé dans le logement circulaire familier au centre du tableau de bord. Il conserve un écran de 8,8 pouces similaire à celui d’avant, mais les graphiques ont une résolution plus élevée, tandis que le système d’exploitation est nouveau et plus rapide. Vous pouvez également personnaliser l’écran et ajouter des widgets pour un accès rapide. Tout cela fonctionne bien, en particulier lorsqu’on utilise la manette rotative très pratique, mais l’écran commence à paraître petit face à la mode actuelle des interfaces de style tablette toujours plus grandes.

Le nouveau volant à trois branches est particulièrement bienvenu, il est agréable à tenir en main et recouvert d’un cuir souple qui semble provenir du fournisseur de BMW, tandis que les commandes multifonctions noires brillantes (évidemment) sont plus grandes et plus faciles à utiliser. Derrière le volant, on retrouve le même ensemble de cadrans numériques que l’on a vu pour la première fois l’an dernier sur la Mini Electric, bien qu’il s’agisse en réalité d’un affichage hybride. Le compte-tours est en fait analogique et se fait passer pour un écran TFT, l’illusion n’étant brisée que lorsque la lumière directe du soleil tombe sur son écran teinté.

Et, bien sûr, il y a la mise à niveau attendue des aides à la conduite, avec le pack d’assistance à la conduite en option qui ajoute une fonction « stop and go » au régulateur de vitesse adaptatif, ainsi que l’alerte de franchissement de ligne.

Les mises à jour de l’application smartphone Mini sont également nouvelles. Non seulement elle propose les services habituels de localisation et d’état (comme le niveau de carburant ou, sur la version électrique, l’autonomie), mais vous pouvez désormais partager l’accès à la voiture avec un maximum de 10 personnes. Donnez-leur la permission de déverrouiller, démarrer et conduire la voiture lorsque vous n’en avez pas besoin.

Mécaniquement, le seul véritable changement est l’adoption d’un nouveau design d’amortisseur. Appelé Intelligent Adaptive Suspension (de série sur les voitures Sport comme la nôtre et à 400 € sur les autres), il est sans doute moins sophistiqué que le réglage sélectionnable contrôlé électroniquement sur la voiture sortante. Essentiellement, il s’agit d’un système similaire à celui déjà vu sur la Ford Fiesta ST, avec une configuration passive à fréquence sélective qui peut ouvrir une valve dans l’amortisseur en seulement 50 millisecondes pour réduire les forces d’amortissement jusqu’à 50 % lors des impacts de roues les plus rapides et les plus violents avec la route.

Comment c’est ?

Si vous vous déplacez, vous aurez du mal à sentir ces nouveaux amortisseurs à l’œuvre. La conduite est toujours aussi dynamique, la suspension à faible débattement suivant la surface de la route plutôt que de respirer avec elle. Bien qu’elle ne soit pas tout à fait aussi rigide que la Fiesta, vous serez plus malmené que la plupart des autres.

Cependant, frappez une bosse de taille moyenne et vous pouvez définitivement sentir que les amortisseurs aident à arrondir les angles aigus que la voiture précédente, non adaptative, aurait transmis à l’habitacle. Elle a toujours du mal avec les imperfections plus importantes, cependant, et les plaques d’égout profondément enfoncées ou les arêtes transversales tranchantes envoient des chocs bruyants et qui font grimacer à travers la structure de la voiture. Le bruit de la route est également un compagnon omniprésent sur les trajets autoroutiers.

Quoi qu’il en soit, ce changement n’a guère altéré l’appétit de la Mini pour le plaisir. Elle n’est pas aussi raffinée que d’autres, mais son approche hyperactive et enfantine fait qu’il est difficile de ne pas s’amuser en roulant. Comme toujours, la position de conduite basse (avec des sièges à haut dossier très enveloppants) place vos fesses plus près de l’action que la plupart des autres véhicules, ce qui vous donne l’impression de rouler plus vite que vous ne le faites.

Ceci dit, la rigidité sous-jacente de la suspension a pour conséquence une propension à être désaxée par un tarmac déchiré ou fortement bombé. Ce n’est pas une voiture pour tracer une trajectoire nette et précise dans un virage, mais ses dimensions compactes signifient que vous pouvez la lancer avec abandon, et son empattement court et sa position classique de roue à chaque coin servent une agilité digne d’une gazelle en fuite.

Elle vous offre également des options, avec un soulèvement judicieux de l’accélérateur ou un coup de frein pour vous faire pointer avec encore plus d’ardeur dans le virage – bien que vous devrez vous préparer à ce que l’arrière commence à bouger si vous êtes trop agressif avec vos entrées, car les pneus Pirelli de 205 sections perdent leur adhérence plus tôt que prévu.

Cette approche « up-and-at-em » est soutenue par la combinaison du moteur et de la boîte de vitesses. Ce n’est pas le moteur le plus charismatique, mais le quatre cylindres de 2,0 litres de 175 ch donne à la Cooper S un caractère agréable de « gros moteur dans une petite voiture ». Il monte en régime jusqu’à un peu plus de 6000 tr/min, mais sa sonorité est un peu synthétique et il donne le meilleur de lui-même entre 1500 tr/min et 4000 tr/min. Dans cette plage de régime, un haut plateau de couple musclé fait de la Mini un point à point rapide et relativement sans effort, l’énergie élastique du moteur vous permettant de dépasser les véhicules plus lents à volonté.

La boîte de vitesses manuelle à six rapports contribue également à l’engagement. Son action précise, mais légèrement crantée, vous encourage à maintenir le moteur en rotation dans la zone de confort, tandis que les pédales parfaitement espacées et les freins progressifs mais puissants sont parfaitement adaptés aux rétrogradations du talon-pointe lorsque vous êtes en mode attaque sur la route.

Seule la direction déçoit. Elle est assez rapide, la crémaillère rapide amplifiant l’agilité naturelle de la voiture, mais il y a un flou étrange en sortie de ligne droite qui vous oblige à faire constamment de petites corrections, en particulier dans les virages plus rapides. Il n’offre pas non plus le dernier mot en matière de retour d’information, et le réglage Sport ne fait qu’ajouter du poids plutôt que de la conversation.

Devrais-je en acheter une ?

Le reste de la voiture est sensiblement le même qu’avant. Elle reste un peu plus petite à l’extérieur que la plupart des superminis et cela se reflète dans l’exiguïté des sièges arrière et le petit coffre, mais la contrepartie est que la voiture est toujours pleine de caractère, a un habitacle qui suinte l’attrait du haut de gamme et est maintenant livrée avec une liste décente d’équipements de série – bien que, comme toujours avec Mini, vous pouvez la personnaliser jusqu’à ce que votre limite de crédit pleure assez.

Une Fiesta ST offre toujours plus de vitesse et de sophistication du châssis pour moins d’argent, mais en tant qu’outil de conduite attrayant qui se transforme en un petit véhicule de classe, la Cooper S a encore beaucoup d’attrait.

À bien des égards, ces changements ne sont que de la poudre aux yeux, car la Mini est pratiquement la même qu’avant, même si les amortisseurs sont un ajout intéressant. Elle n’est toujours pas aussi accomplie ou rapide que d’autres, et elle coûte un peu plus cher à l’achat, mais elle reste un choix attachant et divertissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *