Essaie de laMercedes-AMG E53 Cabiolet 2020



Qu’est-ce que c’est ?

Pour ce qui est des liftings, c’est l’un des plus légers que nous allons présenter cette année. La Mercedes-AMG 53, le modèle AMG demi-gros avec son moteur six cylindres hybride doux, a fait l’objet d’une petite cure de rajeunissement qui s’applique aux versions berline, familiale et cabriolet. Nous avons pu conduire le cabriolet.

Vous remarquerez peut-être qu’il y a une nouvelle grille de calandre, qui rappelle davantage les voitures d’AMG, plus énervées. Le nouveau pare-chocs réduit également la traînée (et donc le bruit du vent) à l’avant et les feux arrière sont plus plats. Ajoutez à cela de nouvelles roues et vous obtenez une bonne idée des changements extérieurs.

Les modifications intérieures sont assez subtiles : le logiciel d’info-divertissement de dernière génération utilise un pavé tactile rotatif familier sur la console centrale et un écran tactile au centre du tableau de bord. La nouveauté est donc le volant à rayons horizontaux à double hauteur, chacun doté d’une série de boutons de rétroaction haptique.

Les révisions de suspension arrivent aussi, mais elles sont légères. La suspension pneumatique a été réajustée pour « élargir » les performances de la voiture, ce qui signifie, je pense, « la rendre un peu plus confortable », bien qu’un pack Dynamic Plus, comprenant un mode de dérive et des freins en carbone-composite, soit disponible en option.

Le moteur et la transmission de la 53 restent inchangés : un groupe de 3,0 litres à six cylindres en ligne, turbocompressé et suralimenté électriquement, développant 423 ch et 295 lb-pi, avec un démarreur/alternateur de 348 V ajoutant 21 ch mais 184 lb-pi à bas régime. Il entraîne les quatre roues (mode dérive mis à part) par l’intermédiaire d’une boîte de vitesses à neuf rapports.

A quoi ça ressemble ?

À l’intérieur, les changements ne font pas trop de différence pour le E53. Le volant a une belle taille et une belle forme, mais sinon, il est comme vous l’étiez : sièges avant confortables et larges, bon ajustement et bonne finition et, dans cette version cabriolet, fonctionnement rapide de la capote mais pas autant d’espace à l’arrière ou dans le coffre qu’une quatre portes.

Et il conduit bien, aussi. La conduite est raisonnable, la direction est anodine mais bien équilibrée. Il n’y a rien d’engageant dans la façon dont elle roule ou se comporte dans des conditions normales, mais c’est le toit souple, après tout. Il est possible qu’une berline ou un wagon, plus rigides comme ils le seront, donnent plus en retour.

En fait, ici, je voudrais moins de modes et d’options de conduite et un tableau de bord et des informations moins écrasants – ce n’est qu’un 53, après tout, pas un 63, et un cabriolet en plus – mais Mercedes semble être en mission de surcharge de technologie et d’informations. Peut-être que les clients l’apprécient de cette façon.

La plupart des gens trouveront certainement que cette voiture a toutes les performances dont ils ont besoin et le moteur de 1953 est l’un des points forts de la technologie moderne à combustion interne. Comme il s’agit d’un six cylindres en ligne, il est incroyablement doux et le démarreur/alternateur augmente habilement le régime à bas régime, ce qui permet de se mêler sans problème au trafic autoroutier. Il a également un caractère stop/start superbement lisse ; peut-être le meilleur en vente.

Dois-je en acheter un ?

Je ne sais pas. J’aimerais faire un tour dans un cabriolet de classe E moins puissant pour me rafraîchir la mémoire sur la façon dont ils roulent et se comportent avant d’accepter le paiement mensuel, quel qu’il soit, pour un cabriolet E53 à 70 610 €.

Le plus « AMG » est le moteur et les performances, plutôt que la façon dont il fonctionne. Il semble assez gros, lourd et pas particulièrement sportif, ce qui est tout à fait normal. Après tout, il s’agit d’une capote souple, avec seulement un petit shimmy de la carrosserie pour suggérer qu’elle n’a pas de toit, et très peu de vibrations lorsque la capote est ouverte. Mais si une cabine de classe E ordinaire vous permet de profiter pleinement de cette expérience, vous risquez de devoir débourser beaucoup d’argent pour un simple moteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *