Peugeot 2008



Si vous espérez réussir dans la vente de voitures neuves de nos jours, il est préférable de penser compact, comme dans « crossovers compacts ». Ces machines qui visent à combiner la praticité et les coûts d’exploitation d’une berline familiale avec un soupçon de crédibilité d’un SUV représentent un marché important, et c’est pourquoi les constructeurs, qu’ils soient grand public ou haut de gamme, se sont lancés dans ce secteur à pieds joints. Peugeot a été l’un des premiers avec son 2008 original en 2013, qui a été remplacé par la voiture actuelle six ans plus tard.

Elle repose sur l’architecture de petite voiture CMP (Common Modular Platform) de Peugeot, ce qui, comme vous le savez peut-être, signifie qu’elle est proposée au choix avec un moteur à combustion interne ou en tant que pur véhicule électrique à batterie (BEV) – le e-2008, que nous examinons plus en détail ici. L’hybridation rechargeable est réservée aux grandes Peugeot et Citroën, DS et Vauxhall qui, avec Peugeot, forment le super groupe automobile Stellantis.

La direction est légère, mais l’augmentation de la force et de la vitesse en virage ajoute un poids naturel agréable. Et la qualité de roulement, sur des roues de 17 pouces, est assez souple.
Matt Saunders | Rédacteur en chef des essais routiers

Quoi qu’il en soit, l’idée est qu’au lieu que Peugeot fabrique un véhicule électrique autonome, vous choisissez une voiture dans la gamme Peugeot normale, puis vous choisissez un groupe motopropulseur –  » thermique  » ou électrique – qui vous convient, ce qui me semble être une approche pragmatique à long terme. Comme la plupart des grands constructeurs automobiles, Peugeot a besoin d’un mélange de véhicules à émissions faibles ou nulles pour atteindre les objectifs légaux en matière de CO2. Son carnet de commandes actuel suggère qu’il les atteindra sans problème.

Le dernier 2008 rejoint un grand nombre de crossovers compacts et, à cette taille et à ce prix, il s’oppose à un grand nombre de bicorps familiaux. Les autres crossovers n’ont pas exactement placé la barre très haut, mais les meilleures petites berlines familiales sont vraiment très bonnes, ce qui signifie que la Peugeot pugnace a du pain sur la planche.

Au Royaume-Uni, la plupart des 2008 seront propulsées par un moteur essence PureTech 1,2 litre turbo à trois cylindres, disponible en 99 ch (manuelle à six vitesses uniquement), 128 ch (manuelle ou automatique à huit vitesses) et, sur la GT Premium haut de gamme, 153 ch (automatique uniquement). La version électrique de 134 ch représentera un pourcentage à deux chiffres des ventes, bien plus que la version 1,5 l diesel BlueHDi de 108 ch à boîte manuelle uniquement, qui, grâce aux retombées de la tricherie de Volkswagen, ne représentera probablement qu’une 2008 sur 20. Vous pouvez essayer d’argumenter en faveur d’un diesel moderne et propre, mais comme nous l’a dit un jour l’ancien PDG de Peugeot, Jean-Philippe Imparato, « personne n’écoute ».

Les prix des 2008 à moteur thermique commencent à un peu plus de 21 000 € et montent jusqu’à 31 000 €, tandis que les variantes électriques pèsent jusqu’à 38 000 €, bien que les coûts d’entretien et de ravitaillement plus faibles du BEV soient censés maintenir les coûts de propriété globaux équivalents à ceux d’une essence de 129 ch.

Le modèle 129 ch que nous avons essayé était en finition GT Line, proche du sommet de l’échelle 2008 et assez classe à l’intérieur, avec du faux cuir et des surpiqûres contrastées amusantes, avec des plastiques argentés utilisés avec suffisamment de parcimonie pour que l’on puisse presque croire qu’il s’agit de véritable chrome.

L’espace pour les passagers est raisonnable, sans être exceptionnel. Vous devriez pouvoir faire entrer quatre adultes dans la 2008 sans trop forcer, et je doute que ceux assis à l’arrière aient l’impression d’avoir tiré à la courte paille – à condition que vous gardiez les trajets courts. Il y a une soute de 360 litres qui, selon Peugeot, est un espace de chargement très solide pour la catégorie, bien qu’elle ait clairement négligé la Ford Puma, qui offre 456 litres même si vous ignorez sa surprenante Megabox de 80 litres cachée sous le plancher du coffre.

A ce niveau de finition, le 2008 dispose d’un grand écran tactile central, agréable à regarder mais parfois difficile et lent à utiliser – les fonctions de climatisation, au moins, devraient en être séparées et remplacées par des boutons plus conventionnels. Les fonctions de climatisation, en tout cas, devraient en être séparées et remplacées par des boutons plus conventionnels. Il y a aussi une nouvelle version 3D du combiné d’instruments i-Cockpit de Peugeot, qui, comme d’habitude, comporte un petit volant qui masquera probablement une partie de l’affichage, à moins que vous ne le régliez très bas et que vous adoptiez une position de conduite basse et sportive.

Le bloc d’instruments comporte désormais plusieurs couches distinctes, avec un compteur de vitesse, par exemple, reflété sur un écran par le dessous – un peu comme sur un affichage tête haute, mais dans la position habituelle de l’instrument. L’idée est que, grâce à un projecteur et à divers miroirs, les instruments sont en fait plus éloignés de vos yeux que les cadrans ordinaires, ce qui réduit le temps nécessaire pour se concentrer sur la route. Nous ne pouvons pas dire que nous ayons remarqué une différence, mais l’affichage personnalisable est particulièrement attrayant.

La disposition mécanique est simple. La CMP est une monocoque en acier avec des jambes de force MacPherson à l’avant et une poutre de torsion à l’arrière. Les moteurs à combustion sont placés transversalement à l’avant et entraînent les roues avant (de même que le moteur électrique sur le BEV), et bien qu’il s’agisse d’un crossover, il n’y a pas d’option 4WD. De nos jours, les petits crossovers/SUV sont tels que l’on ne se pose même pas la question d’une transmission à quatre roues motrices. Cela dit, le 2008 est disponible avec le nouveau système de mode de conduite Grip Control de la firme, qui fonctionne en combinaison avec des pneus boue et neige toutes saisons pour offrir des capacités tout-terrain surprenantes.

Nous avons passé la plupart de notre temps dans la GT propulsée par l’essence de 129 ch avec une boîte manuelle à six vitesses (127g/km, 45,2-52,6mpg, 29% de taxe sur les avantages en nature et €26,515), mais aussi un peu dans l’auto plus puissante de 153 ch (140g/km, 41,7-46,6mpg, 32% de taxe sur les avantages en nature et uniquement disponible en finition ‘GT Premium’, à €30,665). Quelle que soit la puissance, le moteur 1,2 litre est très silencieux et ne produit qu’un bruit sourd lorsque vous le sollicitez. Certaines des options d’affichage du tableau de bord TFT n’incluent pas de compte-tours, mais vous ne le manquerez pas, même avec une boîte manuelle, car le couple est largement réparti. Les deux boîtes de vitesses sont faciles à utiliser, la manuelle beaucoup plus que l’habituelle Peugeot. C’est peut-être le résultat de l’expérience acquise dans le cadre de la relation avec Vauxhall/Opel, qui fournit traditionnellement une meilleure action de changement de vitesse à ses voitures et qui sont donc devenus les conseillers experts en changement de vitesse manuel du groupe. Désormais, il n’y a qu’un petit cran lorsque le levier passe à chaque vitesse, et une action facile lorsqu’il s’enclenche. La boîte automatique à huit vitesses, quant à elle, est douce et sans problème.

Le reste de l’expérience de conduite est presque aussi simple. La direction est légère, mais l’augmentation de la force et de la vitesse en virage ajoute un poids agréablement naturel. Et la qualité du roulement, sur des roues de 17 pouces (pneus Michelin Primacy 215/60 R17), est assez souple. Sur l’autoroute, il y a plus qu’assez de souplesse pour progresser confortablement, et vous êtes raisonnablement bien isolé du bruit des pneus et du vent. Dans tous les cas, en termes de raffinement de roulement, la 2008 est à des lieues de son homologue de la plateforme DS 3 Crossback, qui semble vouloir se frayer un chemin à coups de cognements et de claquements sur toutes les imperfections de surface que son châssis aux allures de sac à dos semble rencontrer.

Inévitablement, étant donné que le 2008 est plus haut que les bicorps ordinaires, il y a un compromis entre la qualité de roulement et le contrôle de la carrosserie, mais Peugeot a très bien positionné le 2008. Sur ces roues de 17 pouces, du moins. Sur ses jantes de 18 pouces (malgré des pneus 215/55 R18 encore relativement généreux), le GT Premium est plus cassant. Dans tous les cas, il y a un peu de roulis et de tangage, ce qui est inévitable compte tenu de l’accent mis sur le confort de roulement, mais le mouvement est bien contrôlé et la Peugeot passera proprement dans une série de virages. Ce n’est pas amusant ou engageant dans le sens traditionnel, mais si vous voulez du dynamisme, un 2008 n’est pas pour vous – et si vous y teniez tant, vous ne regarderiez probablement pas un SUV compact de toute façon.

A notre avis, le 2008 à combustion est probablement à son meilleur en version 129 ch et, peut-être, en finition Allure Premium (deux en partant du bas, 23 265 €). Cette version apporte l’instrumentation numérique 3D i-Cockpit, une caméra de recul et un frein de stationnement électrique qui libère le tunnel de transmission pour un rangement supplémentaire. Elle est équipée d’un écran tactile de 7 pouces, mais d’Apple CarPlay et d’Android Auto, ce qui signifie que vous bénéficiez de presque toutes les fonctionnalités de l’écran plus grand des modèles plus chers.

Nous préférons toujours les hatchbacks conventionnels car, avec un centre de gravité plus bas, ils ont tendance à être plus agréables à conduire et plus efficaces, mais le 2008 dépasse les capacités de la plupart des SUV compacts concurrents. Un véritable changement de jeu, cependant ? J’attends toujours celui-là.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *